Web Contents:

HKVCA Home
About Us
BOD Meeting Results
Contacts / Membership
Hall of Valour (CVHV)
Historical/Personal Accts
HKVCA Store
How to Donate
Newsletters
"Remembrances"
Submissions & Links
Suggested Reading
Teachers' Zone
Visiting Hong Kong?


Image Gallery

'C' Force Web


HKVCA Web Help:

Site Map
FAQ


Archives


External Links:

Veterans Affairs Canada

VAC-Veterans Independence Program

War Amps

Military and Related Sites


BOD Only (password required)

Photo of Kay Christie

A NURSING SISTERS STORY

 IN MEMORY OF LIEUTENANT KAY CHRISTIE

 1911  to 1994

 

" WE WILL REMEMBER THEM”

Kay Christie
Toronto, Ontario


I was just as impatient to go overseas as any of the men.  I was a registered nurse who joined the forces as a nursing sister with the rank of lieutenant and the usual two officer’s pips on the shoulders of my uniform. 

After a number of hospital units sailed to England in 1940 these weren’t any more major moves from our area for some time so that, in mid-October, 1941, on being informed that I was slated for duty in a semi-tropical climate and that I had only five minutes to make up my mind, I threw aside my usual caution and immediately accepted this new posting.

One week later to the day, on October 19, 1941, I was on board a train to Vancouver, final destination unknown.  So great was the alleged secrecy surrounding this whole operation that when a second nursing sister, May Waters, joined me on the train from Winnipeg, neither of us knew for sure that we were both on the same exercise.  However, by a cat-and-mouse kind of discreet questioning of each other, we assumed that we must be.  As it turned out we were.

On October 27 we sailed, along with 1875 other troops, all of them male, on board the troopship AWATEA, while another 100 men traveled in the escort ship, PRINCE ROBERT, an armed merchant cruiser.  The troops were mainly from the Royal Rifles of Canada from Quebec and the Winnipeg Grenadiers, including four medical officers and two dental officers.  Two women and 1975 men!

Six days later, following a stop in Honolulu, we were officially informed for the first time that our destination was Hong Kong.  The tree-week journey across the Pacific was no pleasure cruise.  Our 54 bed hospital on board ship was filled with patients all the way.

On November 16,  we docked in Kowloon and two days later we were on duty in the British Military Hospital, which was located between Magazine Gap, where the ammunition was stored and the China Command Headquarters — not exactly an ideal place to be during the hostilities.

Three weeks after our arrival came the Japanese sneak attack on Pearl Harbour and simultaneously, Kai Tak airport in Hong Kong.  The three small planes that were there and the air-raid warning system were totally destroyed wand within a few days, as the shelling from the mainland began there were several direct hits on our three-storey hospital.  We had to immediately evacuate the top two floors and crowd all the patients and equipment into the ground floor area.

After ten days of aerial and shelling attacks from the mainland, the Japanese troops crossed the harbour to the island and, with their superior numbers, began to overcome the various areas.  Word reached us in the large British Military Hospital, also known as the Bowen Road Hospital, of the atrocities committed by the Japanese as the small auxiliary hospitals were overrun, and we knew that our fate could be the same.  At night in the darkened corridors whenever footsteps were heard, we would wonder, “Is it our turn?”

On Christmas morning, at a brief service, the padre relayed a message to us, allegedly from Winston Churchill, to the effect that the eyes of the world were upon us and not to worry because things were going well. Then we went to the shelters to sleep. During the afternoon, we heard a British army officer talking about surrender, and shortly after that, a message was sent to us to report at once to the Matron’s office where we were informed officially of the sur­render of Hong Kong.

Things proceeded as usual in the hospital that night. The next day several Japanese officers arrived at the hospital to speak to the Commanding Officer.   

The hospital building and the immediate environs were declared “Prisoner-of-War Camp A" which earned for May Waters and me the dubious honour of becoming the first and only Canadian nursing sisters to be prisoners-of-war. Within a few days, a barbed wire fence went up to remind all of us that we were indeed prisoners.  Shortly after that, electrified wire was added just to be sure that nobody tried to escape.

Before long the food shortage was felt and the medical supplies dwindled and could never be replenished. We fully realized that we were no longer free people. That, along with the fact that Hong Kong had surrendered, gave us a feeling of guilt and degradation which the Japanese never allowed us to forget throughout the time of our incarceration.

No longer able to give total nursing care to our “boys, we tried to compensate by spending a lot of time listening to problems and  confessions and offering encouragement to the seriously wounded, the sick and the dying.

As well as taking over our residence buildings, our Japanese captors had also set up a guardhouse right outside the dormitories where the nurses and volunteers slept. Over the ensuing months we had ample opportunity to witness the various methods of torture they used on captives.

We were guarded constantly throughout the hospital building by the soldiers who were never without their bayonets.  They strolled through the wards and our dormitories at any hour, frequently making horrible slurping noises as they ran their fingers up the blade of the weapons.

In one hospital the Japanese soldiers lined up all the females, many of whom were just young girls.  These women were mostly British, who had been employed as secretaries or teachers and so on, or they were wives of British business men or army officers.  They were such a wonderful group who worked so hard at their volunteer duties in the hospital.

As one of the soldiers stood in the doorway with a machine gun, the others took the younger girls, laid them on the floor and raped them while the mothers could do nothing but stand by helplessly and watch.

At one of the other auxiliary hospitals at Stanley Peninsula on Christmas morning where the fighting was bitter, the wounded were on mattresses on the floor. One British nursing sister and six VADs were sent there to look after them. Well, the Japs just roared in there in all their fury, although you might argue that there was some just cause.   This was a hospital with a Red Cross on it, supposedly immune from fighting of any kind; but there in the doorway stood our O.C., the Medical Officer, with a gun in his hand. Medical people were not supposed to be armed. So the soldiers slashed him with their bayonets and gave the same treatment to his assistant who was also armed.

At another auxiliary hospital, on Christmas morning, Japanese troops burst in and began bayoneting the patients on the floor. I remember one of these young fellows, a young Canadian lad of about 17 who tried to escape and those soldiers went after him, constantly sticking their bayonets in his arm. This went on until lie just played dead and they finally stopped sticking him. His arm had to be amputated when he was returned to the British Military Hospital,

By this time they had killed a lot of the other patients, so they dragged their bodies into a smaller room and took the mattresses aud tossed them on top of these corpses.

Then they went after the nursing sister and the volunteers.  They stripped them, they slapped their faces with their Red Cross arm bands and started raping them on top of the mattresses that had the corpses underneath. This went on and on. Then for some reason, which the four girls who survived could never figure out, they took three of the volunteers and, after raping them, cut their heads off and piled their naked bodies outside. One of the patients in the hospital at the time was a British officer whose wife happened to be one of these volunteers. He recognized her screams and he went stark-staring mad, completely out of his mind.

I find all of this very hard to talk about even today, almost 50 years later.  The nursing sister who was involved in that was a friend of mine, a Scottish girl named Molly, who was a bit older than most of us.  I'll never forget the look in her eyes when she and the other three who survived were brought back to the British Military hospital.

After eight months there, during which time we learned to cope with hunger, deprivation and overcrowding, the Japanese moved us to a civilian internment camp on Stanley Peninsula on the south side of the island. With no warning at all and with no reasons given to us, all female personnel were moved from the service hospitals still operating, loaded onto trucks like cattle and taken away.   This of course left these hospitals without nursing care of any kind.

We became part of the 2,400 men, women and children who were herded into all manner of buildings where privacy and the basic comforts of life were conspicuous by their absence. According to the Japanese authorities, we service nurses were being shown "preferential" treatment, which meant only three in one room and luxuries like one three-piece bathroom to serve all 83 of us.  If you didn't live within a few doors of this ‘luxury," your chances of ever getting there for a bath were practically nil.

However we did learn the art of "scrounging" and making do. On another floor that was less crowded, we found two primitive cold-water showers that were sometimes vacant and which some­times even had water.

One of my proudest possessions was a hot plate made from a five­ pound jam pail with tile help of a former electrician in return for a few precious cigarettes. I was lucky in that I didn’t smoke, and I could use for bartering the few cigarettes sold to us by the Japanese. --- which were apparently awful. Since our rations were meager, all of us learned to skimp and save and trade, even crusts of bread.

The ration lorry drove through the camp each afternoon and just threw the supplies for each block to the ground. There was no refrigeration, so whatever small thing we got, meat or fish or whatever, had to be in a stew form to make it go round. The next morning we got the rest made into a thin soup. Each person's daily ration amounted to three-quarters of an ounce of meat or fish; four tablespoons of greens, also known as weeds; eight ounces of rice; and four ounces of flour which was often unfit to eat. Since we were fortunate enough to have a baker in our block who would turn the flour into bread, we accepted the “unknowns" in the flour as extra protein..

Life dragged on like this until the middle of 1943 when we learned that the Canadian government had negotiated to have all Canadian civilian internees from the Far East repatriated along with the group of American civilians remaining in other parts of the Far East. This was arranged by their government in an operation that was to be carried out under the auspices of the International Red Cross.

As far as the Japanese were concerned, May Waters and I were Canadian civilian refugees and we were thus included in the group who left Stanley Camp on September 23, 1943, on the first leg of a ten-week journey home. The first four weeks fr this trip was on a dreadful Japanese ship called the Teia Maru where the conditions were even worse than at the internment camp. Built for.400 cabin passengers, there were 1,530 of us on board.

After our arrival in Goa, four weeks later, the Swedish-American liner Gripsholm arrived with 1530 Japanese internees from the U.S. who were to be exchanged for us. Several days later, the Japanese internees were put on board our ship and we went aboard the Gripsholm which was like a touch of heaven, clean and well-loaded with good food, such a contrast to what the Japanese had forced us to endure.

During the next six weeks on board I gained 20 of the pounds I had lost in captivity and I actually learned to enjoy myself again. Because of wartime restrictions, we had to take a much longer and more circuitous route home, but there were several interesting stops, including one at Port Elizabeth, South Africa, where the civic officials and residents were most hospitable. At Rio de Janeiro, we were able to see some of that city, even including a night club.

Exactly ten weeks after leaving Hong Kong we disembarked at New York, where it was a pleasure to note that the armed guards, this time, were American. They escorted the Canadians to a bus which took us to a special train for an overnight trip to Montreal. At the old Bonaventure station next morning we said our goodbyes and our group dispersed, fanning out to homes spread all across the country. We were back in Canada where we belonged and every one of us had a brand new appreciation for a way of life we had previ­ously taken for granted.

When the Second World War broke out, Canada was almost totally unprepared. In most areas we were like babes in the woods, forgetting most of the lessons that we had learned just 20 years before.

Our first boys to enlist were dressed like raggle-taggle soldiers, wearing bits of uniforms salvaged from the scrap pile of the first “war to end all wars." We had old fashioned guns and very little else, except the spirit to face the conflict ahead.

0n the home front, we knew little or nothing about civil defense and nobody was thinking much about it, forgetting that if you fire a shot at somebody in anger they might well fire back at you. There were however, a few people with foresight and not all of them were in government positions.

Additional information on Kay Christie:
Veterans Affairs Website

A young Toronto housewife, Kay Gilmour, had the feeling all through the thirties, through the time of Hitler's rise in power, that a war was inevitable, and that if it did come we should be prepared to look after the wounded.

Kay Gilmour

Toronto, Ontario

 

Le récit d’une infirmière militaire

En mémoire du Lieutenant Kay Christie

1911 à 1994

‘’Nous nous souviendrons d’eux’’

Kay Christie
Toronto, Ontario

J’étais aussi impatiente d’aller outre-mer que tous les hommes. J’étais une infirmière immatriculée qui a rejoint les forces en tant qu’infirmière militaire avec le grade de lieutenant et les deux galons d’officier sur les épaules de mon uniforme.

Après qu’un certain nombre d’unités hospitalières firent route pour l’Angleterre en 1940, il n’y eu plus de déplacements majeurs de notre région pendant un certain temps de sorte que, à la mi-octobre 1941, après avoir été informé que j’étais prévu pour le devoir dans un climat semi-tropical et que je n’avais que cinq minutes pour m’en faire à l’idée, j’ai jeté de côté ma prudence habituelle et j’ai immédiatement accepté cette nouvelle affectation.

Une semaine plus tard jour pour jour, le 19 octobre 1941, j’étais à bord d’un train pour Vancouver, destination finale inconnue. Si grand était le présumé secret entourant toute cette opération que lorsqu’une seconde infirmière militaire, May Waters, m’a rejoint sur le train en provenance de Winnipeg, aucune de nous ne savions avec certitude que nous étions toute deux sur le même exercice. Cependant, par une sorte de questionnement discret de chat et souris entre l’une et l’autre, nous avons supposé que nous devions l’être. Il s’est avéré que nous l’étions.

Le 27 octobre, nous avons navigué avec 1875 autres soldats, tous des hommes, à bord du transporteur de troupes Awatea, tandis que 100 autres hommes ont voyagé à bord du navire d’escorte Prince Robert, un croiseur marchand armé. Les troupes étaient principalement des Royal Rifles of Canada du Québec et des Winnipeg Grenadiers, incluant quatre officiers médicaux et deux dentistes. Deux femmes et 1975 hommes!

Six jours plus tard, après une escale à Honolulu, nous avons été informés officiellement pour la première fois que notre destination était Hong Kong. Le voyage de trois semaines à travers le Pacifique n’était pas une croisière de plaisance. Notre hôpital de 54 lits à bord du navire était rempli de patients tout au long du voyage.

Le 16 novembre, nous avons accosté à Kowloon et deux jours plus tard, nous étions de service dans l’hôpital militaire britannique qui était situé entre Gap Magazine où les munitions étaient entreposées et le Quartier Général de Commandement Chinois, pas exactement un endroit idéal pour se retrouver au cours des hostilités.

Trois semaines après notre arrivée est survenue l’attaque sournoise japonaise simultanément sur Pearl Harbour et l’aéroport de Kai Tak à Hong Kong. Les trois petits avions qui s’y trouvaient ainsi que le système d’alerte anti-aérien ont été totalement détruits et au bout de quelques jours, comme le bombardement à partir du continent a débuté, il y a eu plusieurs coups directs sur notre hôpital de trois étages. Nous avons dû évacuer immédiatement les deux étages supérieurs et regrouper tous les patients ainsi que l’équipement au niveau du rez-de chaussée.

Après dix jours d’attaques aériennes et des bombardements à partir du continent, les troupes japonaises ont traversé le port jusqu’à l’île et avec leur supériorité en nombre on commencé à s’approprier différents endroits. Dans le grand hôpital militaire britannique, également connu sous le nom d’Hôpital Bowen Road, nous avons entendu parler des atrocités commises par les japonais quand les petits hôpitaux auxiliaires ont été envahis, et nous savions que notre sort pourrait être le même. La nuit dans les couloirs sombres, lorsque des pas se faisaient entendre, on se demandait ’’est-ce notre tour?’’

Le matin de Noël, durant un service bref, le curé nous a transmis un message, prétendument de Winston Churchill, à l’effet que les yeux du monde étaient rivés sur nous et de ne pas s’inquiéter parce que les choses allaient bien. Puis, nous sommes allés dans les abris pour dormir. Durant l’après-midi, nous avons entendu un officier de l’armée britannique parler de capitulation et peu de temps après, un message nous a été envoyé afin que l’on se rende sur le champ au bureau de l’infirmière chef, où nous avons été informés officiellement de la capitulation de Hong Kong.

Les choses ont procédé comme d’habitude à l’hôpital cette nuit-là. Le lendemain, plusieurs officiers japonais sont arrivés à l’hôpital pour parler au Commandant.

Le bâtiment hospitalier et les environs immédiats ont été déclarés ‘’ Camp A pour Prisonniers-de-Guerre’’, qui a valu à May Waters et à moi-même l’honneur contestable de devenir les premières et seules infirmières militaires canadiennes à être prisonnières de guerre. En quelques jours, une clôture barbelée fût érigée pour rappeler à chacun de nous que nous étions effectivement des prisonniers. Peu après, des fils électriques y ont été ajoutés pour être sûr que personne ne s’échappe.

Avant longtemps, une pénurie alimentaire s’est fait sentir, et les fournitures médicales ont diminuées sans jamais avoir pu être renouvelées. Nous avons pleinement réalisé que nous n’étions plus des gens libres. Ceci, associé au fait que Hong Kong avait capitulé, nous a donné un sentiment de culpabilité et de dégradation que les japonais nous ont jamais permis d’oublier durant toute la durée de notre incarcération.

N’étant plus en mesure de donner des soins infirmiers complets à nos ‘’garçons’’, nous avons essayé de compenser en passant beaucoup de temps à écouter les problèmes et les confessions, et en offrant des encouragements à ceux qui étaient blessé grièvement, aux malades et aux mourants.

En plus de s’être approprié nos bâtiments résidentiels, nos ravisseurs japonais avaient également érigé un poste de garde à l’extérieur des dortoirs où les infirmières et les bénévoles dormaient. Au cours des mois qui ont suivi, nous avons eu amplement l’occasion d’assister à diverses méthodes de torture utilisées sur les captifs.

Nous étions surveillés en permanence à l’intérieur du bâtiment de l’hôpital par les soldats qui n’étaient jamais sans leurs baïonnettes. Ils se promenaient à travers les unités ainsi que nos dortoirs à toute heure, faisant fréquemment d’horribles bruits de lapement tout en glissant leurs doigts le long de la lame de leur arme.

Dans un hôpital, les soldats japonais ont alignés toutes les femmes, dont beaucoup étaient des jeunes filles. Ces femmes étaient pour la plupart britanniques, et avaient été employées comme secrétaires ou enseignantes, ainsi de suite, ou elles étaient les épouses d’hommes d’affaires britanniques ou d’officiers de l’armée. Elles étaient un groupe merveilleux et ont travaillé si dur en tant que bénévoles à l’hôpital.

Comme l’un des soldats se tenait devant la porte avec une mitrailleuse, les autres ont pris les plus jeunes filles, les ont mit sur le sol et les ont violées pendant que les mères ne pouvaient rien faire d’autre que regarder, impuissantes.

À l’un des autres hôpitaux auxiliaires sur la péninsule de Stanley où le combat était dur le matin de Noël, les blessés gisaient sur des matelas au sol. Une infirmière britannique et six DAV ont été envoyés là pour s’occuper d’eux. En bien, les japonais on tout simplement rugit là-dedans dans toute leur fureur, bien que vous puissiez dire qu’il y avait une cause noble. Cet hôpital avait une croix rouge dessus, soi-disant à l’abri des combats de toute sorte, mais dans l’embrasure de la porte se tenait notre O.C., le médecin, avec un pistolet dans sa main. Le personnel médical ne devait pas être armé. Alors les soldats l’ont tailladé avec leurs baïonnettes et ont réservé le même sort à son assistant qui était également armé.

Dans un autre hôpital auxiliaire le matin de Noël, les troupes japonaises ont fait irruption et ont commencé à transpercer de leurs baïonnettes les patients qui étaient au sol. Je me souviens d’un de ces jeunes hommes, un jeune garçon canadien d’environ 17 ans qui a tenté de s’échapper, et de ces soldats qui lui ont couru après en lui transperçant continuellement le bras avec leurs baïonnettes. Cela a duré jusqu’à ce qu’il s’étende et fasse le mort, et finalement ils ont cessé de le transpercer. Son bras a dû être amputé lorsqu’il a été retourné à l’Hôpital Militaire Britannique. À ce moment, ils avaient tué un grand nombre des autres patients, alors ils ont traîné leurs corps dans une salle plus petite, ont pris les matelas et les ont jetés par-dessus les cadavres.

Puis ils sont allés après la sœur infirmière et les bénévoles. Ils les ont déshabillées, ont giflé leur visages avec leurs brassards de la Croix Rouge et ont commencé à les violer sur le dessus des matelas sous lesquels se trouvaient les cadavres. Cela a duré encore et encore. Et ensuite, pour une raison quelconque, et dont les quatre filles qui ont survécu ne pourront jamais comprendre, ils ont pris trois des bénévoles et, après les avoir violées, leur ont tranché la tête et ont empilé leurs corps nus à l’extérieur. Un des patients de l’hôpital à l’époque était un officier britannique dont la femme se trouvait être l’une de ces bénévoles. Il a reconnu ses cris et est devenu complètement fou, perdant complètement ses esprits.

Je trouve qu’il est très difficile de parler de tout cela aujourd’hui, presque 50 ans plus tard. L’infirmière militaire qui était impliquée dans cela était une de mes amies, une fille écossaise nommée Molly qui était un peu plus âgée que la plupart d’entre nous. Je n’oublierai jamais le regard dans ses yeux lorsqu’elle et les trois autres qui ont survécu ont été ramenés à L’Hôpital Militaire Britannique.

Après huit mois là-bas, au cours desquels nous avons appris à composer avec la faim, le dénuement et la surpopulation, les japonais nous ont déménagés dans un camp d’internement de civils sur la péninsule de Stanley sur le côté sud de l’Île. Sans aucun avertissement et sans aucune raison donnée, tout le personnel féminin a été déplacé des hôpitaux de service encore en activité, chargé sur des camions comme du bétail et emporté. Bien entendu, cela a laissé ces hôpitaux sans soins infirmiers de tout genre.

Nous sommes devenus une partie des 2,400 hommes, femmes et enfants qui ont été dirigés dans toute sorte de bâtiments où l’intimité et les conforts de base de la vie brillaient par leur absence. Selon les autorités japonaises, nous les infirmières du service ont reçu un traitement ‘’préférentiel’’, ce qui signifiait être juste trois dans une chambre et des luxes tel une salle de bain trois-pièces pour desservir les 83 d’entre nous. Si vous ne viviez pas à quelques portes de ce ‘’luxe’’, vos chances de jamais y arriver pour un bain étaient pratiquement nulles.

Cependant, nous avons appris l’art de mendier et de s’accommoder. Sur un autre étage qui était moins encombré, nous avons trouvé deux douches primitives à l’eau froide qui étaient parfois libres et qui avait parfois même de l’eau.

Une de mes possessions les plus chères était une plaque chauffante avec tuile faite à partir d’un seau de confitures de cinq livres par un ancien électricien en échange de quelques précieuses cigarettes. J’étais chanceuse de ne pas fumer, alors je pouvais utiliser les quelques cigarettes qui nous étaient vendues par les japonais pour faire du troc. Les cigarettes étaient terribles apparemment. Puisque nos rations étaient maigres, nous avons tous appris à économiser, sauver et échanger, même les croûtes de pain.

Le camion de rationnement passait à travers du camp chaque après-midi et jetait tout bonnement les fournitures pour chaque bloc sur le sol. Il n’y avait pas de réfrigération, alors peu importe les petites choses que l’on obtenait; viande, poisson ou autre, tout devait être sous forme de ragoût afin de faire la ronde. Le lendemain matin, ce qui restait était transformé en une soupe fine. La ration quotidienne de chaque personne s’élevait à trois quarts d’once de viande ou de poisson; quatre cuillères à soupe de verdure, aussi connu sous le nom d’herbes, huit onces de riz, et quatre onces de farine qui était souvent impropre à la consommation. Comme nous avions la chance d’avoir un boulanger dans notre bloc qui transformait la farine en pain, nous avons accepté les ‘’inconnus’’ dans la farine comme un supplément de protéines.

La vie a traîné comme ça jusqu’au milieu de 1943, quand nous avons appris que le gouvernement canadien avait négocié pour avoir tous les internés civils canadiens de l’Extrême-Orient rapatriés avec le groupe de civils américains restant dans d’autres parties de l’Extrême-Orient. Cela a été arrangé par leur gouvernement dans une opération qui devait être réalisée sous les auspices de la Croix-Rouge internationale.

Pour autant que les japonais fussent concernés, May Waters et moi étions des réfugiés civils canadiens, et ainsi nous avons été inclus dans le groupe qui a quitté le camp Stanley le 23 septembre 1943, sur la première étape d’un voyage de retour de dix semaines. Les quatre premières semaines de ce voyage furent faites sur un redoutable bateau japonais appelé Maru Teia où les conditions étaient encore pires que dans le camp d’internement. Construit pour accommoder 400 passagers dans les cabines, nous étions 1,530 à bord.

Après notre arrivée à Goa, quatre semaines plus tard, le paquebot américano-suédois Gripsholm arriva avec 1530 internés japonais en provenance des États-Unis qui devaient être échangés pour nous. Plusieurs jours plus tard, les internés japonais furent mis à bord de notre navire et nous sommes allés à bord du Gripsholm qui était comme une touche du ciel, propre et bien chargé avec de la bonne nourriture, tout un contraste avec ce que les japonais nous avaient obligés à supporter.

 

 

Au cours des six prochaines semaines à bord, j’ai repris 20 des livres que j’avais perdu en captivité et j’ai réellement appris à m’amuser à nouveau. En raison des restrictions de guerre, nous avons dû prendre un itinéraire beaucoup plus long et tortueux au retour, mais il y avait plusieurs arrêts intéressants, dont un à Port Elizabeth en Afrique du Sud, où les fonctionnaires municipaux et les résidents étaient des plus hospitaliers. À Rio de Janeiro, nous avons été en mesure de voir une partie de cette ville, y compris même une boîte de nuit.

Exactement dix semaines après avoir quitté Hong Kong, nous avons débarqué à New York où ça a été un plaisir de constater que les gardes armés, cette fois-ci, étaient américains. Ils ont escorté les Canadiens vers un autobus qui nous a conduit jusqu’à un train spécial pour un voyage de nuit vers Montréal. À l’ancienne gare Bonaventure le lendemain matin, nous nous sommes dit au revoir et notre groupe s’est dispersé en éventail en direction des foyers répartis à travers le pays. Nous étions de retour au Canada où nous étions censés être, et chacun de nous avait une nouvelle appréciation pour un mode de vie que nous avions déjà pris pour acquis.

Lorsque la Seconde Guerre mondiale a éclaté, Le Canada a littéralement été pris au dépourvu. Dans la plupart des domaines, nous étions comme des enfants dans les bois, oubliant la plupart des leçons que nous avions appris 20 ans auparavant.

Nos premiers garçons à s’enrôler comme soldats étaient habillés d’un mélange hétérogène de vêtements, portant des morceaux d’uniformes récupérés de la pile de débris de la première ‘’guerre pour mettre fin à toutes les guerres’’. Nous avions d’anciens fusils désuets et pratiquement rien d’autre, à part l’esprit pour faire face aux conflits devant nous.

Sur le front intérieur, nous ne savions que peu ou rien au sujet de la défense civile et personne n’y pensait beaucoup, oubliant que si vous tirez un coup sur quelqu’un lorsque vous êtes en colère, il peut aussi bien tirer sur vous en retour. Il y avait cependant quelques personnes prévoyantes, mais elles n’étaient pas toutes affectées à des positions gouvernementales.

Une jeune femme au foyer de Toronto, Kay Gilmour, a eu le sentiment tout au long des années trente, à travers l’époque de la montée d’Hitler au pouvoir, qu’une guerre était inévitable et que si elle se manifestait, nous devrions être prêts à soigner les blessés.

Kay Gilmour

Toronto, Ontario