Web Contents:

HKVCA Home
About Us
BOD Meeting Results
Contacts / Membership
Hall of Valour (CVHV)
Historical/Personal Accts
HKVCA Store
How to Donate
Newsletters
"Remembrances"
Submissions & Links
Suggested Reading
Teachers' Zone
Visiting Hong Kong?


Image Gallery

'C' Force Web


HKVCA Web Help:

Site Map
FAQ


Archives


External Links:

Veterans Affairs Canada

VAC-Veterans Independence Program

War Amps

Military and Related Sites


BOD Only (password required)

The Battle for Hong Kong & the small part I played

By George N. Peterson

Click on thumbnail to see full-size imageMy story begins Oct 25th, 1941 when along with the other 914 officers & men of the Winnipeg Grenadiers we boarded a train in Winnipeg that would carry us to the west cost to Vancouver, BC. There we were joined by 100 officers (including two nursing sisters) and men attached to Brigade Headquarters, plus another Infantry regiment from Quebec, the Royal Rifles of Canada with their 962 officers and men for a total of 1977 Canadian volunteers who then became known as "C" Force. Commanded by a man who had recently been promoted up from the rank of Lt/Col to that of a Brigadier to lead our small brigade. This man was Brigadier J.K. Lawson, he was a career officer and a veteran of W. W. One, and was stationed in Ottawa.

One of the jobs Brigadier Lawson had performed in Ottawa part was the grading of all army units then stationed in Canada, class "A" were combat ready, "B" could be made combat ready with a little more training and "C" should be used for Garrison duty only. Both the W G’s and R R’s were placed in the latter category, was this the reason we were designated as "C" Force?

On our arrival at the west coast the majority of the members of "C" Force numbering about 1857 troops were ordered to board a ship that was moored to the dock in Vancouver, the HMNZS Awatea. The Awatea was a former New Zealand luxury liner plying her trade between her home port in New Zealand & Canada and had room for 377 1st class 150 tourist class and 38 3rd class passengers and her crew. Our officers were put up in state rooms but for the other ranks it was a different story, we were very cramped and slept in hammocks that were slung just about every where and even above our mess tables. The balance of "C" Force of approximately 120 officers & men of the R R’s were put on board the HMCS Prince Robert, our escort vessel.

Click on thumbnail to see full-size imagBoth vessels left Vancouver on the evening of Oct 27th and our voyage had begun. We made one stop in Hawaii to take on fresh food supplies as the refrigeration system on the Awatea had broken down and after these supplies were loaded on board we carried on with our journey, arriving in the British Colony of Hong Kong the morning of Nov 16th. The Colony was in two parts the Island of Hong Kong itself & What was known as the New Colony was in two parts the Island of Hog Kong itself & what was known as the New Territories on the mainland called Kowloon. On docking at the mainland side we were marched to our barracks named Sham Shui Po & took up residence. We were greeted very heartily by the people of the colony & any one talking about war being imminent with the Japanese Empire were responded to with it will never happen they wouldn’t dare attack the British Empire. How wrong they were.

I was a Cpl in charge of a section of 13 platoon in "D" company in the Grenadiers when we landed in Hong Kong & around the end of Nov received orders to report to the Command Gymnasium on the Island, to take part in a physical training course, to re-qualify as a PT instructor. Thus, this is where I was on the morning of Dec 8th when the Japanese attacked Hong Kong by bombing various targets on the mainland such as Kai Tak airport where our small obsolete antique air force was immediately destroyed while still on the ground. They also bombed some oil storage tanks & dropped a few bombs on our barracks of Sham Shui Po & did some damage to the naval docks on the island.

During this air raid all personnel taking the PT course were ordered to pack our gear & report back to our respective units for further orders. My company was on the island at a place called Wong Nei Chong Gap, this was also where our Brigadier Lawson had set up Canadian Brigade Head Quarters which was now known as West Brigade with him in charge. The Canadian units had been separated with the Royal Rifles being placed in East Brigade under the command of a British Brigadier. I have often wondered just how much longer we could have fought the Japanese with all Canadians fighting under Canadian command. The reason my asking this question is after our capitulation, we were told by more than one Japanese officer that they would rather fight against any other unit than to go up against the Canadians.

On reporting in to my company commander at Won Nei Chong Gap I again took over command of my section and got settled in, only to be ordered a few days later to turn command of my section over to Cpl Charlie Smith and pack up again to report to an area of what I think was Wan Chai Gap to become a member of a newly formed reinforcement company. Charlie was killed at Wong Nei Chong when the Japanese landed on the island & attacked the Gap, thus splitting our defence lines in two. At Wan Chai I was put in charge of a group of men and our job was the guarding of a big supply dump of mostly fuel & ammunition. The Gap was quite often shelled by the enemy fire from the mainland & we could hear the shells coming in, luckily for us the only round that landed in the dump proved to be a dud.

At times we were also taken to different parts of the island to try to stem the advance of the enemy. One of these times I remember we were in an area above Wong Nei Chong Gap in an attempt to try to retake the Gap but were repulsed & once more were forced to fall back. It was during this time I received an order from a British officer to take a group of men up to a Police station that overlooked a cross roads (Wan Chair?) & to guard the area at all costs, while the others fell back. I remember I was scared as were my men but an order is an order. Just before we were to proceed Maj. Hook "D" company commander arrived on the scene & asked what we were doing & when informed of my orders, his first words to me were "Bullshit if one falls back we all fall back" We did not need any further encouragement & retreated with the rest. We ended up in one of the mansions on what was known as the Peak & we were able to obtain a meal & later a good nights sleep, the first in what had seemed to be a very long time.

On another of these forays that this time proved to be false we were taken to a Pill Box on the waterfront that was armed with a Vickers machine gun & the crew had fired at what they believed was an enemy ship attempting to land on the island, with the result being the destruction of one of our own ammunition boats manned by the members of the Royal Navy. This was another mistake caused by the lack of proper communication which occurred all too frequently in the battle for Hong Kong.

The last skirmish I was involved in occurred Christmas Eve on Bennet’s Hill which was more of a ridge than a hill in front of Aberdeen water reservoir, we were dug in pretty well & had been saving some food for a good Christmas dinner which we were all looking forward to when the Japanese decided to attack. After much bloodshed, yelling & screaming we were forced to withdraw again, our plan if forced to retreat was to open up on the area we were vacating with three Vickers machine guns placed in position on the other side of the reservoir. Our Christmas dinner was lost to the enemy but he was made to pay a very high cost for same. The next day orders to lay down our arms & surrender to the Japanese arrived & the war for us was over, & our fight for survival over the next almost 4 years had begun.

Other of the my experiences in the battle for Hong Kong and the aftermath of being in enemy hands I have tried my best to forget, some memories to no avail. I have never related these to any other person, nor will I ever, every once in awhile I experience a nightmare & all the memories return.

(transcribed by Anne Trick - 3 May 05)

 

 

La bataille de Hong Kong et le petit rôle que j’y ai joué

Par George N. Peterson

(Cliquez sur la vignette pour l’image format réel.)

Mon récit commence le 25 octobre 1941, lorsque je suis monté à bord d’un train à Winnipeg, en compagnie des 914 autres officiers et soldats des Winnipeg Grenadiers, à destination de la côte ouest, à Vancouver, en C.-B. Rendus là, d’autres se sont joints à nous : 100 officiers (y compris deux infirmières militaires), des soldats rattachés au quartier général de la brigade, un régiment d’infanterie du Québec et les Royal Rifles of Canada avec leurs 962 officiers et soldats, pour un total de 1 977 volontaires canadiens qu’on a ensuite baptisés la Force « C ». Elle était commandée par un homme qui avait récemment été promu du rang de lcol à celui de brigadier, justement pour diriger notre petite brigade. C’était le brigadier J.K. Lawson, un officier de carrière et un ancien combattant de la Première guerre mondiale, en poste à Ottawa.

Une des tâches que le brigadier Lawson avait accomplie à Ottawa était de trier toutes les unités militaires au Canada. La classe « A » était prête au combat, « B » pouvait l’être avec un peu plus d’instruction et « C » ne devait servir qu’au devoir de garnison. Les WG et les RR ont tous deux été placés dans la dernière catégorie; est-ce la raison qu’on nous a nommés la Force « C » ?

À notre arrivée sur la côte ouest, la majorité des membres de la Force « C », soit 1 857 troupes, ont reçu l’ordre de monter à bord d’un navire dans le port de Vancouver, le HMNZS Awatea. L’Awatea était un ancien paquebot de ligne de luxe néo-zélandais qui naviguait entre son port d’attache en Nouvelle-Zélande et le Canada et pouvait loger 377 passagers de première classe, 150 de classe touriste et 38 de troisième classe, ainsi que son personnel. Nos officiers avaient des cabines à leur disposition mais c’était une autre histoire pour les autres rangs. Nous étions entassés les uns contre les autres et nous dormions dans des hamacs accrochés à peu près n’importe où, même au-dessus de nos tables à dîner. Le reste de la Force « C », environ 120 officiers et soldats des RR, sont montés à bord le HMCS Prince Robert, notre navire d’escorte.

Les deux vaisseaux ont quitté Vancouver le soir du 27 octobre. Notre voyage commençait. Nous nous sommes arrêtés une fois à Hawaï pour chercher des provisions fraîches, puisque le système de réfrigération sur l’Awatea  était tombé en panne, et une fois ces provisions chargées à bord, nous avons continué notre voyage, arrivant à la colonie britannique de Hong Kong le matin du 16 novembre. La colonie était divisée en deux parties : l’Île de Hong Kong même et ce qu’on appelait les Nouveaux Territoires, sur la partie continentale, appelée Kowloon. Une fois au port sur le continent, on nous a conduits à notre caserne, appelée Sham Shui Po, et nous nous y sommes installés. Les gens de la colonie  nous ont accueilli très chaleureusement et lorsque quelqu’un disait que la guerre contre l’empire japonais était imminente, on répondait que ça ne pourrait jamais arriver, car ils n’oserait pas attaquer l’empire britannique. Ils ont bien eu tort.

J’étais un caporal à la tête d’une section de 13 pelotons dans la compagnie « D » des Grenadiers lorsque nous sommes arrivés à Hong Kong, et vers la fin novembre j’ai reçu l’ordre de me rendre au gymnase du commandement sur l’île afin de participer à un cours d’instruction physique, de façon à répondre de nouveau aux conditions requises pour diriger le cours d’instruction physique. Donc, c’est là où j’étais le matin du 8 décembre, lorsque les Japonais ont attaqué Hong Kong en bombardant différentes cibles sur la partie continentale de la colonie, telles que l’aéroport Kai Tak, où notre petite force aérienne antique et désuète a été immédiatement détruite à même le sol. Ils ont aussi bombardé des réservoirs pour l’entreposage du pétrole, ont lâché quelques bombes sur notre caserne de Sham Shui Po et ont endommagé les quais navals de l’Île.

Pendant ce raid aérien, tous les membres du personnel inscrits au cours d’instruction physique ont reçu l’ordre de plier bagage et se présenter à leurs unités respectives jusqu’à nouvel ordre. Ma compagnie était sur l’île, à un endroit appelé Wong Nei Chong Gap. C’était aussi où notre brigadier Lawson avait installé le quartier général de la brigade canadienne, qu’on surnommait à présent la Brigade de l’ouest, sous son commandement. Les unités canadiennes avaient été séparées, et les Royal Rifles placées dans la Brigade de l’est sous le commandement d’un brigadier britannique. Je me suis souvent demandé combien de temps de plus nous aurions pu tenir tête aux Japonais si tous les Canadiens s’étaient battus sous commandement canadien. Si je me pose la question, c’est qu’après notre capitulation, plus d’un officier japonais nous a dit qu’il préférait combattre n’importe quelle autre unité plutôt que d’affronter les Canadiens.

Lorsque je me suis présenté à mon commandant de compagnie à Won Nei Chong Gap, j’ai repris le commandement de ma section et je me suis installé. Quelques jours plus tard, cependant, on m’a ordonné de donner le commandement de ma section au caporal Charlie Smith et de plier bagage encore une fois pour me présenter à un endroit que je crois faisait partie de Wan Chai Gap, afin d’y rejoindre une nouvelle compagnie de renforts. Charlie a été tué à Wong Nei Chong, lorsque les Japonais sont atterris sur l’île et ont attaqué le col, divisant nos lignes de défense en deux. À Wan Chai, on m’a donné le commandement d’un groupe d’hommes et nous devions surveiller un gros dépot de provisions, surtout du carburant et des munitions. Le col se faisait souvent bombarder aux obus par l’ennemi depuis le continent et nous entendions les obus arriver. Heureusement, la seule ronde qui est tombée sur le dépot était un raté.

Parfois, on nous emmenait à différentes parties de l’île afin de tenter d’arrêter la progression de l’ennemi. Je me souviens d’une de ces occasions : nous étions dans un endroit au-dessus de Wong Nei Chong Gap, à tenter de reprendre le col, mais on nous a repoussés encore une fois et nous avons été obligés de reculer. C’est à ce moment que j’ai reçu un ordre de la part d’un officier britannique de mener un groupe d’hommes jusqu’à un poste de police qui donnait sur un carrefour (Wan Chai?) et de défendre l’endroit à tout prix, tandis que les autres reculaient. Je me souviens d’avoir eu peur, tout comme mes hommes, mais un ordre est un ordre. Nous étions tout juste sur le point d’avancer, lorsque le Major Hook, commandant de la compagnie « D », est arrivé sur la scène et nous a demandé ce que nous faisions. Lorsqu’il a pris connaissance de nos ordres, les premiers mots qu’il m’a lancés étaient : « Pas question. Si un seul recule, nous reculons tous. » Nous n’avions pas besoin davantage d’encouragement et avons reculé avec le reste. Nous avons fini dans un des manoirs sur ce qu’on appelait The Peak et nous avons pu obtenir un bon repas et plus tard, une bonne nuit de sommeil, pour la première fois depuis ce qui semblait être très longtemps.

Lors d’une autre excursion semblable qui cette fois s’est avérée une erreur, on nous a conduits à une casemate sur le bord de l’eau munie d’une mitrailleuse Vickers et dont l’équipe avait tiré sur ce qu’ils croyaient un navire ennemi tentant d’atterrir sur l’île. Le résultat a été la destruction d’un de nos propres bateaux de munitions, dont l’équipage était composé de membres de la Marine royale. C’était une autre erreur dont la cause était le manque de communications, chose qui est arrivée trop souvent lors de la bataille de Hong Kong.

Le dernier conflit dans lequel j’ai été impliqué est survenu la veille de Noël sur Bennet’s Hill, qui était plutôt une crête qu’une colline, devant le réservoir d’eau d’Aberdeen. Nous étions bien installés et avions gardé de la nourriture pour un bon repas de Noël que nous anticipions avec plaisir lorsque les Japonais ont décidé d’attaquer. Après un véritable massacre et plusieurs cris et hurlements, nous avons dû reculer encore une fois. Notre plan en cas de retraite était de tirer sur l’endroit que nous quittions avec trois mitrailleuses Vickers placées en position de l’autre côté du réservoir. Nous avons perdu notre souper de Noël aux mains de l’ennemi, mais ce dernier nous l’a payé très cher. Le jour suivant, on nous a ordonné de déposer les armes et nous rendre aux Japonais. La guerre était finie pour nous et notre lutte pour la survie durant les quatre prochaines années venait de commencer.

Quant à mes autres expériences lors de la bataille de Hong Kong et les séquelles de me retrouver entre mains ennemies, j’ai fait de mon mieux pour tout oublier, mais certains souvenirs ne s’effacent pas. Je ne les ai jamais racontés à quiconque, et je ne le ferai jamais. Une fois de temps en temps, je fais un cauchemar et tous les souvenirs me reviennent.

(transcrit par Anne Trick – le 3 mai 2005)