Web Contents:

HKVCA Home
About Us
Contacts / Membership
Hall of Valour (CVHV)
Historical/Personal Accts
HKVCA Store
How to Donate
Newsletters
"Remembrances"
Submissions & Links
Suggested Reading
Teachers' Zone
Visiting Hong Kong?


Image Gallery

'C' Force Web


HKVCA Web Help:

Site Map
FAQ


Archives


External Links:

Veterans Affairs Canada

VAC-Veterans Independence Program

War Amps

Military and Related Sites


BOD Only (password required)

Rapport du capitaine honoraire FJ Deloughery

Aumônier catholique de la Force « C », 1943

Après un an d'internement, tout le monde semblait s'accoutumer davantage aux difficultés de ce type d'existence. Les hommes étaient devenus experts de la fabrication de vaisselle et d'ustensiles à partir d’enjoliveurs d'automobile, d'abat-jour et de boîtes de conserve vides. Plusieurs avaient façonné de petites armoires, des tabourets, des tables et des chaises, et on portait une grande variété de sandales et de sabots de bois. Avec la hausse de la quantité et de la qualité de la nourriture grâce aux provisions de la Croix-Rouge, la santé générale dans le camp s'était améliorée, tout comme l'humeur générale.

J'ai continué à remplir mes fonctions habituelles, célébrant la messe, visitant les malades et donnant des instructions aux hommes tout au long du premier mois de cette année. Vers le milieu de janvier, les Japonais désignèrent 1 200 hommes, soit 600 Canadiens et 600 Britanniques, pour se faire envoyer au Japon. C'étaient les premiers Canadiens à quitter la région de Hong Kong. L'idée de déménager au Japon était loin d'être agréable à ceux qu'on avait choisis, vu qu'environ la moitié d'un groupe désigné de 1 800 PG britanniques en route vers le Japon avait perdu la vie lorsque le navire les transportant avait été torpillé par des sous-marins américains en octobre 1942. Des officiers brevetés, on ne permit qu'à trois médecins militaires de joindre ce groupe désigné. En compagnie d'autres aumôniers, je m'étais porté volontaire pour y aller, mais on nous refusa la requête. Le dimanche 17 janvier, j'ai célébré la messe pour ceux qui partaient et y ai donné la communion à 152 hommes.

Suite au départ de ces 1 200 hommes, on a réaménagé les locaux. Je partageais désormais des locaux avec les deux autres aumôniers dans deux chambres de la zone hospitalière. Ces chambres étaient une nette amélioration par rapport à ce que nous avions eu jusqu'alors. Cependant, je n'ai été dans ce nouvel emplacement qu'une semaine avant de tomber malade et d'être placé dans l'hôpital pour cas de dysenterie. Le 10 février 1943, en compagnie de plusieurs autres malades, j'ai été transféré au Bowen Road Military Hospital où on m'a alité jusqu'à la première semaine du mois de mars. De ce moment jusqu'à ce qu'on me renvoie au camp Sham Shui Po le 13 avril, 1943, j'ai pu célébrer la messe chaque jour et encore le dimanche aux membres du personnel et aux patients catholiques de cette institution. C'était la première fois depuis un an qu'ils avaient eu une messe catholique à l'hôpital.

 Je suis revenu au camp le 13 avril et j'ai aidé le père Green pendant les dimanches ordinaires et les jours de semaine. Nous avons célébré toutes les messes de la Semaine sainte et de Pâques et avons donné la Sainte Communion à un très grand nombre pendant la saison de Pâques.

Le 18 mai 1943, un des interprètes japonais m'a ordonné de préparer mon fourbi. Il refusait de me dire où on m'envoyait et ne m'a pas permis de communiquer avec qui que ce soit avant de quitter le camp. À la fin de ce jeu mystérieux, on m'a conduit à l'entrée du camp et on a jeté mon fourbi dans un camion. Je l'ai suivi, et quelques minutes plus tard on me déposait au camp des officiers britanniques de la rue Argyle. Là, j'ai trouvé quelque quarante Catholiques qui n'avaient pas eu les services d'un aumônier catholique depuis plus d'un an. C’est en réponse à leurs plaidoyers répétés pour un service d'aumônier qu’on m'a transféré là. On leur avait dit que le père Green arrivait, mais les Japonais se méfiaient comme d'habitude, et ont cru les déjouer, au cas où le père Green pourrait porter des messages ou apporter de l'information aux officiers supérieurs de ce camp, et donc, je me suis fait déposer au sein du camp de la rue Argyle, le seul Canadien parmi quelques 500 officiers britanniques.

Ce camp était aussi encombré que les autres. Il n'y avait pas de place mise de côté pour la messe. Nous avons donc célébré la messe à l'extérieur, dans l'enceinte de la cantine encore une fois. L'assemblée ici, quoique peu nombreuse, était très fidèle et assistait assidûment aux messes quotidiennes et du dimanche. Les officiers supérieurs du camp, surtout le général Maltby, Officier général commandant à Hong Kong, et le col J.P. Kilpatrick du personnel des conseillers financiers, ont été très bons envers moi.

Ce camp d'officiers était mieux organisé que le camp des soldats de plusieurs façons. On y offrait des cours réguliers de langues, de mathématiques, d'histoire et d'autres sujets. On présentait une conférence publique sur des sujets intéressants cinq jours par semaine. Il y avait une bibliothèque passable, et on offrait un montant considérable de divertissement musical et autre. On tentait également d'organiser des sports tels que la balle molle, le volleyball et le hockey. Il était possible de faire tout cela dans le camp des officiers davantage que dans le camp des soldats, puisque les officiers n'étaient pas obligés de partir en équipes de travail et disposaient donc de plus de loisir. Cependant, les officiers effectuaient des corvées de camp et exploitaient un grand jardin et une petite ferme avicole près du camp. Les produits de ces entreprises aidaient à augmenter les maigres rations. La cuisine du camp Argyle était très mauvaise et les rations là-bas étaient encore pires que dans le camp des soldats. Ils ne recevaient pas une aussi grande portion des provisions de la Croix-Rouge que les soldats, mais puisqu'ils recevaient tous un salaire des Japonais, ils pouvaient acheter de la nourriture additionnelle de la cantine qui faisait venir de petites quantités de provisions chaque semaine.

Dans ce camp, les gardiens semblaient prendre un malin plaisir à harceler les officiers, et il arrivait souvent qu'un soldat japonais gifle un officier. Bien qu'on se plaigne souvent auprès des autorités concernant cette pratique, rien n'a jamais été fait pour l'arrêter.

Le 1er juillet 1942, les Japonais avaient sorti du camp le col Newnham, le lt Haddock, de la H.K.R.N.V.R., et le sdt Prata, qu'ils soupçonnaient d'espionnage, et d'avoir communiqué avec des agents de la ville. Le lt Haddock était le seul des hommes ci-dessus que nous avons vu de nouveau après notre libération en août 1945. Les autres ont été exécutés.

Vers le milieu du mois d'août de cette année, le général Maltby et 15 officiers supérieurs étaient retirés du camp et envoyés à Formose. Nous n'avons eu aucune autre nouvelle les concernant. Suite à leur départ, le lt-col W.J. Home et 18 officiers supérieurs canadiens ont été transférés de Sham Shui Po au camp des officiers de la rue Argyle.

Un autre incident, qui a perturbé le camp de fond en comble et a mené à la sortie de plusieurs officiers pour se faire interroger et punir par la Gendarmerie, était la découverte d'un poste récepteur par une équipe de fouille le 21 septembre. Le camp au complet s'est fait punir : on a interdit nos journaux et arrêté les services de cantine pendant plusieurs semaines. Les gardiens ont également resserré la discipline en général, et appliqué le règlement de façon plus rigide pendant plusieurs semaines suivant cet incident.

Tout au long de cet été et automne, je continuais à remplir mes fonctions habituelles : messe quotidienne, messe du dimanche et visites des malades à l'hôpital. Bien qu'il y avait moins de maladie sérieuse dans ce camp-ci qu'à Sham Shui Po, il y avait habituellement 15 à 25 hommes à l'hôpital et plusieurs consignés à la caserne, affligés de problèmes de santé mineurs.

Grâce à la coopération de M. Matsutu, l'interprète japonais affecté à ce camp à ce moment-là, j'ai pu recevoir un approvisionnement régulier en vin de messe, en hosties et en cierges du père Orlando, pasteur de l'église St. Teresa à Kowloon. M. Matsutu a fait en sorte que je puisse envoyer une somme d'argent, recueillie des membres de mon assemblée chaque mois, et donc assurer un approvisionnement régulier de ce dont j'avais besoin pour remplir mes fonctions.

Le reste de cette année se déroula sans d'autres incidents. À Noël, nous avons eu nos messes habituelles, sauf la messe de minuit, interdite à cause des règlements d'obscurcissement. Cependant, nous avons célébré la messe tôt en soirée le 24 décembre.

Au long de cette année, quelques lettres nous sont arrivées du Canada. La plupart d'entre elles dataient de plus d'un an lorsque nous les avons reçues, mais puisqu'elles étaient les premières lettres du pays depuis octobre 1941, elles étaient très appréciées. Chacun d'entre nous écrivions une lettre par mois, mais nous n'étions pas du tout certains qu'elles étaient envoyées.

 

Résumé des messes pour l'année 1943

Messes célébrées                             333

Nombre présent                            12 000 environ

Messes du soir                                           122

Sainte communion                             5603 fois

Visites aux hôpitaux                             250

Patients visités                                          2 000 environ

Préparation à la mort                             10

Enterrements                                           2