Web Contents:

HKVCA Home
About Us
BOD Meeting Results
Contacts / Membership
Hall of Valour (CVHV)
Historical/Personal Accts
HKVCA Store
How to Donate
Newsletters
"Remembrances"
Submissions & Links
Suggested Reading
Teachers' Zone
Visiting Hong Kong?


Image Gallery

'C' Force Web


Discussion Forum


HKVCA Web Help:

Site Map
FAQ


Archives


External Links:

Veterans Affairs Canada

VAC-Veterans Independence Program

War Amps

Military and Related Sites


BOD Only (password required)

 

Bob "Flash" Clayton

Reprinted here by permission is an article written by Mary Ann Goheen, based on an interview with Bob "Flash" Clayton, RRC. This article appeared in Fall 2004 Edition of The Reveille, a publication of District F ONTARIO COMMAND The Royal Canadian Legion. Thanks to Mary Ann for documenting Bob Clayton's memories, and to Bob for sharing the story of his life with us.

"You had to learn Japanese to survive”

Hong Kong Vet Bob ‘Flash’ Clayton

This is a story of a frequently overlooked group of Canadians who were sent by our country to support the scant contingent of British and Hong Kong nationals to defend the British Colony of Hong Kong.

Many would meet their fate in the battles that preceded the fall of Hong Kong or in the POW camps to follow. This article comes with a warning that what you read is graphic and disturbing.

Bob Clayton, a Life member of #488 Brechin-Mara branch is the heart of this article. Comrade Bob agreed to talk to me about his experience as a serviceman and Hong Kong Prisoner of War. John & I met Bob and his wife Jesse at their cottage on the shores of Lake Simcoe just after Thanksgiving.

Sitting around the kitchen table, Bob brought out several photos and some very important original documents from that period in his life.

“I quit school at 14 as a lot of my generation did—I was the eldest of 8...I used to deliver groceries on my bike for $5 a week before the war. I joined the militia—the Queen’s York Rangers in Toronto…”

Bob liked the training and recalled going to summer camp in Niagara for two weeks. War preparations began in mid-August 1939. Told to report in uniform to the Armories , Bob and his fellow militiamen were transported to the Welland Canal and put on guard duty. When they returned to Toronto Bob requested a transfer to the Royal Canadian Regiment. Bob volunteered to go to camp for overseas. “I looked older than I was...anyway my mother wrote and told them I was under age so they sent me back and I was transferred to the RCR depot in London”.

Promoted to corporal, young Bob was training recruits. In the fall 1940 Clayton requested a transfer to the Royal Rifles and was sent to Quebec City to join the regiment and another promotion to Sgt. He was stationed at Val Cartier and did some duty in Newfoundland.

Meanwhile overseas, Japan was looking to expand their Empire, had marched through China and were advancing toward Hong Kong—it was now 1941.

Britain had a small contingent of soldiers guarding the colony. The British government under Churchill, knew that the likelihood of holding onto Hong Kong against the Japanese was a pipe dream. But in true British fashion, they wanted to maintain the ‘appearance of a force’ but were not prepared to commit any more of their own troops to the region. Britain’s main focus at the time was the German threat. Canada was called upon to send troops for support and our government quickly obliged.

Approximately 2000 men from the Winnipeg Grenadiers and Royal Rifles found themselves on a train for a destination unknown to them.

“In Oct. ‘41, I was sent to Kong Kong—I had my 20th birthday going over—–we didn’t arrive in Hong Kong until mid-Nov.”

British intelligence had estimated the Japanese threat to be about 5000 soldiers when in fact it was more like 50,000.

Bob and his chums were more interested in the sights of Hong Kong, the girls ...beer was cheap at 10 cents and rickshaw rides were a real novelty. Hong Kong also had a lot of tattoo parlours, and Bob christened his adventure with a permanent reminder on his arm—the Regimental Coat of Arms and the word “Mother”. It was not to be the only ‘souvenir’ he’d be bringing home when the fighting was over.

Everyone knows that Dec. 7th 1941 at 7:50 am Japan bombed Pearl Harbour but what people don’t remember or realize that it was only hours later that Japan attacked the Philippines, Malaysia and Hong Kong. It was Dec. 8th… “I looked up and saw a V of airplanes...about that time I heard this British voice say “they must be up from Singapore”...I saw these black pieces falling from the planes….now I’d never been bombed before but I’m not stupid” Bob hit the first ditch he saw head first—the ditch was over six feet deep.

Hong Kong is partly on the mainland and consists of an island as well. Initially the troops were defending mainland Hong Kong but with the advancement of the Japanese the Canadians were ordered to go back to the island of Hong Kong. After that the Hong Kong Chinese were at the mercy of the Japanese—–a quality that eluded many a Japanese soldier.

“You could hear the screams coming from Kowloon...it was one massive scream all night long...made your hair stand on end” recalled Bob.

The British were in charge of the Canadians and the expectation was that the island would be attacked by sea and in daylight. The attack came at night and the green recruits from Canada had only been in the Far East less than a month—now they were being bombed, fighting man-man and dying. The first Canadian casualty was Winnipeg Grenadier John Grey—he missed the ferry ride from the mainland to the island and was captured and killed.

Comrade Bob was wounded four times. His platoon officer sent him to get some flare pistols in the early hours of the night. While walking down the dark road a ‘sheet of flame’ came up and hit Bob knocking him down, He couldn’t get up. Somehow he managed to crawl back up the road to his platoon, called out for the platoon officer. The Officer asked him if he had the flare pistols, he replied to the negative, to which the officer told him he’d have to go back for them. Bob informed him he was wounded. A couple of comrades dragged him to a bunker and left him. Bob pondered his situation, figured he’d get the bayonet if the enemy found him so considered beating them to it pulled the pin from a hand grenade. But after some further consideration decided he could be of some use and perhaps take out a few of the enemy before a bad situation got worse!. Luckily for Bob, someone returned for him ...a Lt. Scott put Bob on his back and took him into a field hospital—meanwhile Bob was still clutching the grenade to his chest. At the hospital, Bob created quite a furor when the doctor discovered Bob was still holding the live grenade. “Someone took it off me and I heard it go off somewhere outside.”

Lt. Scott would later be found tied together with four others and bayoneted.

With shrapnel wounds to both legs, a bullet in one, a concussion and cut from flying glass when the ambulance was hit on route to the hospital at St. Stephens, Bob was quite a sight. It was Dec. 18th and Bob was not on the battlefield anymore.

The fighting continued and being out numbered, out gunned by the Japanese, it was only days before the British surrendered. On Christmas Day 1941, the Japanese arrived on the doorstep of St. Stephen’s College (the hospital had been set up here for the wounded) and with abandonment entered the building killing the surrendering medical officers and bayoneting 63 helpless Canadian & British soldiers in their beds. Bob Clayton was one of the wounded who for some unknown reason was spared as was his friend Al Babin...but witnessed the slaughter of their comrades. “Nurses were raped, killed and mutilated ...some of us who were spared were put in a separate room...a couple of the guys were taken out...we could hear the screams...Several hours later when we were herded out of the room, we passed the bodies of the men who had been taken from us.” Bob’s friend Al Babin was to write that .. “ears were cut off, tongues cut out and eyes gouged from their sockets hanging on their cheeks. They were a terrible mess." There were pools of blood everywhere. The stench of blood, excrement, urine and vomit just filled the air. It was a horrible scene.”

No one knew what was in store for them. Japan had not signed the Geneva Convention—their policy was not to keep prisoners of war or provide medical treatment let alone allow the Red Cross parcels or inspections of their POW camps.

Taken to Sham-Shui-Po prison camp Bob worked at Kai Tak airport from early morning to night. “They worked you to death...you had to build your own camps...if you didn’t work they put you on half rations…” Food was horrible by many accounts. From the diary of Charles Trick ,Winnipeg Grenadier the account written Dec. 23/41… “Got rice and seaweed twice today and clean camp. Very weak. We bail some grass and leaves and eat them. A few more boys arrive in PM. Can't get any news. We believe we are the only ones left. Feel pretty blue. Took my boots off tonite and washed my feet. First time since Dec 6.”

Rice was the main staple fed to the prisoners and not much of that—occasionally a vegetable of some description was dragged across it for minimal flavour. I asked Bob if he ate rice today and to my surprise he said he did in a variety of ways—fried, steamed etc.

The only thing he couldn’t eat in the camp was “green horror”—the seaweed served on top of rice or made into a soup.

Some of Bob's fellow prisoners - you can see the ribsIn the camps of Hong Kong the main killer was ‘everything’ from dysentery, malaria, beriberi wet & dry, starvation. In the camps in Japan it was “pneumonia”. In the winter of ‘43, after about a year at Sham-Shui-Po, Comrade Bob and about 500 others were shipped to Japan in the hold of an old freighter…. “food was lowered to us in a bucket, ...it was a terrible trip...when we came out of the hold the Japs were holding their noses and my thought were ‘You bastards, we’ll have our day’.” Bob along with the others were sent to work in the shipyards of Yokohama. The Nippon Ko Kon is still in operation today, it is a multi national corporation but during the war the prisoners worked there building Japan’s war fleet.

The prisoners were kept at camp 3D. The climate of Japan is similar to Canada. “the men were sick all the time and in winter there was no heat. If you got wet there was no way to dry your clothes so you wore them wet: Pneumonia was a big killer, beatings and other abuses a daily occurrence, and there was never enough to eat—you were always hungry.”

Escape was not considered an option—–4 Canadians escaped from the camp in Hong Kong trying to get to Canton. When they were caught they were beheaded, no doubt after being tortured. “After the four escaped, we were put in groups of ten and told if one escaped from the group the remaining nine would be executed—we believed them”

I examined the letter sent from Bob to his mother while in captivity.. “ It was 11 months before my mother learned I was alive—the mailman knocked on the door to personally give it to her.” I couldn’t help but wonder how many times Bob’s mother would have taken that letter out of her apron pocket or from the special place she kept it to read it over and over.

Also in the mementos his mother had saved, was a letter of apology sent to Mrs. Clayton from the Red Cross. It stated in the letter “the Red Cross made every possible effort to assist our unfortunate prisoners in the Far East but the unco-operative attitude of the Japanese permitted only a minimum of Red Cross supplies to reach the prison camps.” “A lot more would have lived if we had received the parcels...sometimes they contained medicine, food, clothes.

All the time in camps I received 3 Red Cross parcels...my mother sent a parcel every month but I only received one….in one parcel mother had sent toothpaste...my buddy George Sopher and I put it on our rice until it was all gone.”

4% of POW in German camps died compared to 27% POW in Japanese camps.

While working in the shipyard, Bob fell ill, problems with his breathing. Dr. Reid one of the Canadian POW told ‘Flash’ he was going to bed…. “He had a room separate from the rest—a kind of isolation—that’s where I stayed until I was given the OK to return to work.”

The prisoners got little news and often any letters they received from home were almost a year old.

“About March 1945, the Americans bombed the city at night—over 50,000 people died in those raids...the camp was at the edge of the city and luckily we didn’t get hit.”

The Japanese decided to move some of the POW’s to northern Japan to work in the coal mines—Bob was one of them. He was now relocated to Camp Sendai.

Like the Germans, the Japanese had a final solution of their own for POW’s but the end of the war in the Far East came faster than Japan could ever predict.

With the Atomic bomb hitting Hiroshima and Nagasaki ,came an abrupt end to the suffering of the POW’s .

“The Americans dropped food into the camp….I weighed around 100 lbs when I came out of the camp...the Americans treated us great…” . Liberated by the Americans, 50 POW’s were taken to Tokyo and put aboard the USS Wisconsin. Appalled by the condition of the men, the Commander assigned a sailor to buddy-up with each POW with orders to get the POW “anything he wants...we could eat 24 hours a day….the Commander announced that they had some guys on board that hadn’t had much to eat for several years and that we would be going to the front of line at mealtime.” ‘Flash’ Clayton was paired with Bob Grillo and the men have kept in touch ever since.

“They transported us to Guam where we were hospitalized and examined….we hadn’t heard much about Iwo Jima, the place of the famous photo of marines raising the US flag….over 6000 died in that battle, but I recall looking out from the ship and saying Thank You Very Much”.

Hospital stays were mandatory for men who were barely alive, 3 weeks in Guam, 21 days on a Liberty ship from Guam to California and 3 days in Vancouver, before boarding a train for Toronto.

The train trip across Canada was spent playing bridge with 3 ladies, one who was very pregnant.. “I thought she was going to have that baby on the train...before we got to Toronto the pregnant one tried to convince me to let her escort me off the train to my awaiting mother—she thought it would be a great joke—my mother would have had a stroke at the sight! Looking back, I kind have wished I had done it for the hell of it!”

“ It was Christmas Day and since I had been gone my mother had put my Christmas presents away each year….I opened them all that day...68 relatives met me at the train station,...my Dad had cooked a goose because that was my favourite...what a homecoming.”

More hospital time would follow but the the fighting was not over. “The government didn’t want to recognize our conditions and give us any compensation….we organized the Hong Kong Veterans Association with members across Canada...Cliff Chadderton of War Amps has done a fantastic job on our behalf and I give credit to the Royal Canadian Legion for lobbying the government on our behalf.

In typical bureaucratic fashion, the government finally acknowledged the HK vets a 50% POW pension in 1976 but only in the last 5 years have they granted the vets a 100% pension. The members have greatly reduced since 1945—200 died from the affects of their incarceration before the age of 50; 87 returned legally blind. Buried in Hong Kong from camp death are 264 Canadians, 137 died in camps in Japan and then there are the battle dead and those from the St. Stephen’s massacre to add to the count.

“ What hurts the most is the number who died from conditions of our internment and even those who came home and died in spite of getting help here.” says Clayton.

Bob celebrated his 20th birthday en route to Hong Kong and his 24th on the way home.

He continues to suffer to this day from conditions acquired as a result of his internment—avitaminosis with residual effects and peripheral vascular damage and a slight limp from the bullet wounds he sustained.

“We all suffer the after affects of starvation.” I asked Bob if there was ever a time when he felt he wasn’t going to get out alive… “NEVER—I never gave up that I would live through it.” Perhaps his ‘never give up’ motto held him in good stead all these years. Maybe it was something he inherited from his father—a WWI vet, Bob’s father served with the 20th Battalion at Vimy, Paschendale, Hill 70; his youngest brother joined the 6th Division and requested to serve in the Far East because his brother Bob was a POW.

Japan refuses to acknowledge the POW’s in any manner—there has been no official apology and no compensation from either the Japanese government or the corporations that used these men for slave labour. In 1952 without permission from the HK Veterans Association,

Canada pardoned the government of Japan for any wrongdoing, in effect kneecapping our Veterans claims for retribution.

‘Flash’ Clayton has returned to Hong Kong and Japan and to the cemeteries where his friends are buried several times over the years. He has missed only three reunions since 1952. On one trip to Japan, he was asked to speak to school aged children about his incarceration by the Japanese and the teacher told him.. “tell the students what happened—all of it—they need to learn about it. I never thought I’d see that day—we were well received.”

Bob and Jesse Clayton
Returning to civilian life after the war, Bob worked for the City of Toronto worked his way up the ladder from labourer to superintendent in the public works department. He married another vet whom he had met in 1939. Jesse was a member of the CWAC Pipe Band, the only female military pipe band in history. Those girls marched and played the bagpipes through France, Belgium, Germany and Holland. And in 1946 Jesse piped her way to the Bob’s heart and they were married. They have 2 daughters, 3 grandchildren 7 great-grandchildren.

Twenty-eight years ago, the Claytons moved to Brechin and became involved in Br. 488. Bob has served for many years as Sgt. At Arms for the branch and has been involved in that position at Zone level over the years as well.

In 1991, Bob was selected to be part of the National Film Board production of ‘The Valour and the Horror—A Savage Christmas Hong Kong 1941’—produced by Brian & Terrence McKenna, along with Winnipeg Grenadier Bob Manchester. In spite of the controversy surrounding the 3 part series, Clayton speaks positively of the first part about Hong Kong.. “They did represent our situation well.”

Bob speaks all over the province to schools and other groups about the Hong Kong conflict and subsequent treatment of POW’s and the importance of ’Remembrance’.

In November he is speaking at a Whitby high school.

In 2003, Comrade Bob was awarded the Queens Jubilee Medal. His name had been submitted by both the HKVA and War Amps as well as his own branch. His medal is framed along with the letter submitted by the Branch President Len Shier. It reads as follows:

“...participates in the Citizenship Reaffirmation Ceremony which began in our community several years ago...Bob spends many hours traveling to schools and class rooms in our surrounding community speaking to many students and educating them on the sacrifices of many fallen comrades in order for our Country to enjoy the freedom they fought for….We are truly proud of this man and love him dearly. I can’t think of anyone more deserving of the Queen’s Jubilee”.

The day of the medal presentation, there were 200 at the Legion. George MacDonell a fellow POW presented it to him. “the branch had a great bar that day and Heather Shier said to me, ...Bob can you get a medal every year?”

George MacDonell wrote the book “ One Soldier’s Story 1939-1945 From the Fall of Hong Kong to the Defeat of Japan” published by Dundurn Press 2002—Comrade Bob has sent me a copy of this book and I look forward to reading it.

Next year will be the 64th anniversary of the fall of Hong Kong. “It will be our last hurrah!” says Clayton.

Cadets from the Winnipeg Grenadiers & RCR accompanied the vets on a pilgrimage. Here they stand guard in Sai Wan Cemetery, Hong KongA few years ago Dominion President Bill Barclay attended a reunion of this group of Vets in Hong Kong. Bob & Jesse Clayton took their daughters with them on that pilgrimage and as his daughter was to remark….. “Dad, a lot of laughs and a lot of tears.”

This Nov. 11th, Bob will be in Ottawa laying the wreath on behalf of the Hong Kong Vets. Several speaking engagements have been organized for him over the 4 day trip along with newspaper interviews. The Toronto Star called him the other day for an interview.

I’m sure as Bob lays the wreath and the memories return in those moments he may repeat the words he said in ‘The Valor and the Horror’ which go like this:

“I’m very proud to have served with this brigade both in fighting and in Prison Camp—I’d like to say to them. ...where ever you are...where ever you go, You can say ‘I’m a Hong Kong Veteran’ and hold your head up high.”

Mary Ann Goheen

 

Repris ici, avec permission, est un article écrit par Mary Ann Goheen, selon une entrevue avec Bob « Flash » Clayton, des RRC. Cet article a paru à l’automne 2004 dans The Reveille, une revue du District F du commandement de l’Ontario de la Légion royale canadienne. Nos remerciements à Mary Ann pour avoir documenté les souvenirs de Bob Clayton, et à Bob pour nous avoir raconté sa vie.

 

« Il fallait apprendre le japonais pour survivre »

L’ancien combattant de la bataille de Hong Kong
Bob « Flash » Clayton


Voici l’histoire d’un groupe souvent négligé de Canadiens qui ont été envoyés par notre pays pour appuyer le maigre contingent de Britanniques et de citoyens de Hong Kong pour défendre la colonie britannique de Hong Kong.

Plusieurs d’entre eux trouveraient la mort dans les batailles précédant la chute de Hong Kong ou dans les camps de prisonniers de guerre à suivre. Cet article est accompagné d’un avertissement que ce que vous y lirez est graphique et troublant.

Bob Clayton, membre à vie du n° 488 du service Brechin-Mara, est au cœur de cet article. Le camarade Bob a accepté de me parler de son expérience en tant que militaire et prisonnier de guerre à Hong Kong. John et moi avons rencontré Bob et sa femme Jesse à leur chalet sur les rives du lac Simcoe, juste après l’Action de grâce.

Assis autour de la table de la cuisine, Bob a fait sortir plusieurs photos et quelques documents originaux très importants de cette période de sa vie.

« J’ai quitté l’école à 14 ans, comme plusieurs de ma génération. J’étais l’aîné de huit enfants... J’avais l’habitude de livrer des épiceries en vélo pour 5 $ par semaine avant la guerre. J’ai rejoint la milice des Queen’s York Rangers, à Toronto... »

Bob a aimé la formation et se souvenait avoir été au camp d’été à Niagara pendant deux semaines. Les préparatifs de guerre ont commencé à la mi-août 1939. Invités à se présenter en uniforme aux armoiries, Bob et ses collègues miliciens ont été transportés au canal Welland et mis en service de garde. Quand ils sont retournés à Toronto, Bob a demandé un transfert au Royal Canadian Regiment. Bob s’est porté volontaire pour aller au camp pour l’étranger. « Je paraissais plus âgé... de toute façon, ma mère a écrit et leur a dit que j’étais trop jeune, alors ils m’ont renvoyé et j’ai été transféré au dépôt du RCR à London. »

Promu au grade de caporal, le jeune Bob s’occupait de la formation des recrues. À l’automne 1940, Clayton a demandé un transfert aux Royal Rifles et a été envoyé à Québec pour rejoindre le régiment, recevant une autre promotion, celle-là au rang de sergent. On le mit en poste à Val Cartier et il compléta une période de service à Terre-Neuve.

Pendant ce temps, à l’étranger, le Japon cherchait à étendre son empire, avait traversé la Chine, et avançait vers Hong Kong. C’était l’année 1941.

La Grande-Bretagne avait affecté un petit contingent de soldats à la garde de la colonie. Le gouvernement britannique, sous Churchill, savait que la probabilité de défendre Hong Kong contre les Japonais était un rêve illusoire. Mais de façon typiquement britannique, ils ont voulu maintenir « l’apparence d’une force », sans être prêts à affecter davantage de leurs propres troupes à la région. La Grande-Bretagne à l’époque se concentrait surtout sur la menace allemande. Le Canada a été appelé à envoyer des troupes d’appui et notre gouvernement a rapidement accepté.

Environ 2 000 hommes de la Winnipeg Grenadiers et du Royal Rifles se sont retrouvés à bord d’un train pour une destination qui leur était inconnue.

« En octobre 1941, j’ai été envoyé à Kong Kong. J’ai célébré mon 20e anniversaire pendant la traversée - nous ne sommes pas arrivés à Hong Kong avant la mi-novembre. »

Les services de renseignements britanniques avaient jugé que la menace japonaise s’élevait à environ 5 000 soldats, alors qu’en fait le chiffre était plutôt environ 50 000.

Bob et ses copains s’intéressaient davantage aux sites de Hong Kong : les filles... la bière n’était pas cher à 10 cents et les promenades de pousse-pousse représentaient une véritable nouveauté. Hong Kong avait également beaucoup de salons de tatouage, et Bob baptisa son aventure avec un rappel permanent sur le bras – les armoiries régimentaires et le mot « Mother » (mère). Ça ne serait pas le seul « souvenir » qu’il ramènerait à la maison à la fin des combats.

Tout le monde sait que le 7 décembre 1941 à 7 h 50, le Japon a bombardé Pearl Harbour, mais ce dont les gens ne se souviennent pas ou ne se rendent pas compte est que quelques heures plus tard, le Japon a attaqué les Philippines, la Malaisie et Hong Kong. C’était le 8 décembre... « J’ai levé les yeux et j’ai vu un V d’avions... à ce moment, j’ai entendu une voix britannique dire « ils doivent venir de Singapour »... J’ai vu ces pièces noires qui tombaient des avions.... là, je n’avais jamais été bombardé, mais je ne suis pas stupide. » Bob a sauté dans le premier fossé qu’il a vu, la tête la première. Le fossé était d’une profondeur de plus de six pieds.

Hong Kong est en partie sur le continent et comprend également une île. Au départ, les troupes défendaient la partie continentale de Hong Kong, mais avec l’avance japonaise, les Canadiens ont reçu l’ordre de retourner à l’île de Hong Kong. Après ça, les Chinois de Hong Kong se sont trouvés à la merci des Japonais – malgré que la miséricorde soit inconnue de plusieurs soldats japonais.

« On pouvait entendre les cris venant de Kowloon... c’était un cri énorme continu toute la nuit... cela nous faisait dresser les cheveux sur la tête, » s’est rappelé Bob.

Les Britanniques étaient responsables des Canadiens et on s’attendait à ce que l’île soit attaquée par la mer et en plein jour. L’attaque est survenue dans la nuit et les recrues vertes en provenance du Canada avait seulement été en Extrême-Orient moins d’un mois; ils se faisaient maintenant bombarder, luttant homme contre homme et mourant. La première victime canadienne a été le Winnipeg Grenadiers John Grey : il a raté le traversier du continent à l’île et a été capturé et tué.

Camarade Bob a été blessé quatre fois. Son officier de peloton l’a envoyé chercher des pistolets signaleurs au début de la nuit. Alors que Bob marchait sur la route sombre, un « rideau de flammes » est arrivé et l’a frappé, le renversant. Il ne pouvait pas se lever. D’une façon ou d’une autre, il a réussi à ramper jusqu’à la route vers son peloton, en appelant l’officier de peloton. L’officier lui a demandé s’il avait les pistolets signaleurs, et il a répondu que non, après quoi l’officier lui a dit qu’il faudrait retourner les chercher. Bob l’a informé qu’il était blessé. Deux camarades l’ont traîné à un bunker et l’ont quitté. Bob a réfléchi à sa situation, a jugé qu’il serait passé à la baïonnette si l’ennemi le trouvait, et a songé à les devancer en tirant la goupille d’une grenade. Cependant, après y avoir réfléchi encore davantage, il a décidé qu’il pourrait encore être utile et peut-être zigouiller quelques ennemis avant qu’une mauvaise situation ne s’empire ! Heureusement pour Bob, quelqu’un est revenu le chercher... un lieutenant Scott a hissé Bob sur son dos et l’a emmené à un hôpital de campagne. En attendant, Bob serrait toujours la grenade contre sa poitrine. À l’hôpital, Bob a créé tout un tollé lorsque le médecin a découvert Bob tenant toujours la grenade. « Quelqu’un me l’a prise et je l’ai entendue exploser quelque part dehors. »

Le lieutenant Scott allait plus tard être trouvé lié avec quatre autres et ayant été passé à la baïonnette.

Avec des éclats d’obus aux deux jambes, une balle dans une de celles-ci, une commotion cérébrale et des éclats de verre l’ayant coupé lorsque l’ambulance avait été frappée sur la route vers l’hôpital à St. Stephens, Bob présentait tout un tableau. C’était le 18 décembre et Bob n’était plus sur le champ de bataille.

Les combats ont continué et, les Japonais étant supérieurs en nombres et mieux armés, il n’a fallu que quelques jours avant que les Britanniques ne capitulent. Le jour de Noël 1941, les Japonais sont arrivés sur le seuil du St. Stephen’s College (l’hôpital y avait été mis en place pour les blessés) et, avec abandon, entrèrent dans le bâtiment tuer les officiers médicaux qui se rendaient et passer à la baïonnette 63 soldats canadiens et britanniques sans défense dans leurs lits. Bob Clayton était un des blessés qui, pour une raison inconnue, a été épargné, comme cela a été le cas pour son ami Al Babin... mais ils ont assisté au massacre de leurs camarades. « Les infirmières ont été violées, tuées et mutilées... certains d’entre nous qui avaient été épargnés ont été mis dans une chambre séparée... on a fait sortir quelques gars... on pouvait les entendre crier... Plusieurs heures plus tard, lorsqu’on nous a reconduits hors de la salle, nous avons passé les corps des hommes qui nous avaient été enlevés. » L’ami de Bob, Al Babin, allait écrire que... « Les oreilles avaient été coupées, les langue découpées et les yeux crevés, tirés de leurs orbites et suspendus sur leurs joues. C’était un gâchis terrible. » Il y avait des mares de sang partout. La puanteur du sang, des excréments, de l’urine et du vomi empestait l’air. C’était une scène horrible. »

Personne ne savait ce qui était en réserve pour eux. Le Japon n’avait pas signé la Convention de Genève— leur politique était de ne pas garder des prisonniers de guerre ou de fournir de traitement médical et encore moins permettre l’entrée des colis de la Croix-Rouge ou des inspections de leurs camps de prisonniers de guerre.

Emmené au camp de prison Sham Shui Po, Bob travailla à l’aéroport de Kai Tak depuis tôt le matin jusqu’à la tombée de la nuit. « On nous tuait à la tâche... il fallait que nous construisions nos propre camps... Si on ne travaillait pas, on ne recevait que la moitié des rations. » La nourriture était horrible selon de nombreux témoignages. D’après le journal de Charles Trick, Winnipeg Grenadier, et son compte-rendu écrit le 23 décembre 1941 : « Nous avons reçu du riz et des algues deux fois aujourd’hui et avons nettoyé le camp. Très faible. Nous faisons bouillir un peu d’herbe et de feuilles et nous les mangeons. Quelques garçons de plus arriveront ce soir. Impossible d’obtenir des nouvelles. Nous croyons que nous sommes les seuls qui restent. J’ai vraiment le cafard. Je me suis enlevé les bottes ce soir et me suis lavé les pieds, pour la première fois depuis le 6 décembre. »

Le riz était la principale denrée de base des prisonniers et il n’y en avait pas beaucoup. De temps en temps, on y faisait traîner un légume quelconque pour y ajouter une saveur minimale. J’ai demandé à Bob s’il mangeait du riz aujourd’hui et à ma grande surprise, il a dit qu’il en prépare de toutes sortes de façons : frit, cuit à la vapeur, etc...

La seule chose qu’il ne pouvait pas manger dans le camp était « l’horreur verte » — les algues servies sur du riz ou cuites en soupe.

Dans les camps de Hong Kong, la principale cause de décès était « tout », soit la dysenterie, le paludisme, le béribéri œdémateux et béribéri sec, et la famine. Dans les camps au Japon, c’était « la pneumonie ». L’hiver de 1943, après environ un an à Sham Shui Po, le camarade Bob et environ 500 autres ont été expédiés au Japon dans la cale d’un vieux cargo... « La nourriture nous était descendue dans un seau... ce fut un voyage terrible... quand nous sommes sortis de la cale, les Japonais se tenaient le nez et j’ai pensé « salauds, nous aurons notre heure de gloire. » Bob et les autres ont été envoyés travailler dans les chantiers navals de Yokohama. Le Nippon Ko Kon est toujours en opération aujourd’hui; c’est une société multinationale, mais au cours de la guerre, les prisonniers y travaillaient à la construction de la flotte de guerre du Japon.

Les prisonniers étaient détenus au camp 3D. Le climat du Japon est semblable à celui du Canada. « Les hommes étaient malades tout le temps et en hiver, il n’y avait pas de chaleur. Si on se faisait tremper, il n’y avait pas moyen de se sécher les vêtements; donc, il fallait les porter mouillés : la pneumonie en a tué plusieurs. Les passages à tabac et autres abus étaient une réalité quotidienne, et il n’y avait jamais assez à manger; Nous avions toujours faim. »

Personne ne voyait l’évasion comme une option — quatre Canadiens se sont échappés du camp à Hong Kong et ont essayé de se rendre à Canton. Quand ils ont été capturés, ils ont été décapités, sans doute après avoir été torturés. « Après l’évasion de ces quatre, ils nous ont mis dans des groupes de dix et ont dit que si l’un de nous s’échappait du groupe, les neuf autres seraient exécutés. Nous les croyions. »

J’ai examiné la lettre envoyée par Bob à sa mère alors qu’il était en captivité. « Onze mois se sont écoulés avant que ma mère n’apprenne que j’étais en vie. Le facteur est venu frapper à la porte personnellement pour lui donner la lettre. » Je ne pouvais pas m’empêcher de me demander combien de fois la mère de Bob aurait pris cette lettre de sa poche de tablier ou de la place spéciale où elle la gardait pour la lire encore et encore.

Toujours dans les souvenirs que sa mère avait sauvegardés était une lettre d’excuses adressée à Mme Clayton de la part de la Croix-Rouge. La lettre déclarait que « la Croix-Rouge a fait tous les efforts possibles pour aider nos malheureux prisonniers en Extrême-Orient, mais l’attitude peu coopérative des Japonais n’a permis qu’un minimum de fournitures de la Croix-Rouge n’atteigne les camps de prisonniers. » « Un beaucoup plus grand nombre aurait survécu si nous avions reçu les colis... parfois, ils contenaient des médicaments, de la nourriture, des vêtements. »

« Tout le temps que j’étais dans les camps, j’ai reçu trois colis de la Croix-Rouge... ma mère a envoyé un colis tous les mois mais je n’en ai reçu qu’un seul.... dans un paquet, ma mère avait envoyé du dentifrice... mon copain George Sopher et moi l’avons mis sur notre riz jusqu’à ce qu’il soit tout disparu. »

Quatre pour cent des prisonniers de guerre dans les camps allemands sont morts, par rapport à 27 % dans les camps japonais de prisonniers de guerre.

En travaillant au chantier naval, Bob est tombé malade de problèmes avec sa respiration. Le Dr Reid, un des prisonniers de guerre canadiens, a dit à « Flash » qu’il devait rester au lit... « Il avait une chambre séparée du reste, une sorte de service d’isolement; voilà où je suis resté jusqu’à ce qu’il me donne le feu vert pour retourner au travail. »

Les prisonniers recevaient peu de nouvelles et souvent les lettres reçues de la maison dataient de presque un an.

« Vers mars 1945, les Américains ont bombardé la ville pendant la nuit. Plus de 50 000 personnes sont mortes dans ces raids... le camp était au bord de la ville et, heureusement, nous n’avons pas été atteints. »

Les Japonais ont décidé de transférer une partie des prisonniers de guerre au Nord du Japon pour travailler dans les mines de charbon. Bob était l’un d’eux. Il avait été envoyé au camp de Sendai.

Comme les Allemands, les Japonais avaient leur propre solution finale pour leurs prisonniers de guerre, mais la fin de la guerre en Extrême-Orient est arrivée plus vite que le Japon ne pourrait jamais l’avoir prévu.

Lorsque la bombe atomique d’Hiroshima et de Nagasaki est atterrie, ce fut la fin abrupte de la souffrance des PG.

« Les Américains ont largué de la nourriture dans le camp... je pesais environ 100 livres quand je suis sorti du camp... les Américains nous ont vraiment bien traités... » Libérés par les Américains, 50 prisonniers de guerre ont été emmenés à Tokyo et embarqués à bord du USS Wisconsin. Consterné par la condition des hommes, le commandant a affecté un marin à titre de copain pour chaque prisonnier de guerre, avec ordre de donner au prisonnier de guerre « tout ce qu’il veut... on pouvait manger 24 heures par jour... le commandant a annoncé qu’ils avaient des gars à bord qui n’avaient pas eu beaucoup à manger pendant plusieurs années et que nous allions en tête de la file d’attente au moment des repas. » « Flash » Clayton a été jumelé avec Bob Grillo et les hommes sont restés en contact depuis.

« Ils nous ont transportés à Guam où nous avons été hospitalisés et examinés... nous n’avions pas beaucoup entendu parler de Iwo Jima, le lieu de la célèbre photo des Marines hissant le drapeau des États-Unis.... plus de 6 000 sont morts dans cette bataille, mais je me souviens d’avoir regardé le navire et dit ‘Merci Beaucoup’. »

Les séjours à l’hôpital étaient obligatoires pour les hommes qui étaient à peine vivants : trois semaines à Guam, 21 jours sur un navire Liberty de Guam à la Californie et trois jours à Vancouver, avant de monter à bord d’un train pour Toronto.

Bob a passé le voyage en train à travers le Canada à jouer au bridge avec trois dames, dont une était très enceinte. « Je croyais qu’elle allait accoucher dans le train... avant d’arriver à Toronto, la femme enceinte a essayé de me convaincre de la laisser me raccompagner alors que je débarquais du train pour aller à la rencontre de ma mère qui m’attendait. Elle pensait que ce serait là une grande plaisanterie. Ma mère aurait eu un accident cérébral en voyant ça ! À y penser, je regrette d’avoir raté l’occasion de le faire, juste pour rire ! »

« C’était le jour de Noël et depuis que j’étais parti, ma mère avait mis de côté mes cadeaux de Noël chaque année... Je les ai tous ouverts cette journée-là... 68 membres de la famille m’ont rencontré à la gare... mon père avait fait cuire une oie parce que c’était mon mets préféré... Quel retour au pays. »

Plus de temps à l’hôpital suivrait mais les combats n’étaient pas terminés. « Le gouvernement ne voulait pas reconnaître nos problèmes de santé et nous donner une quelconque indemnisation... nous avons organisé l’association des anciens combattants de Hong Kong avec des membres de partout au Canada... Cliff Chadderton des Amputés de guerre a fait un travail extraordinaire pour nous et je dois reconnaître la Légion royale canadienne pour avoir fait pression sur le gouvernement en notre nom.

En mode bureaucratique typique, le gouvernement a finalement accordé aux anciens combattants de la bataille de Hong Kong une pension de PG de 50 % en 1976, mais seulement au cours des cinq dernières années a-t-il accordé aux anciens combattants une pension de 100 %. Le nombre de membres a considérablement diminué depuis 1945 : 200 sont morts avant l’âge de 50 ans des effets de leur incarcération; 87 sont revenus aveugles au sens de la loi. Enterrés à Hong Kong après la mort dans les camps sont 264 Canadiens; 137 sont morts dans les camps au Japon et il y a aussi les morts au combat et ceux du massacre de St. Stephen’s qu’il faut ajouter au total.

« Le plus douloureux, c’est le nombre qui a succombé des conditions de notre internement et même ceux qui sont revenus au pays et sont morts en dépit de l’obtention d’aide ici, » explique Clayton.

Bob a célébré son 20e anniversaire en route vers Hong Kong et son 24e sur le chemin du retour.
(Suite)

Il continue de souffrir à ce jour de problèmes de santé acquis à la suite de son internement : l’avitaminose avec effets résiduels, et les dommages vasculaires périphériques avec une légère claudication due aux blessures par balles qu’il a subies.

« Nous souffrons tous des séquelles de la famine. » J’ai demandé à Bob s’il y avait eu un moment où il sentait qu’il n’allait pas en sortir vivant... « JAMAIS, je n’ai jamais abandonné l’espoir que je survivrais. » Peut-être sa devise de « ne jamais abandonner » lui a bien servi toutes ces années. Peut-être que c’est quelque chose qu’il a hérité de son père : ancien combattant de la Première Guerre mondiale, le père de Bob a servi auprès du 20e bataillon à Vimy, Passchendaele, côte 70; son plus jeune frère a rejoint la 6e division et a demandé de servir en Extrême-Orient parce que son frère Bob était un PG.

Le Japon refuse de reconnaître les PG de quelque manière que ce soit. Il n’y a eu aucunes excuses officielles, et aucune compensation ni du gouvernement japonais, ni des sociétés qui ont utilisé ces hommes à titre de main-d’œuvre esclave. En 1952, sans la permission de l’Association des anciens combattants de la bataille de Hong Kong, le Canada a pardonné le gouvernement du Japon pour tout acte répréhensible, ce qui a effectivement détruit les réclamations de compensation de nos anciens combattants.

« Flash » Clayton est retourné à Hong Kong et au Japon et aux cimetières où sont enterrés ses amis à plusieurs reprises au fil des ans. Il n’a manqué que trois réunions depuis 1952. Lors d’un voyage au Japon, on lui a demandé de parler à des enfants d’âge scolaire au sujet de son incarcération par les Japonais et le professeur lui a dit, « dites aux élèves ce qui s’est passé, au complet; ils ont besoin de l’apprendre. Je n’ai jamais pensé que je verrais ce jour-là. Nous avons été bien reçus. »

De retour à la vie civile après la guerre, Bob a travaillé pour la Ville de Toronto, grimpant l’échelle du poste de travailleur à celui de surintendant au sein du département des travaux publics. Il a épousé une autre ancienne combattante qu’il avait rencontrée en 1939. Jesse était membre du corps de cornemuses du Service féminin de l'Armée canadienne (CWAC), le seul corps de cornemuses militaire féminin de toute l’histoire. Ces filles ont défilé et joué de la cornemuse à travers la France, la Belgique, l’Allemagne et la Hollande. Et en 1946, Jesse a soufflé ses mélodies jusqu’au cœur de Bob et ils se sont mariés. Ils ont deux filles, trois petits-enfants et sept arrière-petits-enfants.

Il y a 28 ans, les Clayton sont déménagés à Brechin et se sont engagés au sein de la branche 488. Bob a servi pendant de nombreuses années en tant que sergent d'armes pour la branche et a comblé cette position au niveau de la zone au fil des années également.

En 1991, Bob a été sélectionné comme participant à la production de l’Office national du film La Bravoure et le mépris — « La Bataille de Hong Kong », produit par Brian & Terrence McKenna, avec Bob Manchester des Winnipeg Grenadiers. En dépit de la controverse entourant la série en trois parties, Clayton parle positivement de la première partie, qui traite de Hong Kong. « Ils ont bien représenté notre situation. »

Bob parle partout dans la province aux enfants dans les écoles et à d’autres groupes au sujet du conflit à Hong Kong, du traitement subséquent des prisonniers de guerre et de l’importance du Souvenir.

En novembre, il parlera dans une école secondaire de Whitby.

En 2003, le camarade Bob a reçu la Médaille du jubilé de la reine. Son nom avait été soumis à la fois par l’AACBHK, les Amputés de guerre et sa propre branche. Sa médaille est encadrée avec la lettre soumise par le président de la section, Len Shier. En voici les détails :

«... Participe à la cérémonie de réaffirmation de la citoyenneté qui a commencé dans notre communauté il y a plusieurs années... Bob passe de nombreuses heures à se rendre dans les écoles et les salles de classe de notre communauté environnante pour parler à de nombreux étudiants et les éduquer sur les sacrifices de nos nombreux camarades morts afin que notre pays profite de la liberté pour laquelle ils se sont battus... Nous sommes vraiment fiers de cet homme et l’aimons tendrement. Je ne peux pas penser à quelqu’un qui pourrait mériter davantage la médaille du jubilé de la reine. »


Le jour de la remise de la médaille, il y avait 200 personnes à la Légion. George MacDonell, un autre prisonnier de guerre, la lui présenta. « La branche a vu foule au bar ce jour-là et Heather Shier m’a dit, ‘Bob pouvez-vous vous faire décerner une médaille chaque année ?’ »

George MacDonell a écrit le livre One Soldier’s Story 1939-1945 – From the Fall of Hong Kong to the Defeat of Japan (Histoire d’un soldat 1939-1945 – De la chute de Hong Kong à la défaite du Japon), publié par Dundurn Press en 2002. Le camarade Bob m’a envoyé une copie de ce livre et je suis impatient de le lire.

L’année prochaine sera le 64e anniversaire de la chute de Hong Kong. « Ce sera notre dernier tour de piste! » dit Clayton.

Il ya quelques années, le président de Dominion, Bill Barclay, a assisté à une réunion de ce groupe d’anciens combattants à Hong Kong. Bob & Jesse Clayton ont emmené leurs filles avec eux sur ce pèlerinage et, comme sa fille a fait remarquer.... « Papa, beaucoup de rires et beaucoup de larmes. »

Ce 11 novembre, Bob sera à Ottawa pour déposer la couronne au nom des anciens combattants de la bataille de Hong Kong. Plusieurs allocutions ont été organisées pour lui au cours du voyage de quatre jours, avec des entrevues dans les journaux. Le Toronto Star a appelé l’autre jour pour une entrevue.

Je suis sûr que tandis que Bob dépose la couronne et les souvenirs lui reviennent, il peut répéter les mots qu’il a dits dans La bravoure et le mépris, qui vont comme suit :
« Je suis très fier d’avoir servi avec cette brigade à la fois au combat et dans le camp de prison. J’aimerais leur dire... ‘Où que vous soyez... où que vous alliez, vous pouvez dire « je suis un ancien combattant de Hong Kong » et garder la tête haute.’ »

Mary Ann Goheen

At one of the cemeteries in Japan - note how the stones are raisedBob with Bill Barclay, Dominion President


Bob laying a wreath at one of the Royal Rifle reunions in Richmond Quebec