Web Contents:

HKVCA Home
About Us
Contacts / Membership
Hall of Valour (CVHV)
Historical/Personal Accts
HKVCA Store
How to Donate
Newsletters
"Remembrances"
Submissions & Links
Suggested Reading
Teachers' Zone
Visiting Hong Kong?


Image Gallery

'C' Force Web


HKVCA Web Help:

Site Map
FAQ


Archives


External Links:

Veterans Affairs Canada

VAC-Veterans Independence Program

War Amps

Military and Related Sites


BOD Only (password required)

Memories of a Japanese Prisoner of War: December 1941 – August 1945

John died in June 05, and his family has generously provided the story he wrote himself about his part in the Battle for Hong Kong and subsequent events. John completed the story in the summer of 2004.

By John Edward James H6912 – Winnipeg Grenadiers AKA Jesse James

I, John Edward James fought the Battle of Hong Kong for 17 days in December 1941. When we first arrived at we stayed at Sham Shui Po Barracks – a British Military Camp. I was in Company "A", Platoon 7. Others that were in this platoon included: Lieutenant Alexander W. Prendergast, Acting Sergeant Thomas "Tommy" Cuthill H6093, Acting L. Corporal Borge Agerbak H6326, Acting Corporal George A. Lowe H6078 (died as POW is Japan), Private Stanley "Stan" Kennedy H41766, Private Albert "Bert" Broadfoot H51857, Private Harry Orvis H6932 (killed in action). There were others of course but these are a few names I remember.

Most of the battle for me was spent in the Wong Nei Chong Gap in the centre of Hong Kong Island. "D" company began fighting December 8, 1941 on mainland.

There was fierce fighting in the area around December 18th 1941. Stan Kennedy was wounded in battle December 18th or 19th trying to fight through to where Acting CSM John R. Osborne H6008 was. I thought Stan’s head was blown off and he had died but during the night some Hong Kong Volunteer Defence Core soldiers brought Stan out of the battlefield and later I saw him in Queen Mary Hospital. He had a severe head wound and had a plate in his head after he returned to Canada. I was originally wounded slightly in this battle. I was with Bert Broadfoot at the time. Bert was shot in a lung and I had some shrapnel in the back of my leg. I dragged Bert down to a "gutter" to get out of firing range. Sergeant Cuthill ordered us to the First Aid Post at Aberdeen. Bert went to Queen Mary Hospital and I was patched up and sent back into battle.

Fighting continued and everyone was split up in the confusion. On the morning of December 24th, Harry Orvis and I were out of 3" mortar shells so we attempted to get a mortar bomb from a truck that had been hit by the Japanese. We came across three chaps from the Indian Army and one was badly wounded in the arm above the elbow. I used my first aid kit and fixed up the guys arm and then pulled an overcoat off another man. We made a stretcher with the overcoat and helped carry the wounded down to the road to the Roadblock. Sergeant Broadfoot was there and Aberdeen was ½ mile away. One of the men dropped to his knees and kissed my hand for getting them safety down the hill and to help. We never did get the mortar shells and I didn’t have my first aid kit later when I was wounded.

Orvis was killed in action later that day on Bennett’s hill. I was wounded in the foot and eye by shrapnel later that day on Christmas Eve 1941 at Bennett’s Hill (Wong Nee Chung Gap). I was left alone to fend for myself so I decided to head towards Aberdeen. I was about 3 miles or so from Aberdeen and was up on the Bennett’s Hill. I crawled all night with my foot flopping and arrived at the road to Aberdeen by morning. I was being very cautious and hiding in the ditch as I crawled. A Middlesex Troop was going by on the road to Aberdeen. I realized they were not the enemy so let them know I needed help. Lance Corporal William M. Puddifoot, No. 6199800 of Middlesex carried me on his back and had on his arm, Agerbak (who was blinded) to the First Aid Station at Aberdeen. Two others from Middlesex walked backwards covering us in case of a Japanese attack. I was brought to Queen Mary Hospital by ambulance. We were fired on during the trip and some of the wounded were killed along the way. At Queen Mary Hospital an excellent surgeon (East Indian Chap – Dr. Mansing) removed shrapnel from my left eye (with no permanent damage) and Dr. MamSingh didn’t amputate my left foot. I was in surgery for some time in the evening on Christmas day. Puddifoot ended up at Queen Mary Hospital as well on Christmas day with injuries. He came to visit me and this was the last time we saw each other. I had to have my leg amputated two more times during my stay as POW due to infection below the knee. After the war, I had it amputated again below the knee because the bone was sticking out.

We surrendered to the Japanese and became Prisoners of War on Christmas Day, 1941 while I was at Queen Mary Hospital. Prisoners including myself were moved in Mid-January 1942 to Bowen Road Hospital. The nurses at the Queen Mary Hospital gave us a mosquito net, a heavy bathmat (towel) and a pillow to bring with us to Bowen Road, as they were not sure what was there. I was there until about January 1943, then moved to Sham Shui Po on the Kowloon side, which was now a POW Camp – formerly British Military Camp. It had been ransacked by the Chinese prior to Canadian POW’s here so there was no windows and wood from many of the buildings were gone (The Chinese needed the wood for heat). We used metal roofing material to make shutters to close the windows when raining and it rained quite a lot. There were lots of mosquitoes and lots of bed bugs. You could see them crawling on the net with any light.

When we first got to Sham Shui Po POW Camp, we were all in a big hut and then moved to a row of huts. I was in the row that looked over the North Seawall – a ways back from the wall – My roommates were Private John K. Patterson L13304, F.W. Herity H6577 "Ted", Private Clifford "Cliff" Matthews H6282, and Private Steward "Stu" Ganton K62090. We were together the whole time at Sham Shui Po. Many soldiers died due to poor living conditions and lack of decent food. I was one of the lucky ones because I was wounded during the initial battle. I worked as a clerk for Dr. Colonel Crawford keeping records in the POW camp.

The beds we slept on were old British Army Beds. They were metal beds split in the centre. The top had 4 legs and bottom had two so you could flip it up like a chair in the daytime. We never did flip it up as POW’s. The mattresses were originally 3 biscuits. It was like cushions made of canvas bags and coconut coya and stuffing. We tried to get a hold of a rice sacks and sew over top to have a mattress more comfortable. Somewhere along the line I traded my pillow for a bolster, which was canvas like a tube stuffed with coya off coconuts so I was more comfortable. I also used the heavy bathmat from Queen Mary Hospital as a towel for the whole time and kept my mosquito net the whole time. Our diet consisted of rice and whatever insects we could catch for protein.

About ¾ a mile across the harbour we watched the Japanese cover and camouflage oil tanks and tankers. We had full view when the tanks were bombed by the British/American/ &/or Chinese. There was a huge explosion. The tops would blow off and go as high as you could see. It burned for at least 3 days. The Canadian POW’s had to respond that we were happy or amused OR ELSE. Or Else meant that you could be beaten, bayoneted or killed. The Japanese took no mercy. They believed that it was dishonourable to be taken prisoner.

We moved in May 1945 to the Industrial School (East and South of the Kai Tak Airport). It was back to hospital beds. They moved all the amputees and people from Bowen Road here. We were here until August 1945 when the Japanese surrendered.

My job at the Industrial School was to work with Colonel Crawford. American’s dropped supplies after the surrender including chocolates and cigarettes. After that one of the POW’s I cared for was up in a hammock so fluids could drip from the infections. I brought him some chocolate and helped him to a taste. He said, "It never tasted sweeter". I left him a pack of smokes too. The next morning my friend was dead but he knew the taste of freedom.

Private Hyacinthe "Chester" Page H6391 – A Grenadier from Red Lake was a big man with a black moustache. He kept busy knitting as POW. He knitted sock for me for my amputated knee with Bamboo needle. He took apart machine knitted stuff. He used to knit for POW’s – socks and stuff.

After surrender, Ronnie and I were on leave for the afternoon and went out to visit a Chinese friend in town. On our way back we saw the British Hospital Ship "Prince Robert" dock. We met soldiers from the ship and told them we were Canadian POW’s. They said they were there to get us. We were taken on board the ship and they were very welcoming. I gave directions and map of how to get to the Industrial School where the rest of Canadian POW’s were. I had a kit bag I think I still have that had white figures on it. I kept my "stuff" in there. There weren’t much, some wooden sandals and clothes. I left my mosquito net and mattress behind. I was at ship again when a truck pulled up with a gang from the Industrial school. An orderly from the British Hospital Ship "Prince Robert – Oxfordshire" said "Don’t worry Jim, I have your bag" but by then my bolster (mattress) was gone. I didn’t figure I needed it anymore anyway.

Some Canadian POW’s on hospital ship, including myself, were ready to riot. Thirty or so of them were upset because they didn’t want to go all the way around the Cape to get home. So then Major Crawford and Colonel Kivia (sp) from Kowloon said he would get the "important" people for them. Major Crawford said NO; he wanted to talk to these boys (Canadian POW’s) here. Major Crawford had been our Senior Medical Officer and Colonel Kivia was with us before as well and had gone with Chinese Army with staff. Crawford let us know we were only going as far as Manila and after medical inspection, we would be flown home or other way. We came home on the aircraft carrier, "Glory". The Army had pretty much converted it to a hospital ship for the Canadian POW area.

In Manila on September 8, 1945 I was part of 1st group of POW’s to arrive at 248th General Hospital – US Army. I met my wife Lt. Elinor Marcine Hefner in Manila. "I had to go for physio."

Dr. John N. Crawford worked with the orderlies and helped with the sick POW’s in Hong Kong – I say he really worked hard for the sick and dying. He eventually died of diphtheria himself. He never did but should get a special commemorative for all his hard work.

Hong Kong Canadians aboard the "Glory" arrived home October 27th, 1945.

 

Souvenirs d’un prisonnier de guerre des Japonais : de décembre 1941 à août 1945

John est mort en juin 2005, et sa famille a généreusement fourni le récit qu’il a écrit lui-même sur son rôle dans la bataille de Hong Kong et les événements ultérieurs. John a terminé le récit en été 2004.

Par John Edward James H6912 –  Winnipeg Grenadiers, alias ​​Jesse James

Moi, John Edward James, ai participé à la bataille de Hong Kong pendant 17 jours en décembre 1941. Lorsque nous sommes arrivés, nous avons séjourné à la caserne Sham Shui Po –  un camp militaire britannique. Je faisais partie de la compagnie « A », Peloton 7. Parmi d’autres qui se trouvaient dans ce peloton étaient : le lieutenant Alexander W. Prendergast, le sergent intérimaire Thomas « Tommy » Cuthill H6093, le caporal intérimaire L. Borge Agerbak H6326, le caporal intérimaire George A. Lowe H6078 (mort en tant que prisonnier de guerre au Japon), le soldat Stanley « Stan » Kennedy H41766, le soldat Albert « Bert » Broadfoot H51857, le soldat Harry Orvis H6932 (tué au combat). Il y en avait d’autres, bien sûr, mais ce sont quelques noms dont je me souviens.

La plupart de la bataille pour moi s’est passée dans le passage Wong Nei Chong, au centre de l’île de Hong Kong. La compagnie « D » a commencé à se battre le 8 décembre 1941 sur le continent.

Il y a eu de violents combats dans la zone vers le 18 décembre 1941. Stan Kennedy a été blessé au combat le 18 ou le 19 décembre en essayant de se frayer un chemin en combattant jusqu’à l’endroit où se trouvait le SMC intérimaire John R. Osborne H6008. Je pensais que la tête de Stan avait sauté et il était mort, mais au cours de la nuit, des soldats du Corps volontaire de défense de Hong Kong ont sorti Stan du champ de bataille et plus tard, je l’ai vu au Queen Mary Hospital. Il avait une blessure grave à la tête et s’est fait mettre une plaque dans la tête après son retour au Canada. J’ai été à l’origine légèrement blessé dans cette bataille. J’étais avec Bert Broadfoot à l’époque. Bert s’est fait tirer une balle au poumon et j’ai eu quelques éclats d’obus à l’arrière de la jambe. J’ai traîné Bert jusqu’à une espèce de gouttière pour que nous soyons hors de portée des balles. Le sergent Cuthill nous a ordonné de nous rendre au poste de secours à Aberdeen. Bert est allé au Queen Mary Hospital et j’ai été soigné et renvoyé au combat.

Les combats se sont poursuivis et tout le monde a été dispersé dans la confusion. La matinée du 24 décembre, Harry Orvis et moi avons manqué d’obus de mortier de 3 po; nous avons donc essayé d’obtenir un obus de mortier à partir d’un camion qui avait été touché par les Japonais. Nous sommes tombés sur trois gars de l’armée indienne et un avait été gravement blessé au bras, au-dessus du coude. J’ai utilisé ma trousse de premiers soins, soigné le bras du gars et ensuite tiré un pardessus d’un autre homme. Nous avons fait un brancard avec le pardessus et avons aidé à transporter le sergent blessé jusqu’au barrage routier. Le sergent Broadfoot était là et Aberdeen était à une distance d’un demi mille. Un des hommes est tombé à genoux et m’a baisé la main pour les avoir aidé à descendre la colline en sécurité et les avoir soigné. Nous n’avons jamais obtenu les obus de mortier et je n’avais pas ma trousse de premiers soins plus tard, quand j’ai été blessé.

Orvis a été tué au combat plus tard ce jour-là sur Bennet’s Hill. J’ai été blessé au pied et à l’œil par des éclats d’obus plus tard ce jour-là, la veille de Noël 1941, à Bennet’s Hill (passage Wong Nei Chung). J’ai été laissé seul à me débrouiller, alors j’ai décidé de me diriger vers Aberdeen. J’étais à environ 3 milles d’Aberdeen, ayant monté Bennet’s Hill. J’ai rampé toute la nuit en me traînant le pied et je suis arrivé à la route vers Aberdeen le matin. J’étais très prudent, me cachant dans le fossé tandis que je rampais. Une troupe de Middlesex passait sur la route vers Aberdeen. Je me suis rendu compte qu’ils n’étaient pas l’ennemi, donc je leur ai fait savoir que j’avais besoin d’aide. Le caporal suppléant William M. Puddifoot, n° 6199800 de Middlesex, m’a porté sur son dos, tandis qu’il avait à son bras Agerbak (qui avait été aveuglé), et nous nous sommes rendus jusqu’au poste de premiers soins à Aberdeen. Deux autres de Middlesex marchaient à reculons pour nous couvrir en cas d’une attaque japonaise. On m’a amené au Queen Mary Hospital en ambulance. Les Japonais nous ont tiré dessus pendant le voyage et une partie des blessés a été tuée en chemin. Au Queen Mary Hospital, un excellent chirurgien (un homme des Indes orientales – le Dr Mansingh) a retiré des éclats d’obus de mon œil gauche (sans dommage permanent) et le Dr Mansingh n’a pas amputé mon pied gauche. J’ai été en salle d’opération pendant un certain temps le soir du jour de Noël. Puddifoot a également fini par entrer au Queen Mary Hospital le jour de Noël avec des blessures. Il est venu me rendre visite et ce fut la dernière fois que nous nous vîmes. Il a fallu que je subisse des amputations à la jambe gauche deux fois de plus pendant mon séjour de PG en raison d’une infection en dessous du genou. Après la guerre, je l’ai encore fait amputer en dessous du genou, car l’os en sortait.

Nous nous sommes rendus aux Japonais et fûmes faits prisonniers de guerre le jour de Noël 1941, alors que j’étais au Queen Mary Hospital. Les prisonniers, y compris moi-même, ont été déplacés à la mi-janvier 1942 au Bowen Road Hospital. Les infirmières du Queen Mary Hospital nous ont donné une moustiquaire, un tapis de bain lourd (serviette) et un oreiller pour apporter avec nous à Bowen Road, car elles n’étaient pas sûres de ce qu’il y avait là. J’ai été là jusqu’à environ janvier 1943, puis j’ai été transféré à Sham Shui Po, sur le côté de Kowloon, qui était devenu un camp de prisonniers de guerre – anciennement un camp militaire britannique. Il avait été saccagé par les Chinois avant que les PG canadiens y soient, donc il n’y avait pas de fenêtres et le bois de la plupart des bâtiments avait disparu (Les Chinois avaient besoin du bois pour se chauffer). Nous avons utilisé les matériaux de toiture en métal pour fabriquer des volets afin de fermer les fenêtres quand il pleuvait, et il pleuvait souvent. Il y avait beaucoup de moustiques et beaucoup de punaises. On pouvait les voir ramper sur la moustiquaire sitôt qu’il y avait de la lumière.

Quand nous sommes arrivés pour la première fois au camp de prisonniers de guerre à Sham Shui Po, nous étions tous dans une grande hutte, puis on nous a transférés à une rangée de huttes. J’étais dans la rangée qui donnait sur la digue du Nord – assez loin du mur. Mes colocataires étaient le soldat John K. Patterson L13304, F.W. « Ted » Herity H6577, le soldat Clifford « Cliff » Matthews H6282, et le soldat Steward « Stu » Ganton K62090. Nous étions ensemble tout le temps à Sham Shui Po. Beaucoup de soldats sont morts en raison de mauvaises conditions de vie et du manque de nourriture acceptable. J’ai été l’un des plus chanceux, car j’ai été blessé au cours de la première bataille. J’ai travaillé comme secrétaire pour le Dr colonel Crawford, à gérer les dossiers du camp de prisonniers de guerre.

Les lits sur lesquels nous dormions étaient de vieux lits de l’armée britannique. C’était des lits en métal avec une fente au centre. Le dessus avait quatre pattes et le bas en avait deux, de sorte qu’on pouvait les plier comme une chaise pendant la journée. Nous ne les avons jamais pliés en tant que prisonniers de guerre. Les matelas étaient à l’origine trois carrés de matériel de literie. C’était comme des coussins en sacs de toile bourrés de fibres de noix de coco et d’autres matériels. Nous avons essayé de mettre la main sur quelques sacs de riz et de les coudre dessus le matelas pour qu’il soit plus confortable. À un moment donné, j’ai échangé mon oreiller pour un traversin, qui était en toile, comme un tube bourré de fibres de noix de coco, pour que je sois plus à l’aise. J’ai aussi utilisé le tapis de bain lourd du Queen Mary Hospital comme serviette, et gardé ma moustiquaire, tout le temps que j’étais là. Notre régime alimentaire était constitué de riz et de tout insecte que nous pouvions attraper pour la protéine.

À environ trois quarts de mille à travers le port, nous avons observé les Japonais recouvrir et camoufler des réservoirs de pétrole et des pétroliers. Nous avons tout vu quand les chars ont été bombardés par les Britanniques/Américains et/ou Chinois. Il y a eu une énorme explosion. Les dessus sautaient et montaient à perte de vue. Le tout a brûlé au moins trois jours. À titre de prisonniers de guerre canadiens, nous devions répondre que nous n'étions ni heureux ni amusés, SINON. Sinon voulait dire qu’on pouvait être battus, passés à la baïonnette ou tués. Les Japonais étaient sans merci. Ils croyaient qu’il était déshonorant d’être fait prisonnier.

Nous avons emménagé en mai 1945 à l’École industrielle (à l’est et au sud de l’aéroport de Kai Tak). Il fallait retourner aux lits d’hôpital. Ils ont emménagé tous les amputés et les personnes du Bowen Road Hospital ici. Nous y sommes restés jusqu’en août 1945, moment de la reddition des Japonais.

À l’École industrielle, je devais travailler avec le colonel Crawford. Les Américains avaient largué des fournitures après la capitulation, y compris des chocolats et des cigarettes. Un des prisonniers de guerre que j’avais pris en charge était dans un hamac pour que les fluides puissent s’écouler des infections. Je lui ai apporté un peu de chocolat et l’ai aidé à y goûter. Il a dit, « ça n’a jamais goûté aussi doux. » Je lui ai laissé un paquet de cigarettes aussi. Le lendemain matin, mon ami était mort, mais il a connu le goût de la liberté.

Le soldat Hyacinthe « Chester » Page H6391 –  un Grenadier de Red Lake –  était un grand homme avec une moustache noire. Il s’occupait à tricoter comme prisonnier de guerre. Il m’a tricoté une chaussette pour mon genou amputé avec une aiguille en bambou. Il défaisait des articles tricotés à la machine. Il tricotait pour les prisonniers de guerre – des chaussettes et des trucs comme ça.

Après la capitulation, Ronnie et moi étions en congé pour l’après-midi et nous sommes sortis aller voir un ami chinois en ville. En revenant, nous avons vu le navire hospitalier britannique « Prince Robert » au quai. Nous avons rencontré les soldats du navire et leur avons dit que nous étions prisonniers de guerre du Canada. Ils ont dit qu’ils étaient là pour venir nous chercher. Nous avons été emmenés à bord du navire et ils étaient très accueillants. J’ai donné des directions et une carte pour montrer comment se rendre à l’école industrielle où était le reste des prisonniers de guerre du Canada. J’avais un sac à fourbis –  je pense que j’ai encore – qui avait des chiffres blancs. J’ai gardé mes affaires là-dedans. Il n’y avait pas grand chose : des sandales en bois et des vêtements. J’ai laissé ma moustiquaire et mon matelas. J’étais à nouveau à bord du navire quand un camion est arrivé avec un groupe de l’école industrielle. Un infirmier du navire hospitalier britannique Prince Robert – Oxfordshire a lancé « Ne vous inquiétez pas, Jim, j’ai votre sac », mais mon traversin (matelas) était déjà disparu. Je n’en avais besoin plus de toute façon.

Certains des prisonniers de guerre canadiens à bord du navire hospitalier, y compris moi-même, étions prêts à l’émeute. Une trentaine d’entre nous étions mécontents parce que nous ne voulions pas aller tout autour du Cap pour rentrer chez nous. Donc, le major Crawford est venu avec le colonel Kivia (sp) de Kowloon, qui nous a dit qu’il enverrait les gens « importants » pour nous parler. Le major Crawford a dit NON; il voulait parler à ces garçons (nous, les prisonniers de guerre canadiens) sur place. Le major Crawford avait été notre directeur médical et le colonel Kivia avait aussi été avec nous auparavant; il était allé avec l’armée chinoise et son personnel. Crawford nous a laissé savoir que nous n’irions pas plus loin que Manille et qu’après un examen médical, nous serions rapatriés par avion ou d’une autre manière. Nous sommes rentrés sur le porte-avions « Glory ». L’armée l’avait à peu près converti en un navire hospitalier de la zone canadienne des prisonniers de guerre.

A Manille le 8 Septembre 1945, je faisais partie du 1er groupe de prisonniers de guerre à arriver au 248th General Hospital – US Army (armée américaine). J’ai rencontré ma femme, la lieutenant Elinor Marcine Hefner, à Manille. Je devais aller faire de la physio.

Le Dr John N. Crawford a travaillé avec les infirmiers et a aidé à soigner les prisonniers de guerre malades à Hong Kong – je dis qu’il a vraiment travaillé dur pour les malades et les mourants. Il est finalement décédé de la diphtérie lui-même. On ne lui en a jamais décerné une, mais il devrait obtenir une médaille commémorative spéciale pour son travail acharné.

Les Canadiens à Hong Kong à bord du « Glory » sont arrivés à la maison le 27 octobre 1945