(reproduced on this site with the permission of Susan, Grant, and David Johnston)

Foreword

When war broke out in 1939, I had just started to practice law at a new firm in the city of Quebec and was to be married a year later. I had no military training except as a cadet in the Bishop’s College School Cadet Corps (a famous cadet corps which had actually once seen active service during the Fenian raids of the late 19th century) and at the Université de Laval C.O.T.C (where I took an officer’s course immediately following the outbreak of war.). It was shortly thereafter I decided to enlist. I joined up simply because I felt it was up to me to do my own little bit to help out against Hitler and not because I had any zest at all for the military life. (In fact, I got out of the army as soon as I could after the war and never participated in any militia unity thereafter). I enlisted in the Royal Rifles because it was a Quebec City regiment and because a lot of its officers (especially the ones who had just joined) were personal friends.

 

Recollections of My Hong Kong Experiences During World War II

(By C. Douglas Johnston, Lieutenant, Royal Rifles of Canada)

After a year’s guard duty in Newfoundland, my regiment, the Royal Rifles of Canada, found itself in August of 1941 back at Valcartier Camp (near Quebec City) from whence they had started out. Then in September, the regiment was sent to Saint John, New Brunswick for another tour of guard duty expected to last through the winter. But within two weeks, we received orders to return to Valcartier Camp... And so there was much speculation amongst us as to what all the rush was about and as to where we were to be sent; and the only clues were that we were outfitted with summer drill clothes and given various vaccinations of a tropical nature - which certainly suggested we were going to a warm climate rather than to Western Europe.

However, none of us suspected that our destination was Hong Kong, which makes the following incidents rather amusing. i) On the troop train going west, we stopped at Jasper in Alberta and as the train pulled out of the station, a young lady waved good-bye and called out: “Have a good time in Hong Kong!”  and;   ii) After leaving Vancouver, we headed for Hawaii and when we docked in Honolulu (at Pearl Harbour, I assume), who should be in the next berth but a Japanese merchant ship with rows of Japanese sailors grinning at us and observing our Canadian uniforms. Well, so much for the secrecy supposed to surround our troop movement to the Far East!

We arrived in Hong Kong on November 16th and went directly to Sham Shui Po barracks located on mainland neighbouring Kowloon. The huts for the men were made of cement and the more senior officers were billeted in rooms around a quadrangle with the officers’ mess forming one side thereof. The junior officers were, in fact, luckier and billeted in the ‘Jubilee Building’, an apartment building adjacent to the camp. This was also a concrete structure, of some four or five storeys with private suites consisting of a bedroom, living room, kitchenette, bathroom and servant’s quarters. Indeed, the servant’s room was not wasted as the officers’ batmen were forthwith returned to regimental duty for training and Chinese servants hired in their places. Each of the Chinese applicants had to undergo a stiff medical examination by the regimental Medical Officer and many were turned down, the principal diseases disqualifying them being tuberculosis and V.D.

Venereal diseases were indeed rife in Hong Kong and, I understand, quite a few of our men contracted some form or other thereof during the short time before becoming prisoners. How many did contract V.D., I have no idea other than rumour but I would say actually not very many because no one was missing from my platoon for this reason when war broke out on December 8th. The men enjoyed their short period of freedom in Hong Kong to the full - women and liquor were plentiful and cheap - and they had much more money than the “limey” soldiers, who were extremely jealous of them. Some of the men, I am told, even rented rooms downtown and set up Chinese girls there to await them each evening after regimental duties were over.

The officers also enjoyed their time of freedom although I do not believe that any of them, bachelors included, set up establishments similar to the men’s. As a cigar smoker, I myself was delighted to find that you could buy a box of 25 of the best Manila cigars for HK$5 (about CA$l.25). Hong Kong was, of course, a free port and lots of other things were cheap too, and in spite of the war, there was no apparent shortage of good brands of liquor and wine.

The local Hong Kong residents were extremely hospitable; and for example, in my own case, twice when another Canadian officer and I were sitting in the evening at a table in the Hong Kong Hotel (affectionately called “The Grips” by local socialites), we received invitations to join them at their tables. Indeed, this was no one-shot affair as they invariably followed up in the next few days with invitations to such places as the Royal Hong Kong Yacht Club and the Club at Sheko. I was ‘Messing Officer’ for the battalion at this time, which excused me from all other duties and so was able to take advantage of most of these extra-curricular invitations.

(‘Messing Officer’ was a new post necessitated by the fact that there was no Canadian Army Service Corps present in H.K., and we were consequently attached to the British Army for rations. Under this system, I was allocated a certain amount of money each month to buy rations for our regiment from either the RASC or NAAFI (equivalent to a Canadian canteen). I could only buy a limited amount of beef from the RASC so was forced to turn to the NAAFI for other meats and this once or twice almost caused a riot in the men’s mess hall! I was very green at the job and feel sure that it was only because either all the messing records were either destroyed or disappeared as a result of the bombings and surrender that I escaped a court martial - for having grievously overspent my rations allotment)!

The weather was beautiful - and in my experience is always beautiful at this time of year in Hong Kong - but the enjoyment of these halcyon days was soon to be interrupted by the outbreak of hostilities. However, the local residents had lived through so many crises or rumours of impending invasions that they had become very blasé and would dismiss these with shrugs of their shoulders as merely another “flap”. But I had not been there long enough to be blasé and an incident that occurred while I was dining in the Hong Kong Hotel on Saturday evening, December 6th certainly seemed ominous to me. At around 10.00 p.m., a Chinese bellboy moved through the dining room carrying a placard which read: “Captains and crews of all British and allied vessels in the harbour are to report immediately to their ships”. Nobody else in the dining room seemed to worry about this warning at all but the truth of the matter is that 90% of all shipping in the harbour had left by the Monday morning when war broke out - and apparently eventually got safely to Australia.*

*(The fact that not all allied shipping got away from H.K. before the outbreak of hostilities was brought home to us when we arrived at North Point, the 1ocation of our first imprisonment camp. This camp was on the waterfront and there were two fairly large freighters that had been sunk close by. As the Japanese were expert salvagers, we very soon watched with interest their skill at re-floating these ships).

As for myself, the actual outbreak of hostilities caught me somewhat by surprise and this in spite of my Saturday night warning or the fact that the unit was moved the following day to take up positions on Hong Kong Island. When the unit made this move on the Sunday afternoon, I, as Messing Officer, stayed behind in Sham Shui Po as part of the rearguard left to clean up the camp. As I walked carefree back to my Jubilee Building quarters at around 5 p.m. that Sunday evening, I was stopped and asked by a very senior British officer in a chauffer driven car with headquarters flag whether our regiment had moved out. I thought this was a very stupid question from someone who obviously had much better sources of information than a lowly lieutenant such as myself who just happened to be passing, so I simply replied, “I have no idea”.

I passed a quiet night, undisturbed except for one large but unexplained bang that woke me up at about 3 a.m. The next morning I thought I heard the usual 8 a.m. siren from Kai Tak Airport that was my daily signal to go over to the mess for breakfast. But just as I got to the mess, I met the Padre - and we heard plane. The Padre looked up and said: “Look, they’re dropping pamphlets”, but it was bombs they were dropping – even if they were only 50 pound ones! And the next moment we were all looking for what cover we could find. That was how I discovered that the war had started...

In fact, it had actually started at about 3 a.m. in the New Territories but I was only informed by being bombed at 8 a.m.! Perhaps, however it was lucky that I was only advised so late as otherwise I might have arose earlier and been elsewhere when the bombing started, such as in my Messing Office, or having breakfast in the Officers’ Mess, both of which received hits from bombs, or at the corner of the Jubilee Building where I subsequently found a dead Chinese. The Jubilee Building itself was also hit and I never saw my Gong (or Chinese batman) again. That was certainly no 8 a.m. siren that I had heard from the airport.  And I suppose that big bang at 3 a.m. was meant to advise me that the war had begun!

Around mid-morning on the Monday, the unit rearguard  - except for the Quartermaster’s staff - were transferred to Hong Kong Island by Star Ferry - which eventually found the right debarkation place after several false stops. During the next week, I continued as Messing Officer and thus had a chance to familiarize myself with the locations of the regiment’s various sub-units. I did not really perform any useful function during that time as the CQM’s of the several regiments were quite capable of delivering the rations to the right places without any supervision from me.

I soon returned to ‘A’ Company duty and found myself stationed at a place called “Windy Gap”, which was on a hill overlooking a village called Sheko and which controlled the entrance to D’Aguilar Point - where some of our medium-sized heavy artillery was located. Our quarters were in a small concrete building built into the side of a hill and adjacent to a pillbox that covered the Sheko valley as well as the road leading to D’Aguilar. Another small detachment of our men was stationed on the top of a small mountain between Windy Gap and the fortress.

One day when I was supervising my platoon during some training exercises near the pillbox, the military commander of Hong Kong, General Maltby approached. He asked me why we were not occupying the pillbox - to which 1 simply replied that I did not like the pillbox defences. He said: “I agree with you”, and moved on. There were quite a few of these pillboxes included in the Island defences and they were very exposed to attacks by both air and artillery; they were real death traps when the ground around them was lost to the enemy!

While I was stationed at Windy Gap - and since I was a lawyer by profession - I was called on by headquarters to act as defence for a Canadian soldier who was charged with being AWOL (away without leave) while on a pass to Victoria. During the court martial which took place in a semi-underground sort of air raid shelter adjacent to fortress headquarters (which was itself completely underground), the area was bombed several times - and the court spent a considerable part of the time under the table! The defendant was convicted (his defence that he could not find his way back to his unit due to the blackout not being accepted) but he was sent back to his unit instead of being sentenced immediately. What his sentence was I never did hear and neither did he, since apparently like the records of my Rations Officer tour of duty, all the records of the court martial were lost around the time of the surrender of the Island.

When the court martial was finished, I had the chance to go to the Hong Kong & Shanghai Bank branch where I had a small account and drew out a few hundred dollars. The teller suggested that I should draw out all my money – but I decided against this - and he proved smarter than me as the balance in my account remained there for four more years! (When the war was over and I returned home, I suddenly remembered this account and although I had no records of the balance or account number, I wrote to the HSBC. And much to my surprise and the great credit of the bank, within three weeks I received a letter enclosing a cheque covering my claim).

Nothing much else of any importance happened to me until the Japanese landed on the Island a week later. Prior to the landing, indeed at Windy Gap we had seen practically nothing to indicate there was a war on other than the occasional sight of a distant airplane which might (or might not) have been one of our own. We had been given absolutely no information as to how the war was going. (In fact, even during the week of my active participation in the battle prior to the surrender, I was completely unaware as to how matters were proceeding since I was given no information relating thereto but merely instructions and orders to do this or that or go here or there).

The Japanese landed on Hong Kong Island on the night of December 18th/19th and immediately proceeded to take to the mountains, advancing quickly toward the centre of the island in an effort to cut it in two at Wong Nai Chong Gap. They seemed to have good maps and knowledge of the various mountain paths but their principal or favourite routes were along the water catchments*.

*(There were no rivers on Hong Kong Island which was completely dependent for its water supply upon several large reservoirs (one even as faraway as the New Territories) which were filled up in the rainy season by rain caught in a series of cement drains located across the Island about one-half to two-thirds of the way up the mountain. These “catchments” were about three feet wide and deep, and in the dry season, which it now was, could be used for walking considerable distances almost as quickly as if you were on a road. This means of moving around was used to great advantage by the Japanese and they also had a great psychological advantage over the defenders who found themselves always fighting an enemy with the advantage of the higher ground).

I do not think that any tanks were used in the battle - the Japanese didn’t need them and we didn’t have any and, in any event, the mountainous nature of the terrain was not at all suited for this form of warfare. On the morning of the 19th (the day after the landing), ‘A’ Company moved out of Windy Gap across Tai Tam Tuk (a reservoir) in a westerly direction. But we saw no action that day and spent the night in the rain on the side of the road on Stone Hill. The next day we proceeded towards Repulse Bay and as we caught our first view of the Repulse Bay Hotel, we were also able to see a large body of Japanese soldiers proceeding along the catchment behind the hotel. Indeed a raiding party of Japanese had already managed to infiltrate the hotel garage - and a piece of field artillery had to be rushed up to dislodge them.

We then proceeded to the hotel, which was inhabited by a large number of women and children (mostly European) who had taken refuge there from the fighting. The Repulse Bay Hotel was a large luxury hotel of considerable standing*; it was now to be put in an anomalous position vis-a-vis the Japanese because, in spite of the fact that it housed a large number of non-combatants, it was to be for the next few days the headquarters of our forces, including ‘A’ Company. It is to the credit of the Japanese that they did not take advantage of our military presence there as an excuse to shell the hotel - or a more cynical reason for their failure to do so during this period could have been their reluctance to damage a large, important building which they were quite sure of eventually capturing intact).

*(It is sad indeed to now note - in 1983 - that the Repulse Bay Hotel, once a magnificent low-slung edifice set within spacious and elegant gardens, has just been torn down and is to be replaced by condominiums. Editor’s note: In fact, there was such an outcry by many Hong Kong residents and others that a replica of the hotel was built a few years later and the planned ‘condos’ never saw the light of day).

That afternoon we went out on patrol to the West of the hotel but saw no action although we had to lie low for awhile when we were almost between two parties of Japanese on the side of a mountain. We passed an uneventful night at the hotel and the next afternoon, my No. 8 platoon and the No.9 platoon were ordered to advance up the road to the Police Station at Wong Nai Chong Gap where the Japanese were trying to cut the road. This we did, seeing plenty of signs of where the Japanese had been, but no Japanese themselves. We eventually reached a large concrete building called “The Ridge” which was about half a mile away (and was the headquarters of the Royal Ordinance Corps). Here we found a group of rather shaken officers from various branches of the Imperial Army (and also, I think, Navy) including signallers and Service Corps personnel who had been attacked and shelled several times in the last twelve or so hours.

It was almost dark when I received a direct telephone call later from the Brigadier commanding the West Brigade. (In Hong Kong, the telephone lines were all underground but some, including the one I was talking on, was still functioning). As there was concern that the lines might be tapped, the Brigadier and I carried on our conversation in French - very bad French that not even a Frenchman would have understood! In any event, the gist of our conversation was that, in order to try to relieve the pressure on the Wong Nai Chong Road, our two platoons should try to cut the catchment along Middle Spur (at the back of the Repulse Bay Hotel) which the Japanese were using as a principal route to reinforce their troops in the area. And since it was dark it was decided to evacuate the superfluous personnel from “The Ridge” and add them to our numbers as we marched toward the catchment.

Nothing transpired until our column marching southward along the W.N.C. road was ambushed close to a house called “Overbays” at the junction of the road leading from Deep Water Bay to Repulse Bay. Several of our men were wounded and unfortunately our two platoons became separated so I decided to take cover with my platoon and the bulk of “The Ridge” evacuees at “Overbays”. Due to the reduced number of our fighting force, it now seemed unlikely that I would be able to carry out my instructions to cut the catchment. This decision proved correct as early next morning during a reconnaissance, I saw about 100 Japanese proceeding from the W.N.C. road up the hill towards the Middle Spur catchment.

It was now December 2lst and we spent an uncomfortable day at “Overbays” under sniper fire. After dark, we were evacuated towards the Repulse Bay Hotel as it had been decided that all military personnel in the area, and more specifically in the hotel, were to be transferred that night eastward towards Stanley Fort. This was carried out but only with moderate success as quite a few Canadians who where not in the immediate vicinity of the hotel did not make it - and were captured and later executed by their captors. Our advance on the 20th from Repulse Bay to “The Ridge” must have been, I believe, the farthest forward that any East Brigade troops advanced towards the West Brigade area after the Japanese advance to the W.N.C. road: from then on, it was just a question of withdrawing further back each day.

On December 22nd, we spent the day patrolling the road between Stanley View and Stanley Mound, and on the 23rd found ourselves in trenches behind Stanley Village. Water was getting scarce and we were glad to get the chance to fill our water bottles from a water cart that was making the rounds. Just after dark on the evening of the 24th, we withdrew to Stanley Fort where we spent the next eighteen hours resting and regrouping.

On Christmas Day at 5 p.m., we were ordered to take up positions on the side of the mountain above and facing Stanley Village which had fallen to the Japanese that morning after heavy fighting - and in which some of the other R.K.C. companies played a prominent part. As we were marching down the road to take up our new positions, we came under shellfire and several of my men were wounded or killed and the rest scattered. I myself was slightly wounded in the shoulder but managed without difficulty to get up the hill to where our new positions were; however, when I got there, I only had 2 men with me instead of the 25 or so that I was supposed to have. So consequently I tried to persuade the detachment of Hong Kong Volunteers (that we were relieving) to stay on the line until I could get reinforcements. But they would have none of it and retired, thus leaving me to hold some hundred yards of front line with just two men! Little did I realize at the time that this had been Hong Kong’s last line of defence. And had the enemy attacked, it would undoubtedly have been my last night on earth...

It was only later that we found out that Hong Kong had surrendered at 3 p.m. that afternoon. Through a breakdown in communications, Stanley Fort could not be notified officially until an automobile with two staff officers could be sent there from army headquarters in Victoria. By the time this automobile arrived at Stanley Village, around 9 p.m., it was, of course, dark. I remember seeing it with its lights down below in the village making its way slowly towards the hill to the Fort.  I could also hear shouts and shots from the village so I knew that something important was up. Shortly thereafter a runner was sent to advise me that the war was finished for us and that I should return to the Fort. I was mentally exhausted since I had had practically no sleep for a week and my first reaction was one of great relief that now I would, at least, be able to have a good night’s sleep.

For the next three or four days, the Japanese left us alone at Stanley Fort, although undoubtedly the telephone lines were very busy between the Japanese authorities and our Brigade headquarters. The only instructions that I recall receiving were all weapons must be collected and piled away. These few days by ourselves were peaceful ones, but did give us time to wonder about what the future might hold for us. It also gave us time to catch up on the news of our comrades, most of whom we had not seen for several weeks. During the week of fighting, when we were all pretty exhausted and had a lot on our minds, the scraps of news that you heard, even when they involved the death of a brother officer who was a close friend, did not really sink in. But now that the fighting was over and we had rested, the bad news about our companions struck with full force and was very depressing.

This peaceful existence could not go on indefinitely, and it was no surprise when word came through that we were to ’fall in’ next morning at 9 a.m. with what belongings we could carry for a move, of which the destination was not disclosed. So at the designated hour, we ‘fell in’. A squad of about fifty Japanese soldiers and a couple of officers arrived, and about an hour later we marched off in column. I do not remember very much about that march, which was about ten or eleven miles, although I was in good physical condition and found it easy. I do recall that whenever we passed through an inhabited district, the streets on both sides were invariably lined with Chinese of all ages and each of them waving tiny Japanese flags - this had obviously been carefully orchestrated by the Japanese and did not indicate any great show of enthusiasm on the part of the participants, the crowds being quite quiet and quite expressionless. Eventually we reached our destination and new home at about 4 p.m.: a former camp for refugees (from the Canton area) at North Point. The camp was filthy and in a state of extreme disrepair, having been both looted and shelled during the recent fighting.

For the first couple of weeks there was a shortage of water and the only latrine available was over the seawall into the sea - which was the boundary for one side of the camp. Flies were there in their millions and thrived and feasted on unburied bodies abounding in the vicinity of the camp – and on the bodies or body parts which floated by intermittently. The prisoners incarcerated here comprised mostly of the Royal Rifles, Navy personnel (whose headquarters was the naval dockyard in nearby Victoria) and a variety of others from units or detachments which had been in the east end of the Island at the time of the surrender. There was also the crew of a Dutch submarine which had been captured somewhere around the East Indies. These were remarkable men for within a week of their arrival at the camp, they had published a newspaper in English, and within a few days, the officers, except for the junior lieutenant, had all escaped via the sea wall.

These Dutch men were also the ones who 2 or 3 years later operated a clandestine radio in camp when it had become a very dangerous thing to do. The Japanese did not distinguish between transmitters and receivers and would treat those found using either one in the same brutal fashion. In any event, the Dutch had a radio operator amongst them who operated a radio for a while after we moved from North Point to the camp on the mainland at Sham Shui Po. The news they received was given a very restricted circulation for obvious reasons, but I was lucky enough to be a chess partner of one of the Dutch crew and he used to give me the current news during our games together. The junior officer (who had been left behind when the senior officers escaped) was for some reason mistrusted by those operating the radio and was not given any news by them; and this caused a certain friction between me and the young Dutch officer as he sensed that I was getting the news. 

Eventually the radio was discovered and all hell broke loose. The whole camp was immediately called out on parade. The Dutch, who occupied a hut adjacent to the one used for church services, had very cleverly hidden the radio under a table used as an altar.  And I can tell you, the Padrés looked very drawn during the parade until it became obvious that the Dutch were responsible. Which of the Dutch were actually punished, I am not sure and it would have been most unjust if the junior officer had been.  But those punished were very lucky as the Japanese camp commandant, Sgt. Major Honda (of whom more later) treated it as an internal matter and meted out the punishment himself, probably by kicking and slapping the culprits around. It would have been quite a different matter had it been reported to the Japanese Gendarmerie who would most certainly have sent the guilty to trial and they might never have been seen again.

The whole question of news received by us while we were prisoners is an interesting one. After the radio was discovered under the altar, there was no more radio in camp until the end of the war. During our first nine months at North Point, there was no radio. The only news we got was through contact with the sentries, some of whom used to trade food and cigarettes in return for watches, rings, gold fillings or other articles of value; or from other prisoners who had been transferred to the camp from Bowen Road Hospital or Sham Shui Po. The news obtained this way was, by the very nature of its source, very sketchy and unsatisfactory.

After we were transferred to Sham Shui Po camp (which I believe was around September, 1942), there was, in addition to a radio which functioned sporadically, two other main sources of information:  i) A considerable number of men from the Hong Kong Volunteer Defence Corps were actually “nationals” of countries other than the U.K and its allies, and had wives, relatives or friends who were not interned and were permitted, once a week, to bring parcels containing food or personal necessities to the camp gate for delivery to the appropriate prisoner; and ii) From time to time and sometimes daily for an extended period, the Japanese allowed a few copies of the local English newspaper to be delivered to the camp. (This service was often interrupted for periods as a form of punishment for the whole camp, such as when a New Zealand POW escaped in 1944 or 1945). This newspaper was not so much censored as written and edited by persons friendly and entirely committed to the Japanese line of propaganda.

Fortunately it was easy to read between the lines: thus when the Americans were leapfrogging up the Pacific Islands towards Japan in 1944, you would read there had been a naval engagement at “X” at which the Americans had lost seven aircraft carriers and then a couple of weeks later you would read that there had been another naval engagement at “Y” at which they had lost another six or seven carriers, and so on at “Z’ a few weeks later. But, on looking at the map, you would see that “Y” was 1,000 miles closer to Japan than “X”, and “Z” another 1,000 miles closer again than “Y. Similarly, on the Russian front, the Russians would have fantastic losses (particularly of tanks) every day, but each day upon consulting the map, you would see that these losses always occurred closer to Germany.

We had neither newspaper nor radio at the time the “A” bomb was dropped on Japan. But good news was in the air at the time, reinforced by such things as Colonel Toganawa (the Japanese officer in charge of all prisoners in Hong Kong) sending in a consignment of high class toilet paper; and the sight of the guards being paraded to listen to a broadcast from the Emperor and then eventually the sudden disappearance from camp of these same guards (who were Taiwanese).

There was a big change in personnel at North Point later in the winter of 1942 when the Winnipeg Grenadiers and other Canadian prisoners at Sham Shui Po were transferred there in exchange for naval and other assorted personnel of the Imperial contingent. (It was at this time, too, I believe, that an Officers Camp was set up at Argyll Street on the Kowloon side. Nearly all officers were transferred there except the Canadian ones who remained with their men until later in 1943 (?) at which time the more senior ones were transferred to Argyll Street. The Indian officers (other than certain ones) and soldiers of the Rajput and Punjabi regiments, however, had been segregated in a separate camp very early on and had a very hard time especially those who refused to renounce allegiance to the British Crown and enrol in the so-called Independent Indian Army created by the Japanese.

From the time that the Grenadiers joined us at North Point, we continued as an all Canadian POW Camp until the move to Sham Shui Po in the autumn when North Point was closed. I believe that room was made for us at Sham Shui Po by the departure of the first draft of prisoners - composed entirely of the Imperials - to Japan. When we arrived there, we found ourselves occupying the very same area and buildings as when we had first arrived in Hong Kong. However, the camp was subsequently decreased in area several times as further drafts of POWs departed periodically for Japan.

The first building to be closed off at the camp through this attrition was the Jubilee Building (where I had had my original quarters with my Chinese batman) and after that, various other areas and huts were gradually closed and wired off. Eventually, after the last draft to Japan, nobody remained at Sham Shui Po except those men in the poorest of health, and a few medical personnel and junior officers (including the Canadian ones). The camp was then divided in two, with these men occupying one half and the officers (who had been moved from Argyll Street) occupying the other half, with plenty of barbed wire in between.

After our imprisonment, the matter of food was always uppermost in everyone’s mind. There was no problem for the first few weeks at North Point as we were lucky enough to include amongst our fellow prisoners the commanding officer of the Royal Army Service Corps - and this officer knew exactly where all the auxiliary ration dumps were located on the Island. Consequently, this colonel was able to lead a ration party aboard a guarded truck to these ration dumps and bring back to the camp tons of tinned and packaged dry foodstuffs, such as tinned sausages and oatmeal, well suited to a European type diet. This Utopia of food soon came to an end and we were informed that not only would we be on rations supplied by the Japanese army in future but all the surplus of food accumulated during the past few weeks would be removed from camp.

From that point until liberation, our daily ration would consist basically of three meals a day of rice, the evening meal garnished with some vegetable such as potato tops, with an occasional tiny portion of dried fish (usually bad), all washed down by lukewarm cups of tea, of which beverage there always seemed to be a superfluity. There was also a small ration of sugar for individual consumption and peanut oil for cooking. At first, the Canadian cooks did not know how to cook rice and served up our rations wet and soggy. But eventually the Dutch cooks - who had been stationed in Indonesia - came to the rescue and showed our cooks how to prepare fluffy rather than soggy rice!

There were indeed a few extraordinary variations in our daily meal. A small pig pen adjacent to Sham Shui Po camp which was used to impress visiting Red Cross officials was supposed to be used to feed the prisoners but was instead for the enjoyment of the Japanese officers. On perhaps as few as two occasions, a small pig was killed and its carcass used to supplement our evening rice ration – and you can well imagine how much of the pig each one of 2000-3000 prisoners would have got. On another bizarre occasion, we were served a small portion of pheasant with our evening rice. This did not herald an improvement to our daily ration. Rather one of the cold storage plants in Victoria could no longer be operated due to a coal shortage and the frozen carcasses therein, including the pheasants, had to be disposed of on the double in some fashion or another!

The change from a European to an Oriental diet was to have a both short and longer term effects on our systems. In my own case, I developed a form of gastritis within about six months which I suffered in silence and without seeking help from the M.O.; it eventually went away after a couple of months. However, the longer term effects of living on an unaccustomed diet of practically nothing but polished rice began to be felt by all about a year after the change in diet and took the form of trouble with our eyes and with the nerves in our legs - these symptoms were diagnosed by the Medical 0fficers as beriberi or pellagra and caused by avitaminosis. The beriberi was either ‘wet’ or ‘dry’; the wet form resulted in severe swelling of the ankle and face but was quite easily and quickly cured by injections of thiamine or Vitamin B1. The dry form, on the other hand was much more painful and serious; and for those of us who had it (which was nearly all of us), it was never really cured, although with the passage of time, the painful neuritis of the feet eventually turned into numbness. Insofar as the eyes were concerned, I found that, after a year and a half of captivity, I was nearly blind. (For instance, if I was watching lawn bowling, I could not see the balls at the other end, only a blur). I was lucky, however, since with the proper treatment given just in time, my eyesight came back and is now, in fact, just about normal for someone of my age. 

But a lot of other prisoners were not so lucky and were left with permanent or chronic visual disability. “Pellagra” symptoms consisted principally of sore tongues and numbness, the latter occasionally at the top of the head. But this was not as prevalent in Hong Kong and responded satisfactorily to treatment by Vitamin B. Avitaminosis was not a ‘killer’ for the POW’s and it is likely none died from it directly. But it was the cause of a tremendous amount of discomfort and suffering in the prison camp and it is probable that 90% of all living Hong Kong ex-POWs still suffer from the aftermath symptoms of the disease, such as blurred vision and more especially leg trouble (i.e. numbness in the feet and elsewhere in the legs; and weak or non-existent ankle reflexes).

Nonetheless, avitaminosis certainly contributed substantially to weakening our bodies in their fight against other diseases prevalent in the camp from time to time, namely diphtheria, dysentery and malaria; and it would undoubtedly have become a killer when it reached its peak about 14 months later had not a large supply of bulk Vitamins (particularly ‘B’ & ‘C’) arrived in Hong Kong and been distributed to us by our captors. Previous to this, the Japanese had been unable or unwilling to supply us with any vitamins.

After the arrival of the bulk medical supplies, I was to receive injections of Thiamin or Vitamin B1 every second day for the rest of my time as a POW (and have since my return home to Canada been taking daily doses, probably as have most other Japanese POW’s).  There was initially after our return home a tendency by doctors to treat nearly all complaints of illnesses as largely psychiatric but this attitude has gradually changed since advances in medicine have shown the effects of avitaminosis.

At the time of the diphtheria epidemic (during the winter of 1942, I believe) which was apparently transmitted by work parties of our men returning to camp from Kai Tak airport, the Japanese supplied us with no antitoxin - even though a completely insufficient amount was obtained  “over the fence” (i.e. through clandestine means). Diphtheria was the cause of a great number of deaths, and I well remember, over a period of several weeks watching the funeral parties go by every day, sometimes carrying as many as five coffins. And our soldiers from the Magdalen Islands - where the local population had never been exposed to diphtheria - dropped like flies. None of us were inoculated against the disease and those lucky enough to get inoculated after contracting it only received one-tenth of the prescribed dosage.

There was a tendency on the part of the Japanese medical personnel - who were probably receiving hell from their own superiors - to blame the excessive number of POW deaths on our medical staff, and more particularly on the orderlies. I vividly remember one day seeing the orderlies paraded before the Japanese Medical Officer, Lt. Saito who after a brief harangue, said to them, “All those who think they are doing their jobs properly, step forward”(or words to that effect). When everybody stepped forward, he harangued them again even more violently for a few minutes and repeated the invitation to step forward. This time, though, obviously intimidated, only about five orderlies stepped forward. Thereupon, an enraged Saito drew his sword and invited the five to again step forward. One of them, a Corporal Varley did so - and I really thought he was going to be killed. However, Saito eventually simmered down and I don’t believe that the orderlies actually suffered any further abuse.

The Japanese medical staff showed a complete lack of interest in our condition at all times and even when selecting men for the labour draft to Japan, the medical examination of these men appeared to be merely to turn over their eyelids and disqualify only those who might have anemia - it did not matter that they might look like skeletons, they still went on the draft if they passed the anemia test!

On another occasion, the Japanese paraded the entire camp and gave everyone inoculations for dysentery - which did not appear to diminish the number of cases of the disease. In fact, our M.O.’s were quite sure that no such inoculation existed anyway. After diphtheria, dysentery was the big ‘killer’, either the bacillary or the less prevalent but more lethal amoebic kind - and death from this was most often the result of a body weakened by malnutrition.

Another disease that caused a few deaths was malaria, even though by the third year of imprisonment everyone had pretty well somehow acquired a mosquito net. But mosquito nets were a mixed blessing, as while they protected to some degree from mosquitoes, they also acted as havens for bed bugs (which were one of the constant and greatest of all trials we had to bear).

While at North Point camp, I do not remember hearing about bed bugs. (There were, however, several cases of lice which was likely due to the shortage of soap and water for the washing of clothes, as it’s not a dirty body which attracts or breeds lice but rather the prolonged dirtiness of clothes).  But the story at Sham Shui Po was a different one. When we arrived there, most officers managed to scrounge some kind of bed. But there were few beds in the men’s huts and most had to sleep on the bare cement floors. Only as a result of continuous complaining to the Japanese authorities were the men eventually supplied with lumber to construct platforms in their huts for sleeping purposes. 

Unfortunately, a short time thereafter, the bedbugs descended upon the huts, concealing themselves effectively during daytime in the cracks in the wood and the seams of the mosquito netting, emerging in full fury after we had gone to bed to crawl over and bite any exposed flesh; the hotter the weather (unlike lice which preferred the cooler weather) the more vicious their attacks. And the younger and more recently hatched the bugs, the more fiery their attentions. They also had a very unpleasant odour (rather like the taste of a Lac St. Jean blueberry with one of their local bugs in it). There seemed to be absolutely no way to get rid of these monsters until it was discovered that by placing a trail of sugar leading to the bed posts, you could lure red ants from their nests into the beds and they would then penetrate every tiny crevice, turn the many-times larger bedbugs onto their backs, cut off their legs and carry them away to their larders; and the bedbug eggs which appeared to be a special delicacy were also removed! This was not a permanent fix as the bedbugs eventually returned but it gave a couple of months respite...

With regard to the subject of bedbugs, it took almost as long to get permission from the Japanese to remove the wooden platforms in the men’s huts as it had taken to acquire the wood used in their construction. The officers’ beds were mainly of wood and also overrun by bugs; these beasts even hid themselves in the few iron beds that existed! They were real sticklers, these bed bugs and I even found some in my bed at home two years after the war! Shortly before their discovery, I had been in my bedroom examining some papers and clothes brought back from Hong Kong – and they had undoubtedly been hiding dormant there all that time.

The Canadian medical staff were real heroes and spent longer and longer days at sick parades and looking after their patients as the camp gradually became sicker and sicker. Unfortunately there was little medicine and few instruments to use in curing the sick. (But as an example of how skilled they were, they once removed an appendix from a sick man during a blackout using penknives as instruments and flashlights to see with). Their task did become considerably easier after the delivery of bulk Red Cross medical supplies in 1943 and when numbers had shrunk in the camp due to the departure of the majority of men through successive drafts to Japan.

The two Canadian dental officers had been lucky enough to salvage most of their equipment and initially we had good dental service once the electricity was turned on - until materials for fillings and painkillers began to run out. This shortage of supplies was not helped by the fact that the dentists were very popular with the Japanese guards who apparently had no dental service of their own and used to have gold stashed away in their teeth where it would be safe until such time as they would be sent home. Where they got the gold is a partial mystery, but I do know that some came from two wisdom teeth fillings which I had traded for food.  The guards were traders at heart. They got very little pay and were always on the lookout for a deal with the prisoners. For the most part, they were extremely honest in their dealings and it was only on very rare occasions that one who had been given something to sell by a prisoner would simply disappear and never be seen again.

Anyone who has read the book “King Rat”, which is about a POW camp in Malaya, will know how important a role the prisoners who traded with the guards played. While it is true that there was nobody in the POW camps in Hong Kong who could begin to rival “King Rat” in power, there were several of the traders who usually quite legitimately did very well for themselves by charging commissions in their dealings. You might ask what did the POWS have to trade with after the first year of captivity, but it was surprising what was still crossing the fence on its way out after three years of imprisonment - watches, rings, cuff links, cigarette cases and gold fillings. In my case, I had somehow managed to preserve my officer’s serge uniform - and it was actually on the trading block in August 1945 when the war was just coming to an end. It did not go, however, and I surprised everybody by coming home in it when all the others were in makeshift uniforms (mostly given to them in Manila or Japan by the Americans). Trading with the guards was not without its dangers, however, as great for - or even greater for - the guards than it was for the prisoners, as the Japanese Gendarmerie was always on the lookout for these ‘across-the-fence’ activities. Thus on one occasion, a number of jerkins (apron-like garments with thermal qualities worn over the tunic) were stolen from the Army Service Corps and discovered in the possession of two of the guards. As a result, the whole camp was paraded and the two Japanese culprits obliged to pass along the whole line of POW’s in an effort to identify from whom they had bought them. I can tell you that, even though I was not guilty, it was a very nasty feeling to have these two shifty looking fellows look you straight in the eyes as they went by! You know the saying “all Orientals look the same to a white man”; well, it shot through my mind at that moment that perhaps also, “all white men look alike to an Oriental” and that consequently these two miscreants might just as easily ‘finger’ me as anyone else.

With regard to mail, we were permitted after about six months to write a 25-word letter about once a month. These letters did not arrive home until at least a year later, if ever. When I had left Canada, I left behind a code showing most of the places to which we might be sent (including Hong Kong). But as my knapsack containing my copy of the code had been lost during the fighting, I was wary about ever using the code for fear it might be in Japanese hands. As an example of the uncertainty of my own correspondence reaching its destination, I had written four or five letters to my wife, and then I also wrote one to my parents and one to my grandmother. You can well imagine how my wife felt when my grandmother was the first to receive a letter from me – and I hardly think that this priority delivery to my grandmother was due to the great respect that the Japanese show towards their ancestors... As to incoming mail, none was received until about a year and a half after the surrender and then only in very small quantities. I was one of the first to receive a letter and thereafter occasionally received a few others, but there were some prisoners who received none at all during the entire four years of captivity; one Canadian officer who had received no letters later told me that his wife had actually written to him at every opportunity.

The subject of Red Cross food parcels is also of interest. It is my understanding that POW’s in Germany received these parcels at least once a month during their captivity, but in our case, we only received three or four each during the entire four years, the first one being received only about eighteen months after internment. Only very occasionally did the additional food contained in these parcels really supplement our diet in tote, but it added at least some variety to the monotonous fare. And admittedly, the Red Cross medical supplies received during the winter of 1943 were of considerably more value than a monthly supply of food parcels would ever have been.

Insofar as personal and cigarette parcels are concerned, these were delivered only once to the camp, in the autumn, I think, of 1943. Again some prisoners were lucky and some were not; some did not receive anything - while in my case, I received a personal parcel and about 8000 cigarettes. I cannot remember everything that was in my personal parcel, but it had been very well thought out. I especially remember how de1ighted I was to receive two packs of playing cards and a pair of pyjamas. By this time you can imagine in what state the cards originally brought into camp were and, of course, pyjamas were non-existent. It had always been possible to get cigarettes of a sort (the Chinese kind which were of a very poor quality) provided, of course, you could pay for them as there was no such thing as a ration of cigarettes issued at any time by the authorities. But these cigarettes were especially important for their ‘trading’ value. (i.e. their value in obtaining additional food). I received equal amounts of both ‘Black Cats’ and ‘Sweet Caporals’ and both brands - especially the ‘Black Cats’ - became very potent traders. The market in Hong Kong (including the Japanese officers) was apparently starved for good cigarettes. At the time, it could be said that the outgoing currency was Canadian cigarettes and the incoming currency was duck eggs. Indeed, our cigarettes were so popular for trading that, at their peak, a package of 25 Black Cats could be traded for perhaps 20 duck eggs, and 25 Sweet Caporals for perhaps 15 duck eggs.

Of course, I did not keep the 8,000 cigarettes for myself. (I was particularly pleased that, when I picked up the cigarettes at the camp office, and the Japanese interpreter suggested that I ought to give some of the best brand to him, I inferred that the Sweet Caporals - which I did give to him - were the best). I actually presented about 4000 to a pool set up for those POW’s who had not received any cigarettes and another 2000 to friends among the limeys and Hong Kong Volunteers, keeping the rest for myself and the officer with whom I messed (who had been rather unlucky in the bonanza). We did not even smoke one of the Canadian cigarettes ourselves but traded them all, mostly for duck eggs and, in my case, for the cheaper Chinese cigarettes.

There is no question but that the arrival of the Canadian cigarettes and the consequent influx of duck eggs into the camp was a very great boon to our health. Even the Chinese cigarettes were a very precious commodity - and the actual currency for trading deals within the camp. There were indeed some of our POW’s who preferred to smoke than eat and would trade some of their rations for cigarettes. Some would even hang around the guards waiting for them to throw away their cigarette butts for rolling into cheap fags for their own consumption. I myself was a rather heavy smoker, and while I never exchanged any of my rations for cigarettes (which I could easily have done as I never felt hungry for the kind of rations we had), I occasionally traded other personal things - a gold filling on one occasion - for cigarettes. Furthermore, when night guard duty around the huts performed by the POW’s themselves was introduced, I was always prepared to do someone else’s turn of duty in return for cigarettes.  There were strict rules concerning the blackout, but I sometimes used to have a clandestine smoke during guard duty and it now makes me shiver to think what might have happened had I ever been caught.

These trading practices lead me to the subject of ‘inflation’ in Hong Kong in general and in the POW camp in particular during our four years of imprisonment. One of the first things the Japanese did when they took over Hong Kong was to call in all Hong Kong dollars and other foreign currencies (the possession of which thereupon became illegal and subject to very stiff penalties). The Japanese military yen then became the only legal tender. When the Japanese began to pay the POW officers (in accordance with the Geneva Convention – to which they adhered only when it suited their purposes), I had already disposed of the HK$200 or so which I had brought with me to the North Point camp.; consequently, a lieutenant’s pay of about 75(?) military yen would have been a great help – if its purchasing power about four months after the surrender had not been already greatly diminished. The Canadian authorities at North Point had been agitating for some time for the Japanese to supply the camp with some sort of a canteen and the Japanese finally acquiesced, timing the arrival of the canteen’s ‘compradore’ with the first pay made to the officers. What the compradore produced was not very impressive, mostly cigarettes, matches, soap, some tins of bully beef (the latter obviously looted or otherwise “procured” from the Service Corps’ emergency ration dumps located around the Island) and numerous little parcels of sickly sweets covered with flies. At this stage, you could buy matches for perhaps a single yen and a tin of bully beef for about 15 yen. In the end, we made few purchases, and so after two or three visits to the camp, the canteen was discontinued.

I cannot accurately recall the monthly rates of pay of the several ranks of officers, but would venture that a Lt. Colonel received about 300 military yen, a major 175 yen, a captain 125 yen and lieutenants 75 yen (and these rates were supposed to correspond to those paid to their own officers by the Japanese). Ironically, later on, around the middle of 1943, our pay was proportionately reduced across the board by about 25% as a contribution to the Japanese war effort (of all things) to which apparently all Japanese soldiers also had to contribute. This tax for the war effort would, under normal circumstances, have been quite a blow except that by that time inflation had already drastically reduced the ‘purchasing power’ of the military yen to such an extent that a lieutenant’s monthly pay of 75 yen (less 25%) would only have bought a box of matches. I have no idea how the Japanese soldiers survived on their pay, except that they must have had a better canteen with cheaper prices and also, I understand, they could upon return to Japan exchange the military yen saved for ordinary yen - which would itself have suffered from inflation, but probably no more than the currency of any country that had been at war for several years.

Apparently the senior officers (both Canadian and Imperial) set up a fund - while the military yen still had some value - in which they deposited part of their monthly pay and from which other ranks could borrow or which could be used to buy certain scarce supplies for the camp (such as essential medical supplies), it being understood that the sums put into this fund would be reimbursed after the war. However, I do not believe that any such reimbursement took place as no proper accounting system had been put into place.

I am not aware whether any of the men who went on labour drafts to Japan with a few military yen were able to exchange these for ordinary yen when they reached Japan, but I think that it would have been difficult to do it officially.

As a result of poor rations and different sicknesses suffered during four years of captivity, we were all very thin by the end of it. I myself went down from my normal weight of 165 lbs. to 116 lbs. But in my case, however, quite a lot of the weight loss was due to something else not yet mentioned... read further!  After the camp guards had disappeared and we had taken over control of Sham Shui Po ourselves, who should appear almost immediately at the camp gates but a bunch of compradores anxious to sell everything under the sun to the poor POW’s?  (This was on credit too - and only to be paid for after we got back to Canada). Items included many brands of British hard liquor, such as ‘Gordon’s Dry Gin’ and ‘Dewar’s Scotch’; I myself bought a bottle of the gin and had two or three small drinks, only to feel a couple of hours later that I was going to die. This feeling was only relieved when I became violently sick at my stomach. And what should I pull out of my throat but a 6-inch tapeworm, apparently not at all happy at being taken off its customary diet of rice for a gin one! Fortunately tapeworms are quite easy to get rid of - and I only had one of them, so there was no question of eggs involved.

I should also add that even before the compradores arrived at the camp gate with their gin and other goodies, another Chinese gentleman arrived looking for me - my Hong Kong tailor who had made a summer drill suit for me which he had delivered but not been paid for: but fortunately he too, like the compradores, was willing to wait a little longer for payment until we got home.

I do not think that the possibility (or as strict army types would put it) ‘the duty’ of escaping was ever much on the minds of the ordinary Canadian POWs, although four (none from the Royal Rifles) did actually escape from North Point around mid-1942 and were subsequently captured and executed. The day this escape was discovered, the Japanese informed our senior officers that each POW must sign a paper promising not to try to escape. After considerable discussion amongst themselves, the senior officers advised us to sign such a paper as it had no legal effect since it was signed under duress. While we were deciding whether or not to comply, the whole camp was paraded before Col. Togunawa, who stood on a table and addressed us through a Japanese interpreter who said if we did not sign it would be ‘munity’! Normally such a mistake in pronunciation would have been greeted by a roar of laughter from the men, but this time you could have heard a pin drop. In any case, we eventually all signed - except for one rifleman, of whom his pals said he was so contrary that had he been ordered not to sign, he would have signed! This ‘non-signer’ was taken out of the camp by the guards and we all wondered what dreadful fate would befall him: however, he was apparently not treated too badly, had a change of heart and was brought back to the camp several hours later none the worse for wear.

However, an Imperial Officer, Major Boxer (who knew the Japanese well and spoke their language fluently) was not so lucky. He refused to sign, feeling that he would ‘lose face’ if he did and the Japanese would not respect him - and consequently spent several months in prison at Stanley Village. Another time while we were at North Point, several prisoners escaped from Sham Shui Po and as a result, the whole camp was kept on parade in the rain from about 10 P.M. until 10 A.M. the following morning, a very uncomfortable experience.

There was apparently a ‘general escape’ plan, known only by a few senior officers and kept under wraps until such time as there might be an invasion of Hong Kong or an attempt to rescue the POWs by the Allies. I do not know how good this plan was but hate to think what an awful massacre would have occurred if it had ever been put into effect.

Relations between the POWs, and the camp guards and their commandant varied from time to time in accordance with the nature and character of the personnel concerned. Our first camp commandant, Lt. Watta, was always smiling and bowing even when he was giving drastic orders, but is more famous for being the officer in command of the POW’s aboard the “Lisbon Maru” when it was torpedoed en route to Japan, and for having refused to open the hatches so the prisoners could escape from drowning... The next and final camp commandant whom we had for most of our time at Sham Shui Po was a real gentleman and did what he could to make the POWs lives more endurable (e.g. his handling of the aforementioned discovery of the radio). His name was Honda and he was only a Sgt. Major or Warrant 0fficer, which shows how much authority the Japanese could place in the hands of an N.C.O. His conduct had been so good, indeed, that after the war was over, the POWs saw to it that he was given a room at the prestigious Peninsula Hotel, to be out of harms way.

This was quite unlike the treatment handed out to Imperial Camp Commander, Major Boone, whom the prisoners threw into jail after the war and who was later court-martialled for having collaborated with the enemy. The much hated Boone used to act more like the Japanese than the Japanese themselves, shaving his head and bowing and scraping all over the place; his conduct was particularly odious during occasional camp inspections or searches carried out by the Japanese where he would often draw their attention to something illegal or amiss which they had overlooked.  Boone’s assistants, Sgt. Tovee and Private Bevan were equally obnoxious and were always snooping around looking for contraventions of the rules to report to their master. They were, I understand, also court-martialled after the war, but apparently got off on the grounds that they were acting on the orders of their superior officer, said Boone. He was apparently also acquitted but was financially ruined by the high legal costs involved.

The types of guards varied considerably. For instance, at one time in North Point we were guarded by a group of soldiers from an elite Japanese regiment which had just been in active service against the Chinese and had suffered heavy casualties. These guards were tall and rather aloof - and we had been warned by our captors to stay out of their way. But at least on one occasion  (which I remember well because my hut was next to the guardhouse), they strung up some offending Chinese passerby from the ceiling by the wrists, tortured him from time to time with lighted cigarettes and eventually took him away and shot him.

During the last few years, our guards at Sham Shui Po were Formosans. They were primarily interested in trading with us and once the war was over, they immediately disappeared, apparently first changing their uniforms for civilian Chinese dress. There was also a guard who was a mean corporal nicknamed ‘Four Eyes’ on account of the big thick spectacles he wore: it was necessary for any POW passing the guards or the guardhouse to salute the N.C.O. in charge - as he was on duty representing the Emperor. Several times ‘Four Eyes’ beat up any prisoners who failed to salute or salute properly when passing him; also, during any epidemic of contagious diseases, all POWs (including the guards) were supposed to wear small cotton masks over their mouths and noses to prevent the disease spreading. On one occasion, the Canadian officers were having lunch outside one of the huts and, in order to be able to eat properly, were not wearing their masks. Along came ‘Four Eyes’ in a threatening mood, shouting and making passes with his bayonet at some of the officers. At first we could not figure out what was the cause of his anger but eventually it dawned on us why, so we calmed him down by simply wearing our masks until he went away.

These Formosan guards were on duty one stormy night and when they had finished their tour of duty, the New Zealand POW escaped by simply walking out of the camp behind them (or so I am told)!

I personally managed to always keep a low profile in respect of the guards and consequently, through luck perhaps, was never either touched or searched. Whenever there was a big move either from camp to camp or even within the camp, there was always the fear of a search. Items such as the radio had to be very carefully hidden in transit; it had to be completely dismantled into its smallest components which were then distributed among a number of individuals. However, I do not believe that any important item was ever found. 

There was one Japanese interpreter attached to the guards who was always snooping around at night and making things unpleasant for the prisoners, especially the Canadians. He was known as “the Kamloops Kid” and this was because he was a Canadian citizen who had lived in Kamloops (British Columbia) but happened to be in Japan when broke out and enlisted (or was drafted) into the Japanese army. He was very tough with the POWs in the early days when everything was going well for the Japanese and their allies, but became considerably softer when things started to go badly for the Japanese and he could see ‘the writing on the wall’. Once when someone in one of the huts called out at night: “Stop the noise or that cocksucking Kamloops Kid will be on your tail”, and there came the reply: “Yes, the Kamloops Kid is here, so stop the noise”, there was a frightened silence, but fortunately no further action from the Kamloops Kid. After the war, he was, I believe, tried for treason and executed.

Each day in camp tended to be a carbon copy of the day before and time hung very heavy indeed, especially when we were at North Point where there were not enough books and the camp area was restricted.  Some effort was made to play softball, but this petered out due to a lack of equipment and loss of energy due to diet. The few attempts to organise concerts were on a very limited scale.  Insofar as the officers were concerned, the principal pastimes were sleeping, cards and chess, in that order. I myself managed to spend several months reading through the English dictionary and copying down every word that I didn’t know. The card games played were mostly bridge and cribbage, but we also indulged in piquet and gin rummy.

Yet chess was the best form of opium, as you could become so completely immersed that you were unconscious of the passage of time. And when we arrived at Sham Shui Po and joined up with the Hong Kong Volunteers, chess took on an even greater importance. We were a real League of Nations with practically every nationality under the sun, including Turks, Austrians, Romanians, Norwegians, White and Red Russians, Scandinavians, Portuguese and so on to infinity with 90% who had played chess to some degree or another before becoming prisoners. Many tournaments were soon organized and one of our Canadian officers actually became champion of the camp!

The Chinese members of the Volunteers had all been released by the Japanese, but the Portuguese (most of who were partly Chinese or Indonesian and sometimes referred to as ‘Macanese’ because of their connection with nearby Macau) were imprisoned; and only one, to my knowledge, was pure Portuguese. The POWs who had actually lived in Hong Kong and were in Victoria at the time of the surrender had had time before reporting for imprisonment, to return to their homes and pick up all kinds of belongings which were to be extremely useful in the next four years, not only to themselves, but also to their fellow prisoners. Their principal acquisitions were books; and so when we arrived at Sham Shui Po, we found an excellent library in operation with at least one book for each prisoner. These books were kept in good condition by very capable book binders whose work, when you consider the lack of materials, was almost professional. Of course, you could not always get the book you wanted right away (some being more popular than others), but you hardly ever had to wait more than six weeks for a particular book.

The camp at Sham Shui Po had much better facilities and equipment than that of North Point; there was even a hall which could be used for concerts and a considerable number of band instruments. As a result, concerts and musical shows were performed at intervals. There were also among the Hong Kong Volunteers and the British officers a large number of well-educated and, in some cases, distinguished professionals such as teachers, professors, lawyers, journalists, architects, engineers, etc., and some of these men gave up their time to lead discussions or teach classes in the several subjects in which they were adept. Classes were also held in several languages, but I contented myself with learning a little Spanish and German grammar and vocabulary from textbooks. I found the Spanish reasonably easy but I soon gave up German on account of its difficult script and strange sentence construction.

Another pastime in which (principally) officers took part was tending the camp vegetable garden. There had been no room for a garden at North Point but at Sham Shui Po, there was a large vacant area adjacent to the camp (about 1/3 of the size of the camp itself) wired off for the prisoners to grow vegetables. The principal crops grown were tomatoes, lettuce and sweet potatoes. The climate was so moderate that three crops of tomatoes could be grown in a year (except during December through February). The Japanese were initially very slack about supplying seeds and I believe it is true, incredible as it may seem, that the first tomato seeds used in the camp were obtained from a tin of stewed tomatoes (which in manufacturing must have been heated to a very high temperature). For fertilizer, of course, we used the human excrement from the latrines in the camp and this was reinforced by manure from the pig farm.

I personally had a couple of private plots inside Sham Shui Po camp - between the huts - where I tried to grow tomatoes but without too much success. This was partly because they did not receive enough sun there, partly because the only kind of fertilizer was our own ‘aged’ urine (which was a source of constant friction between ourselves and those whose window overlooked the tin of aging urine) and partly because it was almost impossible to protect the ripening fruit from pilferers.

The other ranks of POWs had little time for gardening as the healthiest of them had to go out on ‘work parties’ every day. The officers were not obliged to join these but it was decided that they should take turns accompanying work parties to support the men in case a crisis should arise.

Although the men did not have to really slave during these daily ‘work parties’ outside the camp (the principal site being Kai Tak airport where the Japanese were extending the runways), it made a very long day for them: from 7 a.m. to 6 p.m. and often in extremely hot weather. Each group of men would be given a task and when they had finished, they could then quit for the rest of the day. The Portuguese and other Hong Kong Volunteers (most of whom were recipients of parcels from their friends and families outside the camp) were in better condition than the Canadians and often finished their assigned tasks by noon while the Canadians would have to go on working all afternoon.

There were, however, two work parties organized in Hong Kong that did not conform to the norm.  The first one was sent to the race track at Victoria for a week to dig up the grounds and turn them into a vegetable garden – and this project was preceded by a lot of hullabaloo from the Japanese as to what a good time those who worked there would have. However, the project turned out to be a nightmare as the prisoners were required to work very hard to the beat of a drum and under constant supervision by the guards. As a result, they were all exhausted when they returned to camp. The other unusual work party went to the New Territories for a week under the command of Sgt. Major Honda, the camp commandant. One of the Canadian officers who accompanied this mission told me that he actually enjoyed himself, partly because of the interesting conversations he had with Honda in the evenings after the work was finished.

In addition to the outside work parties, there were also work fatigues within the camp carrying out such duties as cleaning the latrines and transporting the fertilizers to the garden, working as cooks or their assistants and cleaning the camp.  (In this latter job, a ‘free’ Frenchman in the H.K. Volunteers was unlucky enough to die from electrocution when he was cleaning a drain and touched a live wire). The officers also continued to employ batmen whose only job really was to wash their clothes.

Outside of working in the garden, the daily routine of the officers was pretty constant and monotonous:  roll call at 8 a.m., then breakfast, then waiting around for lunch at noon, then another wait until roll call at 5 p.m., then dinner and waiting around for lights out. There were only occasional events to cause any excitement in the camp, most of them minor, such as the arrival of mail or Red Cross parcels. The only major ones that come to mind were connected with two allied bombing raids. The first took place during the winter of 1943 (I think), quite close to the Sham Shui Po camp when two planes made low level attacks on some nearby oil storage tanks, setting some on fire which lasted for a couple of days; and the second happened quite late in 1944 (?) when an American aircraft carrier (the “Hornet” or the “Wasp”, I think) dive bombed shipping in Hong Kong harbour for several hours. The bombers appeared to use our camp as a sighting aid and came screaming over at a fairly low altitude before attacking targets in the harbour.  A good number of our POWs spent a large part of the day under their beds, although no damage was done to the camp or apparently to any of the planes. As well, often on clear days, we used to spot a small single plane extremely high above Sham Shui Po, apparently on a scouting mission for the allies but which the Japanese never bothered to drive away.

After parade in the morning at Sham Shui Po, we used to have about 15 minutes of Physical Training to the music of the prisoners’ band. This was their idea but the Japanese never bothered about how we carried out these exercises. Some days the roll call parade was considerably longer than expected, such as the morning after the New Zealander had escaped and we were kept out on the parade ground in the blazing sun until late afternoon, ostensibly while the guards searched the camp but obvious1y as a form of collective punishment.

There were also occasionally incidents at roll calls that were unusual (including the identification parade by the guards involved in the Jerkin theft). I recall two in particular, one amusing, one not so funny. One afternoon during roll call when I was next to an officer with a loose false tooth, he overreacted when he came to number off and spat the tooth out with such force that it hit the Japanese on the tunic! Fortunately, the Japanese did not treat the matter as lèse-majesté (as some might have done) and merely laughed and moved on. But on another occasion, the adjutant had apparently made a mistake in compiling the numbers on parade and the Japanese interpreter (not the Kamloops Kid this time) was so furious that he knocked him down and kicked him on the kneecap, causing him great pain at the time and to limp for several days afterwards.

Another time during morning roll call at North Point camp after daily work parties had departed, I found one man to be missing among the group of POWs for which I was responsible. Had someone escaped or was it simply a mix-up in numbers? If the former, should I cover it up and report ‘all men present’ to the Adjutant and hope that the Japanese would not notice when they made their own count?  In any event, I decided to report the discrepancy to the Adjutant who in turn reported it to the Japanese. As a result, we were all kept out on parade until the Japanese could check by telephone with the guards in charge of that day’s working party who found, in due course, that they had an extra man on board. I was considerably relieved and so apparently were the Japanese because they did nothing more about it and no one was punished. And believe it or not, the man missing from parade had been so disappointed not to be selected for the work party that morning that he had decided to go anyway. This kind of attitude among the POW’s very quickly disappeared once the novelty of work parties wore off, but in this particular case it must have pleased the Japanese.

The weather in Hong Kong could be best described as sub-tropical, similar to the West Indies and Central America. It was never very cold, temperatures never went below 40°F. and there was never any question of freezing or a frost. Nonetheless we were poorly equipped with clothes and blankets to cope with the lower temperatures of December through February. October and November were rather pleasant months but as of May until August, it was very humid with temperatures during the day of around 90° F. and dropping to about 70° F at night. The huts at North Point were made of weed and as such, were considerably warmer during the day than those at Sham Shui Po which were of cement; but conversely, at night they cooled off more quickly.

In neither camp were there any real windows, most having been looted or damaged during the fighting and not repaired afterwards except in a makeshift way with sacks and boards. This lack of proper windows would have been very serious in a typhoon since its winds would have been able to easily penetrate the huts and blow their roofs off, weakening the walls and probably causing them to collapse. (There had been a typhoon in Hong Kong a few years before with winds so strong that the instrument used to record typhoons - which had clocked winds up to 165 mph - could not record its top winds). The typhoon season is roughly from the middle of July until the end of September (which is the worst month). We were lucky to never experience a full typhoon, the highest was a 7 on a scale of 1 to 10. Sometimes during the summer, we would get torrential rains for about half an hour which would rapidly lower the temperature by as much as 20° (i.e. from 90° to 70°). However, this respite from the heat was short-lived and half an hour later, the temperature wou1d be right up to 90° again with an accompanying big increase in the humidity.

The clothes we wore varied with the temperature. For instance, at the end of January, we tended to wear all the clothes we had when we went to bed while in the hot months we would wear nothing but a fandouchy (or loincloth) which covered principally your private parts, a pair of sandals and a pair of dark glasses (if you were lucky enough to own some as I was, having received a pair in my personal parcel). For roll call, we had to wear at least shorts, shirt and sandals.  (There were very few pairs of boots or shoes left in the camp by the middle of 1943 and leftover leather from worn-out shoes and boots was part of the material used by the flourishing industry making sandals in the camp).

Just after the surrender and around the time when we first saw the dilapidated condition of the camp at North Point, the morale of the Canadian troops was very low and there was a tendency to resent any kind of discipline; each man just wanted to go his own way and be left alone to brood. I certainly felt that way, but I must have realized even then in the back of my mind - as I now fully do - that our senior officers had to enforce some form of discipline in camp or the Japanese would take over and impose a much stricter regime.

But internal rules and regulations were kept to a minimum and, of course, no regimental or military training was carried out. Shaving and haircuts were made obligatory though on a reduced scale and no Canadian POW was permitted to grow a beard. The Canadian barbershop at Sham Shui Po was well organised with a head barber and two assistants (all of whom were excused from work parties). They were paid a small amount per month by each officer for a couple of shaves per week and an occasional haircut; the other ranks (who received no pay, of course) were barbered free of charge.

 The NCO’s supervised the men’s meals but apart from roll calls or work party duty, officers did not bother the men and had a minimum of official contact with them. In fact, I do not ever remember during four years of captivity inspecting the men’s sleeping quarters.  I do remember a man being charged with a minor offence for protesting too strenuously supposed favouritism by an NCO serving a meal; the punishment was simply a reprimand, which I am quite sure never appeared on the culprit’s documents after the war. There were certainly plenty of arguments but hardly ever any physical fights between the POW’s.

I do, however, remember one actual exchange of blows between two officers who had never liked one another and who had been forced to live together in congested quarters for several months. Perhaps I should explain here that the Winnipeg Grenadiers were an urban western regiment and the Royal Rifles were a rural eastern one, and there was no great love lost between both officers and men. (However, the junior officers of the Rifles got along well with the only group of their Grenadier counterparts to have been recruited from Saskatchewan and Alberta). The Grenadiers also resented the so-called banking barons from St. James Street in Montreal and Bay Street in Toronto for having gypped them for years, as most westerners seem to feel even today. Fortunately this feeling of mutual antipathy did not spill over into any actual violence, both sides being content to play it passively by merely staying apart and not mixing.

The only real row that occurred between the Grenadiers and the Rifles took place in the early days of captivity at North Point and was over regimental cooking utensils, of which the latter had many and the former few. But the matter was settled quite quickly and effectively when the Rifles simply transferred some of their utensils to the Grenadiers. Another source of friction between the two regiments occurred when the more senior officers were transferred to Argyll Street and a captain of the Rifles was left in charge of all Canadians remaining at Sham Shui Po.  But this never really got past the stage of angry mutterings by some of the Grenadier captains behind the back of the Rifles captain.

Strangely enough there were practically no mental breakdowns (I can only think of one such case from the Royal Rifles toward the end of captivity) during the whole period of incarceration. After the first few weeks of captivity most of us managed to adjust our way of thinking from worrying about when we would ever get home or what might happen to us at the hands of the Japanese if an attempt was made to free us, to trying to live each day at a time and make the best of it. We all had dreams, of course, and my most persistent dream (which still haunts me from time to time) was that we were back home either merely on leave from the POW camp and had to go back or else that we had been recruited again and were being sent to Hong Kong for a second time.

There were some eternal optimists among us - who became fewer with the passage of time - but who expected to see Chiang Kai Shek riding down the road from the mountains on a white horse at the head of a Chinese army to set us free. But generally speaking, most of us were quite relaxed and living from day to day. A few were so relaxed, I’m told, that they had breakdowns after the war because they actually missed the daily POW routine with its almost complete lack of responsibility. Most managed to maintain their good humour even in the midst of all the petty irritations and displayed muted heroism by merely enduring and surviving.  This was true ‘in spades’ in respect of those sent on working parties to Japan, where the irritations were by no means petty but amounted to gross maltreatment. 

Whether due to the deficiency of our diet, or to the absolute futility of thinking about such a subject, all talk of women or sex was tacitly taboo in camp. As for homosexuality, the one case of which I heard was of a pervert caught loose in the showers who was attended to by his peers (the other men) and never surfaced again.

I do not know about the Imperials nor the Hong Kong Volunteers, but among the Canadian POW’s, religion seems to have played a very minor role during captivity and attendance at church services was minimal. Insofar as the padres were concerned, they did little during the week that could not be done better by the Auxiliary Services Officers.

For the most part, the POW’s did not lose their senses of humour but it must be said these became greatly inverted into joking mostly about small things that occurred within the camp’s boundaries and neglected the wider fields of humour. This only became apparent to me when we met up with our first relief parties. Something that we, as POW’s would think uproariously funny, would leave those who had been out in the world throughout the war not even mildly amused. The truth is that, while none of us was actually insane, we were all quite “stir crazy”. This lack of contact with the outside world for such a long time (undoubtedly the cause of our peculiar senses of humour) was something of which I felt the effect many years after the war and from time to time still do. Thus having missed hearing about so many important things that occurred between Christmas 1941 and October 1945, including the deaths of friends and other matters relating to them, we have never really caught up on these - and even to this day are still hearing about them.  

As to my memory of events in the prison camps, it is still very clear as to what happened in the first year of captivity and also from shortly after my Canadian cigarettes arrived (around autumn of 1943) until the end of the war, but there is a definite hiatus in between these periods. This gap in my memory covers about two years and I have only very hazy recollections how we passed this time; this is probably due to the cumulative effect on our physiques of the poor diet (although our health certainly did improve after the camp received the bulk medical supplies from the Red Cross in early 1943). But it is also undoubtedly also due to the fact that every day was so much like the previous one and very few events occurred at all during this period interesting enough to make an impression. That my memory was better during the last year of captivity is due, in part, to my consumption of a good number of duck eggs from the sale of Canadian cigarettes and to the fact that it was just prior to this that the rest of the Canadian Junior officers, including myself, were transferred to the general officers camp (which had become a wired off part of Sham Shui Po camp) and the additional mental stimulation that this brought about.

In conclusion, I must address the great deal of public debate there has been in Canada both immediately after we were taken prisoner and from time to time since the conclusion of the war as to whether an only partially trained force of Canadian soldiers such as ours should have been sent to Hong Kong at all.

There has even been a book published quite recently about the Canadians in Hong Kong based almost entirely on the theme that we should have not been sent there partly because we were insufficiently trained and partly because Hong Kong was, in fact, not capable of being defended – and we were therefore merely human sacrifices. This book relates anything that happened to us there, both during the fighting and afterwards, merely as subsidiary incidentals to the principal theme of the author and to prove this point. I disagree entirely with this theme and consider that it was contrived in the first place merely as a political “ploy” to embarrass the government. At the time that we were sent to Hong Kong, the British were in dire straits and confronted all over the world by powerful enemies, with no allies other than the struggling Russians, and with their manpower and resources stretched thin, it certainly must have been of some small help to them for the Canadians to relieve some of their soldiers in Hong Kong for duty elsewhere on the more active fronts. In addition, not only had the Canadian “brass” been agitating with the British to let our soldiers take a more active part in the war, but our own senior officers had been continually engaged “pulling strings” in Ottawa to have our unit taken off guard duty in Canada and sent to a more active front.

Insofar as the argument that Hong Kong was not defendable against an attack by the Japanese, this is undoubtedly true (and I myself have seen “why”), but at the time that we were sent there, there did not seem to be any very good reason to consider that any Japanese attack on Hong Kong was either imminent or foreseeable in the near future, but there did indeed seem to be a very strong possibility that we were merely exchanging guard duty in Canada for a more exotic setting but at the same time helping out the British. My opinion on this subject, I fully believe, is shared by the great majority of all the Canadians still alive who took part in the Hong Kong (erroneously called) débâcle. I do not believe that they harbour any feelings of resentment towards the Canadian government for having sent them to the British colony. In spite of the hardships suffered, both in the fighting and POW camps in Hong Kong and afterwards through resulting poor health, I believe that most of us who were recruited from the rather impoverished Gaspé and Bonaventure areas of Quebec and northern New Brunswick consider the Hong Kong experience to be the greatest event in our lives and our principal emotion on looking back is one of pride for volunteering to go there and managing to survive. As proof of this is the great number of ex-POW’s who have made the pilgrimage back to Hong Kong since the war, some more than once.

Unfortunately, although I bear absolutely no resentment against anyone for having been sent to Hong Kong, I do not regard it as a great event in my life, but rather as a long boring experience which took four years from the prime of my life just as I was beginning to get established in my law practice and raising a family. In any event, if the Canadian government bears some responsibility for having sent us to Hong Kong, it treated us very generously after we returned home, even if it was a bit slow in getting down to business at first and had to be prodded into action by continued lobbying. In this respect, it gave me great pleasure indeed, at a convention of Hong Kong POWs that I attended in Quebec City in the fall of 1983 to see how prosperous all the participants looked with nearly all of them retired and apparently living comfortably on their pensions.

 

(publié sur ce site avec la permission de Susan, Grant et David Johnston)

Avant-propos

Lorsque la guerre a éclaté en 1939, je venais tout juste de commencer à titre d’avocat au sein d’un nouveau cabinet dans la ville de Québec et je devais me marier l’année suivante. Je n’avais aucune formation militaire, sauf celle de cadet dans le Bishop’s College School Cadet Corps (un corps de cadets célèbre qui, chose rare, avait été mobilisé lors des raids fenians à la fin du 19siècle) et un CTCU à l’Université Laval (où j’ai suivi un cours pour officiers immédiatement après le début de la guerre). C’est peu après cela que j’ai décidé de m’engager. Je me suis engagé simplement parce que je sentais que je devais apporter ma propre contribution à l’effort contre Hitler et pas du tout parce que j’étais enthousiaste à l’idée de la vie militaire. (Même que j’ai quitté les forces armées le plus tôt possible après la guerre et je n’ai jamais participé à aucune unité de milice après cela). Je me suis engagé au sein des Royal Rifles parce que c’était un régiment de la Ville de Québec et parce que plusieurs de ses officiers (surtout ceux qui venaient d’y adhérer) étaient des amis intimes.

Souvenirs de mon expérience de Hong Kong pendant la Deuxième Guerre mondiale

(Par C. Douglas Johnston, Lieutenant, Royal Rifles of Canada)

Après un an de service de garde à Terre-Neuve, mon régiment, les Royal Rifles of Canada, s’est retrouvé de retour au Camp Valcartier (près de la Ville de Québec), d’où il était parti, en août 1941. Puis, en septembre, le régiment a été envoyé à Saint John, au Nouveau-Brunswick, pour un autre tour de service de garde que nous anticipions durer tout l’hiver. Cependant, deux semaines plus tard, nous avons reçu l’ordre de retourner au Camp Valcartier… Et donc, nous avons beaucoup fait de suppositions quant à la raison de cette hâte et quant à notre destination; les seuls indices que nous avions étaient le fait de recevoir des tenues d’exercice estivales et de nous faire vacciner pour tout genre de maladies tropicales. Ceci indiquait certainement qu’on nous envoyait à un pays chaud plutôt qu’en Europe de l’ouest.

Cependant, aucun d’entre nous ne soupçonnait que notre destination était Hong Kong, ce qui rend assez amusants les incidents suivants : i) sur le train de troupes en direction ouest, nous nous sommes arrêtés à Jasper, en Alberta, et tandis que le train sortait de la gare, une jeune femme nous a fait signe de la main et nous a lancés « Amusez-vous bien à Hong Kong ! » ii) Puis, après avoir quitté Vancouver, nous sommes partis pour Hawaï et lorsque nous nous sommes mis à quai à Honolulu (je crois que c’était à Pearl Harbour), qui croyez-vous se trouvait dans le poste d’amarrage à côté? C’était un navire marchand japonais, avec des rangées de matelots japonais qui nous souriaient en observant nos uniformes canadiens. Ça n’a pas dû aider le secret qui devait entourer le mouvement de nos troupes en Extrême-Orient !

Nous sommes arrivés à Hong Kong le 16 novembre et sommes allés directement à la caserne Sham Shui Po, sur la partie continentale adjacente de Kowloon. Les huttes des soldats étaient en ciment et les officiers supérieurs étaient logés dans des chambres autour d’une cour, dont le mess des officiers formait un des côtés.  Les officiers subalternes avaient plus de chance, en fin de compte, puisqu’on les a logés dans le « Jubilee Building », un immeuble d’appartements à côté du camp.  Cet édifice était aussi en ciment, haut de quatre ou cinq étages avec des quartiers privés composés d’une chambre à coucher, un salon, une petite cuisine, une salle de bains et des appartements pour domestiques. Ces derniers se sont avérés utiles, puisque les ordonnances des officiers ont dû retourner immédiatement au service régimentaire pour leur instruction et ont été remplacés par des serviteurs chinois. Chacun des candidats chinois devait subir un examen médical rigoureux administré par le médecin médical du régiment et plusieurs ont été jugés inadmissibles, le plus souvent à cause de tuberculose et de maladies vénériennes.

En effet, les maladies  vénériennes pullulaient à Hong Kong et à ce que j’ai compris, certains de nos hommes y en ont attrapé d’une sorte ou une autre pendant leur bref séjour avant de devenir prisonniers. Combien, je n’en sais rien, autre que la rumeur; cependant, je dirais qu’il n’y en avait pas tant que ça, puisque personne n’était absent de mon peloton pour cette raison lorsque la guerre a éclaté le 8 décembre. Les soldats ont profité de leur courte période de liberté à Hong Kong jusqu’au maximum – les femmes et l’alcool étaient facilement disponibles et ne coûtaient pas cher – et ils disposaient de beaucoup plus d’argent que les soldats anglais, qui étaient extrêmement jaloux d’eux. On me dit que certains des hommes avaient même loué des chambres en ville et y avaient installé des filles chinoises pour les y attendre chaque soir une fois le service régimentaire terminé.

Les officiers ont également apprécié leurs jours de liberté, malgré que je ne croie pas qu’aucun d’entre eux, y compris ceux qui étaient toujours garçons, aient d’installations semblables à celles des soldats. De mon côté, en tant que fumeur de cigare, j’ai été très agréablement surpris de découvrir qu’on pouvait acheter une boîte de 25 des meilleurs Manilles pour 5 $ HK (environ 1,25 $ CAD). Hong  Kong était bien sûr un port franc et bien d’autres choses étaient également bon marché. Malgré la guerre, il n’y avait apparemment aucune pénurie de bonnes marques d’alcool et de vin.

Les habitants de Hong Kong étaient extrêmement accueillants. Par exemple, dans mon propre cas, à deux reprises lorsqu’un autre officier canadien et moi-même étions à table le soir au Hong Kong Hotel (que les élites locales appelaient affectueusement « The Grips »), d’autres clients nous ont invités à nous attabler avec eux. En effet, ce n’était pas qu’un geste isolé, puisqu’ils le suivaient invariablement, quelques jours par la suite, d’invitations à des endroits tels que le Royal Hong Kong Yacht Club et le Club à Sheko. J’étais  officier d’ordinaire pour le bataillon à l’époque, ce qui m’excusait de tout autre service. Par conséquent, j’ai pu accepter la plupart de ces invitations paraprofessionnelles.

(Le poste « d’officier d’ordinaire » était un nouveau poste rendu nécessaire parce qu’il n’y avait pas de Corps de l'intendance de l'Armée canadienne à Hong Kong et donc, nous relevions de l’armée britannique pour nos rations. Sous ce système, on m’allouait un certain montant d’argent chaque mois pour acheter des rations à l’intention de notre régiment, soit de la RASC, soit de la NAAFI (l’équivalent d’une cantine canadienne). Je ne pouvais qu’acheter une quantité limitée de bœuf de la RASC. Donc, je devais me tourner vers la NAAFI pour d’autres viandes et ceci a presque occasionné une mêlée dans la salle à manger des soldats ! J’avais très peu d’expérience en poste et je suis à peu près sûr que je n’ai échappé à la cour martiale pour avoir complètement dépassé mon allocation monétaire de rations que parce que tous les documents reliés à l’approvisionnement ont soit été détruits, soit disparu suite aux bombardements et à la capitulation !)

Le temps était magnifique, et selon ce que j’ai vécu, il est toujours magnifique à ce moment de l’année à Hong Kong. Cependant, notre appréciation de ces jours heureux serait bientôt interrompue par la déclaration des hostilités. Les habitants avaient toutefois vécu tant de crises ou de rumeurs d’invasion imminente qu’ils étaient devenus très blasés et haussaient les épaules à de tels avertissements, les qualifiant d’affolement sans fondement. De mon côté, je n’avais pas été sur les lieux assez longtemps pour être blasé et un incident survenu tandis que je soupais au Hong Kong Hotel le soir du samedi 6 décembre m’a paru un bien mauvais présage. Vers 22 h, un porteur chinois s’est déplacé dans la salle à manger arborant une affiche qui disait : « les capitaines et les équipages de tous les vaisseaux britanniques et alliés dans le port doivent immédiatement se présenter à leurs navires. » Personne d’autre dans la salle à manger ne paraissait s’inquiéter du tout de cet avertissement, mais en vérité, 90 pour cent de tous les navires au port avaient quitté avant le lundi matin, lorsque la guerre a éclaté, et, apparemment, se sont rendus en toute sécurité en Australie*.

(*Lorsque nous sommes arrivés à North Point, emplacement de notre premier camp de prisonniers, nous avons appris que pas tous les navires alliés s’étaient échappés de Hong Kong avant la déclaration des hostilités. Ce camp était sur le bord de l’eau et deux navires de charge assez imposants avaient été torpillés tout près. Comme les Japonais étaient des experts de la récupération, nous avons très bientôt observé avec intérêt leurs aptitudes à remettre ces navires en était de flottaison.

Quant à moi, la déclaration des hostilités m’a pris quelque peu au dépourvu, et ce, malgré mon avertissement du samedi soir ou le fait que l’unité a été déplacée le jour suivant afin de prendre position sur l’Île de Hong Kong. À ce moment, le dimanche après-midi, je suis resté à Sham Shui Po à titre d’officier d’ordinaire comme membre de l’arrière-garde qui nettoyait le camp. Alors que je marchais librement de retour vers mes quartiers de la Jubilee Building vers 17 h, un officier britannique supérieur de très haut rang, dans une voiture avec chauffeur et drapeau du quartier général, m’a arrêté et m’a demandé si notre régiment avait déménagé. J’ai jugé que c’était là une question très stupide de la part de quelqu’un qui devait avoir de bien meilleures sources de renseignement qu’un simple lieutenant comme moi qui ne faisait que passer là. Donc, j’ai répondu tout simplement que je n’en avais aucune idée.

J’ai passé la nuit tranquille, sans me faire déranger sauf pour un coup violent très fort inexpliqué qui m’a réveillé vers 3 h. Le matin suivant, je croyais avoir entendu la sirène habituelle de 8 h de l’aéroport Kai Tak qui me donnait le signal quotidien pour me diriger vers la salle à manger pour le petit déjeuner. Cependant, tout comme j’y arrivais, j’ai rencontré l’aumônier et nous avons entendu passer un avion. L’aumônier a levé la tête et a dit « regardez, ils lâchent des dépliants », mais c’était plutôt des bombes qu’ils lâchaient; même s’il ne s’agissait que de bombes de 50 livres ! Le moment suivant, nous cherchions tous refuge n’importe où. C’est comme cela que j’ai découvert que la guerre avait éclaté…

En fait, elle avait été déclaré vers 3 h dans les Nouveaux Territoires mais je n’en ai été mis au courant qu’en me faisant bombarder à 8 h ! J’ai peut-être eu de la chance de me faire avertir si tard, puisque autrement, j’aurais pu me lever plus tôt et me trouver ailleurs au début du bombardement, tel que mon bureau d’approvisionnement, ou le mess des officiers en train de manger mon petit déjeuner : les deux endroits ont été frappés par les bombes. J’aurais pu aussi être au coin du Jubilee Building, où j’ai trouvé un Chinois mort. Le Jubilee Building a aussi été bombardé et je n’ai jamais revu mon Gong (ou ordonnance chinoise). Ce n’était certainement pas une sirène de 8 h que j’avais entendu de l’aéroport. Et je suppose que ce coup violent à 3 h avait comme objectif de m’avertir du début de la guerre !

Vers le milieu du lundi matin, l’arrière-garde de l’unité – exception faite du personnel du quartier-maître – a été transférée à l’Île de Hong Kong sur le traversier Star Ferry, qui repéra éventuellement le bon endroit pour débarquer après plusieurs faux arrêts. Au cours de la semaine suivante, j’ai continué à titre d’officier d’ordinaire et donc, j’ai eu l’occasion de bien connaître les emplacements des diverses sous-unités du régiment. Je n’ai pas vraiment été très utile pendant ce temps-là, puisque les maîtres timoniers des différents régiments étaient tout à fait capables de livrer les rations aux bons endroits sans aucune surveillance de ma part.

J’ai bientôt repris mon service auprès de la Compagnie « A » et je me suis retrouvé en poste à un endroit appelé « Windy Gap », sur une colline donnant sur un village nommé Sheko et qui contrôlait l’accès à D’Aguilar Point : là où on avait placé notre artillerie moyenne et lourde. Nos quartiers étaient dans un petit édifice en ciment construit à même le flanc de la colline et à côté d’une casemate dédiée à la défense de la vallée Sheko et de la route vers D’Aguilar. Un autre petit détachement de nos soldats était en poste au sommet d’une petite montagne entre Windy Gap et la forteresse.

Un jour, tandis que je surveillais mon peloton durant quelques exercices de formation près de la casemate, le commandant militaire de Hong Kong, le général Maltby, s’est approché. Il m’a demandé pourquoi nous n’occupions pas la casemate. Je lui ai simplement répondu que je n’aimais pas les défenses des casemates. Il m’a dit qu’il était d’accord avec moi et il est parti. Plusieurs de ces casemates faisaient partie de la défense de l’île et elles étaient très exposées aux attaques venant de l’air ou de l’artillerie; elles présentaient un danger extrême lorsque le terrain les entourant était perdu à l’ennemi !

Lorsque j’étais en poste à Windy Gap – et puisque j’étais avocat de profession – le quartier général m’a demandé de défendre un soldat canadien accusé d’être ASP (absent sans permission) alors qu’il était en congé à Victoria. Pendant que siégeait la cour martiale, dans une sorte d’abri antiaérien à moitié souterrain à côté des quartiers généraux de la forteresse (elle-même complètement souterraine), le terrain a été bombardé à plusieurs reprises; et la cour a passé une proportion considérable de son temps sous la table ! L’accusé a été condamné (car on a rejeté sa défense, selon laquelle il ne pouvait pas retrouver son chemin jusqu’à son unité à cause de l’obscurcissement) mais on l’a renvoyé à son unité plutôt que lui imposer sa peine immédiatement. Je n’ai jamais appris quelle était sa peine, ni lui d’ailleurs, puisque tout comme la documentation reliée à mon service d’officier responsable des rations, tous les documents de la cour martiale ont été perdus au moment de la capitulation de l’île.

Une fois la cour martiale terminée, j’ai eu l’occasion de me rendre à la succursale de la banque Hong Kong & Shanghai Bank, où j’avais un modeste compte, et j’ai retiré quelques centaines de dollars. Le caissier a suggéré que je sorte tout mon argent. J’ai décidé de ne pas le faire et il a été plus intelligent que moi, puisque le solde de mon compte est resté là encore quatre ans ! (À la fin de la guerre, je suis retourné chez moi et je me suis souvenu tout à coup de ce compte de banque et, même si je n’avais aucune documentation du solde ou du numéro de compte, j’ai écrit au HSBC. À ma grande surprise, et tout à l’honneur de la banque, en trois semaines j’ai reçu une lettre avec un chèque couvrant le montant de ma réclamation).

Rien d’autre de très important ne m’est arrivé avant l’atterrissage des Japonais sur l’île une semaine plus tard. Avant l’atterrissage, même à Windy Gap, nous n’avions presque rien vu pour indiquer la guerre, sauf de voir à l’occasion un avion au loin, qui pourrait être le nôtre, ou pas. On ne nous avait donné absolument aucun renseignement quant à comment se déroulait la guerre. (Même que pendant la semaine de ma participation active au combat avant la capitulation, je ne savais strictement rien du déroulement de la situation puisqu’on ne m’a donné aucun renseignement à ce sujet, seulement des ordres m’indiquant quoi faire et où me rendre).

Les Japonais sont atterris sur l’Île de Hong Kong la nuit du 18 au 19 décembre et se sont immédiatement rendus dans les montagnes, avançant rapidement vers le centre de l’île pour ensuite la diviser en deux à Wong Nai Chong Gap. Ils semblaient avoir de bonnes cartes et une bonne connaissance des divers sentiers montagneux, mais leurs routes principales ou préférées étaient le long des surfaces de prélèvement d’eau*.

*(L’Île de Hong Kong n’avait aucune rivière et dépendait entièrement de plusieurs grands réservoirs pour son approvisionnement en eau (dont un aussi loin que les Nouveaux Territoires). Ces réservoirs se remplissaient pendant la saison des pluies grâce à une série de canaux en ciment situés à travers l’île et montant jusqu’aux deux-tiers de la hauteur des montagnes. Ces « surfaces de prélèvement » étaient d’environ trois pieds de large et d’une profondeur équivalente. Pendant la saison sèche, ce qui était le cas à ce moment, on pouvait s’en servir pour marcher des distances considérables presque aussi rapidement que sur une route. Les Japonais ont su bien profiter de ce moyen de déplacement. Ils avaient également un grand avantage psychologique sur les défenseurs, qui se battaient constamment contre un ennemi ayant l’avantage du terrain surélevé.)

Je ne crois pas qu’on ait utilisé de chars d’assaut pendant la bataille; les Japonais n’en avaient pas besoin  tandis que nous n’en avions pas et, de toute façon, le caractère montagneux du terrain ne convenait pas du tout à ce genre de combat. Le matin du 19 (le jour après le débarquement), la Compagnie « A » est déménagée de Windy Gap pour aller à Tai Tam Tuk (un réservoir) à l’ouest. Cependant, nous ne nous sommes pas battus ce jour-là et avons passé toute la nuit dans la pluie, sur le bord de la route sur la colline Stone Hill. Le jour suivant, nous nous sommes dirigés vers Repulse Bay et au moment où nous apercevions pour la première fois le Repulse Bay Hotel, nous avons également vu un grand nombre de soldats japonais en marche le long de la surface de prélèvement d’eau derrière l’hôtel. En effet, un commando japonais avait déjà réussi à entrer dans le garage de l’hôtel : et on a dû envoyer à la hâte une pièce d’artillerie de campagne pour l’en déloger.

Nous nous sommes ensuite dirigés vers l’hôtel, où habitaient un grand nombre de femmes et d’enfants (surtout européens) qui s’y étaient réfugiés du combat. Le Repulse Bay Hotel était un grand hôtel de luxe d’une réputation considérable*; il serait désormais placé dans une situation difficile vis-à-vis les Japonais puisque, malgré la présence de nombreux civils, il servirait de quartier général à nos forces armées, y compris la Compagnie « A », pendant les quelques prochains jours. C’est à l’honneur des Japonais qu’ils n’ont pas profité de notre présence là-bas comme excuse pour bombarder l’hôtel; bien qu’une justification plus cynique pour expliquer qu’ils y ont renoncé à ce moment serait leur réticence à endommager un grand édifice d’une certaine importance qu’ils étaient à peu près sûrs de capturer intact éventuellement.

*(Il est triste de noter aujourd’hui  – en 1983 – que le Repulse Bay Hotel, déjà un magnifique édifice bas entouré de jardins spacieux et élégants, vient tout juste d’être rasé et doit être remplacé par des appartements en copropriété. Note de la rédaction : En fait, les résidents de Hong Kong et d’autres personnes s’y sont si férocement opposés qu’on a bâti une réplique de l’hôtel quelques années plus tard et les appartements en copropriété prévus n’ont jamais vu le jour.)

Cet après-midi-là, nous sommes allés patrouiller à l’ouest de l’hôtel mais n’avons participé à aucun combat, même si nous avons dû nous mettre à l’abri pendant quelque temps lorsque nous nous sommes retrouvés presque entre deux groupes de Japonais sur le flanc d’une montagne. Nous avons passé une nuit tranquille à l’hôtel et l’après-midi suivant, mon peloton no 8 et le peloton no 9 ont reçu l’ordre d’avancer sur la route jusqu’au poste de police de Wong Nai Chong Gap, où les Japonais tentaient de couper la route. Nous avons obéi, et avons vu plusieurs indications du passage des Japonais, mais pas de Japonais en tant que tels. Éventuellement, nous avons atteint un grand édifice en ciment appelé « The Ridge » (la crête), à environ un demi-mille de là (et qui servait de quartier général du Royal Ordinance Corps). Nous y avons trouvé un groupe d’officiers assez ébranlés de différents services de l’armée impériale (et je crois aussi de la marine), y compris des signaleurs et des membres du personnel de l’Intendance militaire, qui avait été attaqués et bombardés par obus à plusieurs reprises au courant des quelques 12 heures antérieures.

Il était presque nuit lorsque j’ai reçu un appel téléphonique direct de la part du brigadier à la tête de la Brigade de l’ouest. (À Hong Kong, les lignes téléphoniques étaient toutes sous terre, mais certaines, y compris celle que j’utilisais, fonctionnaient toujours). Puisqu’on s’inquiétait d’écoute clandestine, le brigadier et moi nous sommes parlés en français : un très mauvais français que même un Français n’aurait pas compris ! De toute façon, nous discutions du fait que pour alléger la pression sur la défense de la route Wong Nai Chong, nos deux pelotons devraient tenter de couper la surface de prélèvement d’eau le long de Middle Spur (à l’arrière du Repulse Bay Hotel) que les Japonais utilisaient comme route principale pour amener des renforts à leurs troupes dans la région. Puisqu’il faisait noir, nous avons décidé d’évacuer le personnel superflu de l’édifice « The Ridge » et les ajouter à notre groupe tandis que nous partions vers la surface de prélèvement.

Rien ne nous est arrivé jusqu’à ce que notre colonne, marchant vers le sud le long de la route W.N.C., ne se fasse embusquer près d’une maison appelée « Overbays », à la croisée de la route menant de Deep Water Bay à Repulse Bay. Plusieurs de nos soldats ont été blessés et malheureusement, nos deux pelotons ont été séparés. Donc, j’ai décidé de me mettre à l’abri à « Overbays », en compagnie de mon peloton et de la plupart des évacués de l’édifice « The Ridge ». Vu les effectifs réduits de notre force de combat, il paraissait peu probable à ce moment-là que je puisse exécuter les ordres que j’avais de couper l’accès à la surface de prélèvement d’eau. Cette décision s’est avérée la bonne, puisque tôt le matin suivant lors d’une reconnaissance, j’ai vu une centaine de Japonais marcher le long de la route W.N.C. et monter la colline vers la surface de prélèvement de Middle Spur.

C’était le 21 décembre et avons passé un jour inconfortable à « Overbays » à subir des tirs d’embuscade. La nuit tombée, nous avons été évacués vers le Repulse Bay Hotel car il avait été décidé que tout le personnel militaire de la région, et plus précisément dans l’hôtel, devait être transféré ce soir-là en direction est, vers le fort Stanley. Cet ordre a été exécuté mais sans beaucoup de succès, puisque plusieurs Canadiens qui n’étaient pas tout près de l’hôtel ne s’y sont pas rendus – et ont été faits prisonniers et exécutés plus tard par leurs geôliers.  Notre progression du 20 de Repulse Bay à l’édifice « The Ridge » doit avoir été, je crois, le plus loin que toute troupe de la Brigade de l’est ait pu se rendre vers le territoire de la Brigade de l’ouest après l’avance japonaise à la route W.N.C. : à partir de ce moment, ce n’était plus qu’une question de reculer un peu plus chaque jour.

Le 22 décembre, nous avons passé la journée à patrouiller la route entre Stanley View et Stanley Mound, et le 23, nous nous sommes retrouvés dans des tranchées derrière le village Stanley. L’eau se faisait rare et nous étions heureux de l’occasion de faire remplir nos bouteilles  par un vendeur d’eau qui promenait sa charrette dans les environs. Peu après la tombée de la nuit, le soir du 24, nous avons reculé jusqu’au fort Stanley où nous avons passé les 18 heures suivantes à nous reposer et nous regrouper.

Le jour de Noël, à 17 h, nous avons reçu l’ordre de prendre position sur le flanc de la montagne qui donnait sur le village Stanley et y faisait face. Le village était passé aux mains japonaises ce matin-là après un combat acharné – et pendant lequel certaines des autres compagnies R.K.C. ont joué un rôle primordial. Tandis que nous marchions au pas le long de la route vers nos nouvelles positions, nous avons subi une volée de tirs d’obus et plusieurs de mes soldats ont été blessés ou tués, le reste s’étant éparpillé. De mon côté, j’ai été légèrement blessé à l’épaule mais j’ai réussi à monter sans difficulté la colline où se situaient nos nouvelles positions; cependant, lorsque j’y suis arrivé, je n’avais que deux hommes pour m’accompagner plutôt que les 25 auxquels je m’étais attendu. Donc, j’ai tenté de persuader le détachement des Hong Kong Volunteers (dont nous devions prendre la relève) de rester sur la ligne jusqu’à ce que je puisse obtenir des renforts. Cependant, ils ont refusé, et sont partis, me laissant ainsi tenir une centaine de verges de ligne de front avec deux seuls hommes ! Je ne me rendais pas compte à ce moment-là que ceci avait été la dernière ligne de défense de Hong Kong. Si l’ennemi avait attaqué, cela aurait sans doute été ma dernière nuit sur Terre…

Ce n’est que plus tard que nous avons découvert que Hong Kong s’était rendue à 15 h cet après-midi-là. À cause d’une panne de communications, on ne pouvait en aviser le fort Stanley officiellement avant d’y envoyer une automobile portant deux officiers à partir du quartier général de Victoria. Lorsque cette automobile s’est enfin rendue au village Stanley, vers 21 h, il faisait évidemment noir. Je me souviens l’avoir vue avec ses phares allumés en bas, dans le village, se frayant lentement un chemin vers la colline jusqu’au fort. J’entendais également des cris et des tirs du village, donc je savais qu’il se passait quelque chose d’important. Peu après, un coureur m’a été envoyé pour m’aviser que la guerre était terminée pour nous et que je devais retourner au fort. J’étais exténué mentalement, puisque je n’avais presque pas dormi depuis une semaine, et ma première réaction a été de me sentir très soulagé qu’à présent je pourrais au moins bien dormir.

Pendant les trois ou quatre jours suivants, les Japonais nous ont laissés seuls au fort Stanley, quoique sans doute les lignes téléphoniques aient été très occupées entre les autorités japonaises et notre quartier général de brigade. Les seules instructions dont je me souviens étaient d’amasser toutes les armes et de les empiler. Ces quelques jours que nous avons passés seuls entre nous ont été tranquilles, mais nous ont donné le temps de nous demander ce que l’avenir nous réservait. Nous avons également eu le temps de nous renseigner sur nos camarades, la plupart desquels nous n’avions pas vu depuis plusieurs semaines. Pendant la semaine de combat, lorsque nous étions tous assez exténués et préoccupés, nous éprouvions des difficultés à bien saisir le peu de nouvelles que nous entendions, même lorsqu’il s’agissait de la mort d’un officier qui était un ami intime. Là que le combat était fini et que nous nous étions reposés, les mauvaises nouvelles sur nos compagnons nous ont frappés de plein fouet et c’était très déprimant.

Cette existence paisible ne pouvait durer indéfiniment. Nous n’avons pas été surpris d’apprendre que nous devions nous mettre en rang le matin suivant à 9 h, portant ce que nous pouvions de nos biens, pour un déménagement dont la destination n’a pas été révélée. Donc, à l’heure indiquée, nous avons formé les rangs. Un escadron d’environ 50 soldats japonais et quelques officiers est arrivé, et environ une heure plus tard, nous sommes partis au pas en colonne. Je ne me souviens pas beaucoup de cette marche, qui était de dix ou onze milles, bien que j’aie été en bonne forme physique et que je l’aie trouvée facile. Je me souviens, cependant, que chaque fois que nous traversions un district habité, des Chinois de tout âge se tenaient invariablement des deux côtés de la route et chacun d’entre eux flottait de tous petits drapeaux japonais. Ce tableau avait évidemment été orchestré par les Japonais et n’indiquait aucunement de grand enthousiasme de la part des participants, puisque les foules restaient bien tranquilles et sans expression. Éventuellement, nous sommes arrivés à destination et à notre nouvelle demeure vers 16 h : un ancien camp de réfugiés (de la région de Canton) à North Point. Le camp était extrêmement sale et en un état de délabrement total, ayant été pillé ainsi que bombardé par obus pendant la bataille récente.

Les deux premières semaines, il y a eu pénurie d’eau et les seules latrines disponibles étaient par-dessus la digue, dans la mer, qui servait de frontière à un côté du camp. Il y avait là des mouches par millions qui se multipliaient et se gavaient sur les cadavres à découvert, nombreux autour du camp, et sur les cadavres ou parties du corps qui, à l’occasion, flottaient sur la mer. Les prisonniers de cet endroit étaient surtout des Royal Rifles, du personnel de la marine (dont le quartier général était l’arsenal maritime à Victoria, tout près) et un assortiment d’autres soldats d’unités ou de détachements qui s’étaient retrouvés sur le côté est de l’île au moment de la capitulation. Il s’y trouvait aussi l’équipage d’un sous-marin néerlandais qui avait été capturé à quelque part dans les Indes orientales. C’étaient là des hommes remarquables, car à peine une semaine après leur arrivée au camp, ils ont publié un journal en anglais et en quelques jours, les officiers, sauf pour le lieutenant subalterne, s’étaient tous échappés en passant par la digue.

Ces Hollandais ont aussi fait fonctionner, deux ou trois ans plus tard, une radio clandestine dans le camp lorsque c’était devenu chose très dangereuse.  Les Japonais ne faisaient pas la différence entre les émetteurs et les récepteurs et maltraitaient avec une égale brutalité quiconque ils découvraient en train d’utiliser l’un ou l’autre. De toute façon, les Hollandais avaient un opérateur radio parmi eux qui a fait marcher une radio pendant quelque temps après notre déménagement de North Point au camp sur le continent à Sham Shui Po. Les nouvelles qu’ils ont reçues ont été circulées de façon très restreinte, pour des raisons évidentes, mais j’avais la chance d’être partenaire d’échecs d’un membre de l’équipage hollandais et il me passait les actualités lors de nos parties. L’officier subalterne (que les officiers supérieurs avaient laissé derrière eux en s’échappant) inspirait de la méfiance chez les opérateurs de radio, pour une raison ou une autre, et ces derniers ne lui donnaient pas de nouvelles. Ceci a causé une certaine friction entre le jeune officier hollandais et moi-même, puisqu’il sentait que je recevais ces nouvelles.

Éventuellement, les Japonais ont découvert la radio et ils ont sauté au plafond. Le camp tout entier a été appelé immédiatement à défiler. Les Hollandais, qui occupaient une hutte adjacente à celle qu’on utilisait pour la messe, avaient eu l’idée géniale de cacher la radio sous une table qui servait d’autel. Je peux vous dire que les aumôniers avaient l’air anxieux au moment du défilé, jusqu’à ce que ça devienne évident que les Hollandais étaient responsables. Je ne sais pas lesquels d’entre ces derniers on a punis et cela aurait été très injuste si l’officier subalterne l’avait été. Cependant, ceux qui ont été punis ont eu bien de la chance, puisque le commandant du camp Japonais, le sergent major Honda (dont je parlerai plus tard), a traité la situation de question interne et a administré lui-même la punition, probablement en flanquant des coups de pieds et des volées aux coupables. Cela aurait été bien différent si l’affaire avait été rapportée à la Gendarmerie japonaise, qui aurait très certainement traduit les accusés en justice, de façon à ce qu’on ne les revoit plus.

Toute la question des nouvelles que nous avons reçues alors que nous étions prisonniers est intéressante. Après la découverte de la radio sous l’autel, il n’y a pas eu de radio dans le camp avant la fin de la guerre. Pendant nos neuf premiers mois à North Point, nous n’avions pas de radio. Les seules nouvelles que nous recevions venaient soit des sentinelles, dont certaines nous passaient de la nourriture et des cigarettes en échange de montres, bagues, plombages en or ou autres articles de valeur, soit d’autres prisonniers qu’on avait transférés au camp à partir du Bowen Road Hospital ou de Sham Shui Po. Les nouvelles que nous obtenions de cette façon étaient, vu la source, très incomplètes et insatisfaisantes.

Après notre transfert au camp de Sham Shui Po (je crois que c’était en septembre 1942), nous disposions de deux autres sources principales de renseignements mis à part une radio qui fonctionnait de façon intermittente : i) un nombre considérable de soldats de la Hong Kong Volunteer Defence Corps étaient en fait citoyens de pays autres que la Grande-Bretagne et ses alliés, et avaient des épouses ou des proches qui n’étaient pas internés et à qui on permettait, une fois par semaine, d’apporter des paquets contenant de la nourriture ou des articles personnels à l’entrée du camp pour livraison au prisonnier désigné; et ii) de temps en temps, et parfois chaque jour pendant une période de temps prolongée, les Japonais permettaient la livraison au camp de quelques copies du journal local de langue anglaise. (Ce service était souvent interrompu comme punition du camp en entier, comme par exemple suite à l’évasion d’un PG néo-zélandais en 1944 ou 1945.) Ce journal n’était pas tant censuré qu’il était rédigé et révisé par des gens qui épousaient entièrement la propagande japonaise.

Heureusement, il était facile de tout deviner : donc, lorsque les Américains jouaient à saute-mouton par-dessus les îles du Pacifique vers le Japon en 1944, on pouvait lire qu’il y avait eu un accrochage naval au point « x » où les Américains avaient perdu sept porte-avions et quelques semaines plus tard, on lisait qu’il y avait eu un autre accrochage naval au point « y » où ils avaient perdu encore six ou sept porte-avions, et ainsi de suite jusqu’à « z » quelques semaines plus tard. Cependant, à lire la carte, on voyait bien que « y » était de 1 000 milles plus près du Japon que « x » et « z », d’encore 1 000 milles plus près que « y ». De la même façon, sur le front russe, les Russes essuyaient des pertes énormes chaque jour (surtout en chars d’assaut), mais en consultant la carte, on pouvait constater que ces pertes survenaient toujours plus près de l’Allemagne que la dernière fois.

Nous n’avions ni journal ni radio lorsque la bombe atomique a été lâchée sur le Japon. Cependant, il y avait de bonnes nouvelles dans l’air à ce moment, renforcées par des détails tels que le colonel Toganawa (l’officier japonais responsable de tous les prisonniers à Hong Kong) envoyant un lot de papier de toilette de haute qualité; et la vue de gardes en train de défiler afin d’écouter une transmission de la part de l’Empereur; puis, éventuellement, la disparition soudaine du camp de ces mêmes gardes (qui étaient du Taïwan).

Il y a eu un changement majeur au niveau du personnel à North Point plus tard au cours de l’hiver 1942, lorsque les Winnipeg Grenadiers et les autres prisonniers canadiens à Sham Shui Po ont été transférés là en échange de personnel naval et assorti du contingent impérial. (C’était à ce moment aussi, je crois, qu’on a installé un camp pour les officiers sur la rue Argyll du côté de Kowloon. Presque tous les officiers y ont été transférés sauf les Canadiens, qui sont restés auprès de leurs soldats jusqu’à la fin de 1943 (?), après quoi les officiers supérieurs ont été transférés à la rue Argyll. Cependant, la grande majorité des officiers et des soldats des régiments indiens Rajput et punjabi avaient été placés dans un camp séparé dès le début et ont beaucoup souffert, surtout ceux qui ont refusé de renoncer à leur allégeance à la couronne britannique et s’engager dans l’armée indienne soi-disant indépendante créée par les Japonais.

Du moment que les Grenadiers nous ont rejoint à North Point, nous sommes restés un camp de PG pan-canadien jusqu’au déménagement à Sham Shui Po à l’automne, lorsqu’on a fermé North Point. Je crois qu’on nous a fait de la place à Sham Shui Po grâce au départ pour le Japon du premier détachement de prisonniers, tiré entièrement de l’armée impériale. Lorsque nous sommes arrivés là, nous nous sommes retrouvés exactement au même lieu et dans les mêmes édifices que lorsque nous sommes arrivés à Hong Kong pour la première fois. Cependant, l’aire qu’occupait le camp a diminué par la suite à plusieurs reprises, à mesure que d’autres détachements de PG partaient pour le Japon.

Le premier édifice à être fermé dans le camp à cause de cette réduction des effectifs était le Jubilee Building (où j’avais été logé au départ avec mon ordonnance chinoise) et après cela, plusieurs autres endroits et huttes ont graduellement été fermés et mis derrière les barbelés. Éventuellement, après le départ du dernier détachement pour le Japon, il ne restait plus personne à Sham Shui Po sauf les hommes les plus malades, quelques travailleurs de la santé et des officiers subalternes (y compris les canadiens). Le camp a ensuite été divisé en deux, ces hommes occupant une moitié et les officiers qui étaient venus de la rue Argyll occupant l’autre moitié, avec bien des barbelés entre les deux.

Suite à notre emprisonnement, la question de la nourriture était ce qui nous préoccupait tous le plus. Nous n’avons eu aucun problème pendant les quelques premières semaines à North Point, puisque nous avons eu la chance d’avoir parmi nous comme prisonnier le commandant divisionnaire de l’intendance militaire britannique (Royal Army Service Corps) – et cet officier savait exactement où se trouvaient tous les dépôts temporaires de rations auxiliaires sur l’île. Par conséquent, ce colonel a pu diriger un parti de recherche de rations à bord d’un camion blindé jusqu’à ces dépôts temporaires de rations et ramener au camp des tonnes de nourriture en boîte et sèche, telle que des saucisses en boîte et du gruau, bien assorti à un régime alimentaire européen. Cette utopie alimentaire a bientôt pris fin et on nous a informés que non seulement nous mangerions des rations fournies par l’armée japonaise à l’avenir, mais qu’on enlèverait du camp tout le surplus de nourriture accumulé pendant les quelques semaines antérieures.

À partir de ce point-là, jusqu’à notre libération, notre ration quotidienne serait de trois repas par jour de riz, le repas du soir garni de quelque légume tel que les patates, avec ici et là une minuscule portion de poisson séché (habituellement avarié), le tout avalé avec des tasses de thé tiède, laquelle boisson nous avions toujours en quantité superflue. Il y avait aussi une petite ration de sucre pour consommation particulière et de l’huile d’arachide pour la cuisson. Au début, les cuisiniers canadiens ne savaient pas cuire le riz et nous ont servi nos rations trempes et gluantes. Éventuellement, cependant, les cuisiniers hollandais – qui avaient été en poste en Indonésie – sont venus à notre rescousse et ont montré à nos cuisiniers comment préparer du riz ouateux plutôt que détrempé !

Nous avons eu quelques variations hors de l’ordinaire dans nos repas quotidiens. Il y avait à côté de Sham Shui Po une petite porcherie qu’on utilisait pour impressionner les responsables de la Croix-Rouge en visite, leur disant qu’elle servait à nourrir les prisonniers alors qu’elle servait plutôt au plaisir des officiers japonais. À peut-être deux reprises et pas plus, on a tué un petit porc et sa carcasse a été ajoutée à notre ration de riz du soir; vous pouvez bien vous imaginer combien de ce porc chacun des 2 000 à 3 000 prisonniers aurait reçu. Lors d’une autre occasion bizarre, on nous a servis une petite portion de faisan avec notre riz du soir. Ce n’était pas signe d’une amélioration de notre ration quotidienne. C’est qu’on avait dû cesser d’exploiter une des installations de conservation frigorifique à Victoria à cause d’une pénurie de charbon; donc, il a fallu se débarrasser de toutes les carcasses congelées qui s’y trouvaient, y compris le faisan.

Le changement d’un régime alimentaire européen à un régime oriental aurait des effets à court terme ainsi qu’à long terme sur notre santé. Dans mon cas, j’ai développé une gastrite en six mois, que j’ai endurée en silence sans chercher d’aide du médecin militaire. Elle s’est réglée en quelques mois. Cependant, environ un an après le changement de régime alimentaire, nous avons tous commencé à ressentir les effets à plus long terme d’un régime alimentaire inusité de presque rien sauf le riz poli. Nous avons eu des problèmes aux yeux et aux nerfs des jambes, lesquels symptômes ont été diagnostiqués par nos médecins militaires comme étant le béribéri ou la pellagre, causés par le manque de vitamines. Le béribéri était soit œdémateux, soit sec; la version œdémateuse faisait enfler gravement les chevilles et le visage, mais on pouvait la traiter rapidement et facilement à l’aide d’injections de thiamine ou de vitamine B1. La version sèche, cependant, était beaucoup plus grave et douloureuse; et pour ceux d’entre nous qui en avons souffert (à peu près tous), elle n’a jamais vraiment guéri, quoiqu’avec le temps, la névrite douloureuse que nous avions aux pieds s’est éventuellement transformée en engourdissement. En ce qui concerne les yeux, j’ai constaté qu’après un an et demi de captivité, j’étais presque aveugle. (Par exemple, si j’observais une partie de boules sur pelouse, je ne voyais pas les boules à l’autre bout. Je ne voyais qu’une tache floue.) J’ai eu de la chance, cependant, puisque grâce à un traitement adéquat administré tout juste à temps, j’ai retrouvé ma vue et celle-ci est à peu près normale pour quelqu’un de mon âge.

Cependant, plusieurs autres prisonniers n’ont pas eu la même chance que moi et ont subi un handicap visuel permanent ou chronique. Les symptômes de la pellagre étaient principalement d’avoir mal à la langue et de se sentir engourdi, parfois sur le sommet de la tête. Cependant, cette maladie n’était pas aussi répandue à Hong Kong et on pouvait la traiter de façon satisfaisante avec la vitamine B. L’avitaminose n’a pas tué de PG et il est peu probable qu’aucun d’entre eux n’en soit mort. Cependant, elle a mené à énormément d’inconfort et de souffrance dans le camp de prison et il est probable que 90 pour cent de tous les ex-PG de Hong Kong toujours en vie souffrent toujours des séquelles de la maladie, telles que la vision floue et surtout les problèmes au niveau des jambes (par ex., l’engourdissement des pieds et ailleurs dans les jambes; et des réflexes faibles ou absents au niveau des chevilles).

Malgré tout, l’avitaminose a certainement contribué sensiblement à notre affaiblissement tandis que nous luttions contre les autres maladies qui s’abattaient sur le camp à l’occasion, telles que la diphtérie, la dysenterie et la malaria; et elle nous aurait sans doute tués à son apogée environ 14 mois plus tard si nos geôliers n’avaient pas reçu, et ne nous avaient pas distribué, un approvisionnement majeur en vrac de vitamines à Hong Kong (surtout B et C). Avant ceci, les Japonais n’avaient soit pas voulu, soit pas pu nous fournir de vitamines.

Après l’arrivée des approvisionnements médicaux en vrac, je devais recevoir des injections de thiamine ou de vitamine B1 chaque deux jours tant que je resterais PG (et depuis mon retour au Canada, j’en prends une dose quotidienne, probablement tout comme la plupart des autres PG des Japonais). Au début, après notre retour au pays, les médecins avaient tendance à traiter presque tout signalement de maladie comme étant surtout psychiatrique; mais cette attitude a changé graduellement, puisque les progrès de la médecine ont démontré les séquelles de l’avitaminose.

Au moment de l’épidémie de diphtérie (je crois que c’était l’hiver 1942), apparemment transmise par des équipes de travail composées de nos soldats revenant au camp de l’aéroport Kai Tak, les Japonais ne nous ont fourni aucune antitoxine; cela, même si un montant très insuffisant avait été obtenu sous la table. La diphtérie a causé un grand nombre de morts. Je me souviens très bien avoir observé, au cours de plusieurs semaines, les cortèges funèbres passer chaque jour, portant parfois jusqu’à cinq cercueils. Nos soldats des Îles-de-la-Madeleine, où la population n’avait jamais été exposée à la diphtérie, mourraient comme des mouches. Aucun d’entre nous n’était inoculé contre la maladie et ceux qui ont eu la chance de se faire inoculer après être tombés malades n’ont reçu qu’un dixième de la dose prescrite.

Le personnel médical japonais – qui, sans doute, s’est fait engueuler comme du poisson pourri par ses propres officiers supérieurs – avait tendance à blâmer le nombre excessif de morts de PG sur notre personnel médical, surtout sur les préposés aux malades. Je me souviens très nettement avoir vu un jour les préposés aux malades défiler devant le médecin militaire japonais, le lt Saito. Après une brève harangue, ce dernier leur a dit, « tous ceux qui croient qu’ils font bien leur travail, avancez » (ou quelque chose du genre). Lorsque tout le monde s’est avancé, il les a harangués encore plus violemment pendant quelques minutes et a répété l’invitation d’avancer. Cette fois, cependant, évidemment intimidés, les préposés aux malades sont restés en place sauf cinq qui se sont avancés. Un Saito enragé a ensuite dégainé son épée et a encore invité les cinq à s’avancer. Un d’eux, un dénommé Caporal Varley, l’a fait : et je croyais vraiment qu’il allait se faire tuer. Cependant, Saito s’est éventuellement calmé et je ne crois pas que les préposés aux malades aient subi davantage d’agression.

De leur côté, les membres  du personnel médical japonais n’ont démontré aucun intérêt vis-à-vis notre condition en aucun temps, et même en sélectionnant les hommes pour le détachement de travail au Japon, l’examen médical de ces derniers paraissait consister simplement de leur relever les paupières et de déclarer inadmissible seul quiconque faisait peut-être de l’anémie. Cela n’avait aucune importance s’ils ressemblaient à des squelettes, on les déclarait aptes au détachement s’ils ne faisaient pas d’anémie !

À une autre occasion, les Japonais ont fait défiler le camp en entier et ont inoculé tout le monde contre la dysenterie, ce qui n’a pas paru diminuer le nombre de cas de la maladie. Même que nos médecins militaires étaient assez convaincus que cette inoculation n’existait pas. Après la diphtérie, la dysenterie en a tué plusieurs, soit en version bacillaire, soit en version amibienne moins répandue mais plus mortelle; et la mort qui s’en ensuivait était souvent le résultat d’un corps affaibli par la malnutrition.

Une autre maladie qui a mené à quelques décès était la malaria, même si la troisième année d’emprisonnement, pas mal tout le monde avait acquis de la tulle de moustiquaire d’une façon ou d’une autre. Cependant, il y avait du pour et du contre avec les moustiquaires, puisque même s’ils nous protégeaient jusqu’à un certain point des moustiques, ils encourageaient également la prolifération des punaises (une des épreuves les plus constantes et les plus difficiles que nous avons dû endurer).

Au camp North Point, je ne me souviens pas avoir entendu parler des punaises. (Il y avait là, cependant, plusieurs cas de poux, probablement dus à la pénurie d’eau et de savon pour laver les vêtements, puisque ce n’est pas la saleté du corps qui attire ou permet la multiplication des poux, mais plutôt la saleté à long terme des vêtements.) Cependant, à Sham Shui Po, c’était une autre histoire. Lorsque nous sommes arrivés là, la plupart des officiers ont pu se trouver un lit d’une sorte ou l’autre. Toutefois, les soldats avaient peu de lits dans leurs huttes et la plupart devait coucher à même le plancher de ciment. Il a fallu des plaintes continues auprès des autorités japonaises avant qu’on ne fournisse aux hommes du bois pour la construction de plateformes qui leur serviraient à dormir dans leurs huttes.

Malheureusement, peu après, les punaises se sont abattues sur les huttes, se cachant avec succès pendant le jour dans les fentes du bois et les coutures des moustiquaires, se déployant au complet une fois que nous nous étions couchés pour nous infester et nous mordre la peau nue. Au contraire des poux, qui préfèrent le temps plus frais, les punaises nous attaquaient plus férocement plus il faisait chaud. Puis, plus les créatures étaient jeunes, plus elles redoublaient d’ardeur. Elles puaient aussi (un peu comme un bleuet du Lac St-Jean avec un insecte du coin logé dedans). On aurait dit qu’il n’y avait aucun moyen de se débarrasser de ces monstres jusqu’à ce qu’on découvre qu’en plaçant un sentier de sucre menant aux poteaux de lit, on pouvait attirer des fourmis rouges de leurs nids jusqu’aux lits. Ces dernières pénétraient ensuite chaque petite fente, retournaient les punaises beaucoup plus larges qu’elles sur le dos, leur coupaient les jambes et les emportaient à leur garde-manger; et les œufs de punaise, qui leur paraissaient un mets délicat spécial, disparaissaient à leur tour ! Ce n’était pas une solution permanente, puisque les punaises sont revenues éventuellement, mais au moins nous avons eu quelques mois de répit…

En ce qui concerne les punaises, cela a pris presque autant de temps d’obtenir la permission des Japonais d’enlever les plateformes de bois dans les huttes des soldats que d’obtenir le bois pour leur construction. Les lits des officiers étaient aussi surtout de bois et envahis par les punaises; ces créatures se sont mêmes cachées dans les quelques lits de fer existants ! Elles étaient vraiment tenaces, ces punaises, et j’en ai même trouvé dans mon lit à la maison deux ans après la guerre. Peu avant leur découverte, j’avais été dans ma chambre à coucher en train d’examiner des documents et des vêtements que j’avais ramenés de Hong Kong; et sans doute, elles s’y étaient cachées, endormies, tout ce temps-là.

Les membres du personnel médical canadien ont été de vrais héros et ont passé des journées de plus en plus longues aux revues de malades et à soigner leurs patients tandis que les prisonniers du camp devenaient de plus en plus malades. Malheureusement, il y avait peu de médicaments ou d’instruments qu’ils pouvaient utiliser pour les guérir. (Cependant, pour illustrer leur niveau d’aptitude, ils ont déjà effectué une appendicectomie pendant un black-out à l’aide de couteaux-stylos comme instruments et de lampes de poche comme éclairage). Leur tâche est devenue beaucoup plus facile suite à la livraison de fournitures médicales en vrac de la Croix-Rouge en 1943, et lorsque le nombre de prisonniers avait diminué dans le camp dû au départ de la majorité des hommes en détachements successifs au Japon.

Les deux officiers dentaires canadiens avaient eu la chance de récupérer la plupart de leur équipement et au début, nous avions de bons services dentaires une fois l’électricité en marche, jusqu’à ce que le matériel commence à manquer pour les plombages et les analgésiques. Ce qui n’a pas aidé cette pénurie de provisions, c’est le fait que les dentistes étaient très populaires auprès des gardes japonais, qui, apparemment, n’avaient pas leur propre service dentaire et se faisaient remplir les dents d’or, pour que le métal soit en sécurité jusqu’à ce qu’ils retournent au pays. L’origine de l’or est en partie un mystère, mais je sais qu’un peu de cet or est venu de deux plombages de dents de sagesse que j’avais échangés pour de la nourriture. Les gardes aimaient bien faire du commerce avec nous. Ils se faisaient payer très peu et cherchaient constamment à troquer avec les prisonniers. En général, ils négociaient en toute honnêteté et ce n’était que très rarement qu’un garde à qui un prisonnier avait donné quelque chose à vendre disparaissait tout simplement sans qu’on le revoie.

Quiconque a lu le livre « King Rat », qui décrit un camp de PG en Malaisie, comprendra l’importance du rôle des prisonniers qui troquaient avec les gardes. Bien qu’il est vrai que personne dans les camps de PG à Hong Kong ne pouvait rivaliser de pouvoir avec « King Rat », plusieurs des troqueurs se sont très bien tirés d’affaires, habituellement de façon tout à fait légitime, en prélevant une commission sur chaque transaction. On pourrait bien se demander ce que les PG avaient à échanger après un an de captivité, mais c’était surprenant de voir ce qui traversait toujours la clôture après trois ans de prison : des montres, des bagues, des boutons de manchettes, des étuis à cigarettes et des plombages en or. Dans mon cas, j’avais pu préserver mon uniforme d’officier en serge, je ne sais comment, et il s’est retrouvé en vente en août 1945 alors que la guerre tirait à sa fin. Cependant, on ne l’a pas vendu, et j’ai surpris tout le monde en le portant de retour au pays lorsque tous les autres devaient porter des uniformes fabriqués de toute pièce (que les Américains leur avaient donnés soit à Manille, soit au Japon, dans la plupart des cas). Cependant, le troc avec les gardes n’était pas sans danger – tant pour les gardes, ou même plus, que pour les prisonniers – puisque la gendarmerie japonaise était toujours aux aguets pour ces activités clandestines. Par exemple, une fois, plusieurs pourpoints (qui ressemblaient à des tabliers, avaient des qualités isolantes et qu’on portait par-dessus la tunique) ont été volés du corps d’intendance de l’armée et découverts entre les mains de deux gardes. Résultat : le camp en entier a dû défiler et les deux coupables japonais ont été obligés de passer devant tous les PG pour tenter d’identifier qui les leur avaient vendus. Je peux vous dire que, même si je n’étais pas coupable, c’était très désagréable de voir ces deux bonhommes sournois me regarder droit dans les yeux tandis qu’ils me dépassaient. Vous connaissez le dicton selon lequel tous les Orientaux sont pareils aux yeux d’un homme blanc; et bien, ça m’est venu à l’esprit, à ce moment-là, que peut-être tous les hommes blancs étaient pareils aux yeux d’un Oriental, et que donc, ces deux mécréants pourraient tout aussi bien m’impliquer que n’importe qui d’autre.

En ce qui concerne la poste, on nous a permis, après environ six mois, d’écrire une lettre de 25 mots environ une fois par mois. Ces lettres ne sont pas arrivées à destination avant au moins un an, si jamais. En quittant le Canada, j’avais laissé un code montrant la plupart des endroits où nous risquerions être envoyés (y compris Hong Kong). Cependant, puisque le sac à dos qui contenait ma copie du code avait été perdu lors des combats, j’hésitais à m’en servir de peur qu’il soit tombé entre les mains des Japonais. Pour illustrer à quel point je doutais que ma propre correspondance arrive à destination, j’avais écrit quatre ou cinq lettres à mon épouse, et puis j’en ai aussi écrite une à mes parents et une autre à ma grand’mère. Vous pouvez vous imaginez les sentiments de ma femme lorsque ma grand’mère a été la première à recevoir de mes nouvelles; et je doute fortement que cette livraison prioritaire à ma grand’mère ait été le fruit de la vénération qu’accordent les Japonais à leurs ancêtres…  quant à la poste qui rentrait, nous n’avons rien reçu avant un an et demi après la capitulation et même là, seulement en très petites quantités. J’ai été un des premiers à recevoir une lettre et par la suite, j’en ai reçu quelques autres à l’occasion, mais d’autres prisonniers n’en ont pas reçues du tout, tout au long de leur captivité de quatre ans; un officier canadien qui n’avait reçu aucune lettre m’a dit plus tard qu’en fait, sa femme lui avait écrit à chaque occasion.

La question des colis alimentaires de la Croix-Rouge est également d’intérêt. À ce que j’ai compris, les PG en Allemagne ont reçu ces colis au moins une fois par mois pendant leur captivité. Cependant, dans notre cas, nous n’en avons reçus que trois ou quatre chaque tout au long des quatre ans au complet, dont le premier seulement environ 18 mois après l’internement. La nourriture supplémentaire de ces colis n’a que très rarement réellement agrémenté notre régime alimentaire général, mais au moins, elle a ajouté de la variété aux repas monotones. Il est vrai que les provisions médicales de la Croix-Rouge reçues en hiver 1943 étaient d’une valeur bien plus considérable qu’un approvisionnement mensuel de colis alimentaires ne l’aurait été.

En ce qui concerne les colis personnels et de cigarettes, ceux-ci n’ont été livrés au camp qu’une seule fois, je crois en automne 1943. Encore une fois, certains prisonniers ont eu de la chance, d’autres pas; certains n’ont rien reçu du tout. Dans mon cas, j’ai reçu un coli personnel et environ 8 000 cigarettes. Je ne me souviens pas de chaque article dans mon colis personnel, mais je me souviens qu’il avait été bien pensé. Je me souviens surtout à quel point j’étais heureux d’avoir reçu deux jeux de cartes et une paire de pyjamas. Vous pouvez vous imaginer l’état des jeux de cartes qu’on avait apportés au camp au début, et bien sûr, les pyjamas n’existaient pas. Il avait toujours été possible de se procurer des cigarettes d’un genre ou l’autre (par exemple, les cigarettes chinoises de piètre qualité) tant qu’on pouvait les payer, bien sûr, puisqu’il n’existait aucune ration de cigarettes payée par les autorités. Cependant, l’importance de ces cigarettes était surtout leur valeur d’échange (c.-à-d., leur valeur pour ce qui était d’obtenir de la nourriture supplémentaire). J’ai reçu des montants égaux de Black Cats et de Sweet Caporals et les deux marques – surtout les Black Cats – m’ont beaucoup rapporté en échange. Le marché à Hong Kong (y compris pour les officiers japonais) était apparemment assoiffé de bonnes cigarettes. À ce moment-là, on pourrait dire que la monnaie d’échange sortante était composée de cigarettes canadiennes et la monnaie entrante était les œufs de canards. En effet, nos cigarettes étaient si populaires sur le marché noir qu’à leur apogée, un paquet de 25 Black Cats pouvait rapporter environ 20 œufs de canards et 25 Sweet Caporals, 15 œufs de canard.

Bien sûr, je n’ai pas gardé les 8 000 cigarettes pour moi. (Ce qui m’a bien fait plaisir, c’est que lorsque j’ai été chercher les cigarettes au bureau du camp et l’interprète japonais a suggéré que je devrais lui en donner parmi la meilleure marque, j’ai suggéré que les Sweet Caporals – que je lui ai données – étaient les meilleures.) J’ai offert environ 4 000 des cigarettes à une réserve organisée pour les PG qui n’avaient pas reçu du tout de cigarettes et un autre 2 000 à des amis parmi les Anglais et les Hong Kong Volunteers. J’ai gardé le reste pour moi et pour l’officier avec qui je prenais mes repas (et qui n’avait pas eu de chance). Nous n’avons même pas fumé une seule des cigarettes canadiennes nous-mêmes mais les avons échangées toutes, surtout pour des œufs de canard et, dans mon cas, pour les cigarettes chinoises à meilleur marché.

Il est incontestable que l’arrivée des cigarettes canadiennes et l’entrée subséquente d’œufs de canards dans le camp a beaucoup amélioré notre santé. Même les cigarettes chinoises étaient une commodité précieuse, et en fait, la monnaie courante du troc à l’intérieur du camp. Il existait même des PG qui préféraient fumer plutôt que de manger et échangeaient leurs rations contre des cigarettes. Certains se tenaient même autour des gardes en attendant qu’ils jettent des mégots à terre, pour pouvoir les récolter et en faire des cigarettes à bon marché pour leur propre consommation. De mon côté, j’étais grand fumeur, et même si je n’ai jamais échangé de rations contre des cigarettes (que j’aurai pu faire aisément, puisque je n’avais jamais faim pour le type de rations qu’on nous donnait), j’ai échangé à l’occasion d’autres objets personnels, tels qu’un plombage en or, contre des cigarettes. De plus, lorsque les PG eux-mêmes ont commencé à monter la garde de nuit autour des huttes, j’étais toujours prêt à prendre la relève de quelqu’un d’autre en échange de cigarettes. Des règles strictes entouraient le black-out, mais parfois je fumais en catimini pendant que je montais la garde et aujourd’hui, je tremble à l’idée de ce qui aurait pu m’arriver si jamais on m’avait surpris.

Ces pratiques d’échange me portent au sujet de « l’inflation » à Hong Kong en général, et dans le camp des PG en particulier, durant nos quatre ans de captivité. Un des premiers gestes des Japonais lorsqu’ils ont conquis Hong Kong a été de saisir tous les dollars de Hong Kong et toute autre monnaie étrangère (dont la possession est devenue illégale par la suite, et sujette à des peines très sévères). Le yen militaire japonais est ensuite devenu la seule monnaie légale. Lorsque les Japonais ont commencé à payer les officiers PG (selon la Convention de Genève, qu’ils ne respectaient que lorsque cela faisait leur affaire), j’avais déjà dépensé les quelques 200 $HK que j’avais avec moi au camp North Point; donc, la paie de lieutenant d’environ 75 (?) yen militaires m’aurait bien rendu service… si son pouvoir d’achat environ quatre mois après la capitulation n’avait pas déjà été énormément réduit. Les autorités canadiennes à North Point avaient fait pression pendant quelque temps pour que les Japonais fournissent un genre de cantine au camp et ces derniers ont enfin accédé à la demande. On a choisi le moment de l’arrivée du « compradore » de la cantine pour qu’il corresponde à la première paie des officiers. Ce qu’a fourni le compradore n’avait pas de quoi nous impressionner : surtout des cigarettes, des allumettes, du savon, quelques boîtes de Bully Beef (ces dernières ayant été évidemment pillées ou autrement « obtenues » des dépôts d’urgence de l’Intendance militaire situés un peu partout sur l’île) et plusieurs petits paquets de sucreries gluantes recouvertes de mouches. À ce moment-là, on pouvait s’acheter des allumettes pour environ un yen et une boîte de Bully Beef pour environ 15 yen. À la fin, nous avons peu acheté et donc, après deux ou trois visites au camp, la cantine a été abandonnée.

Je ne me souviens pas exactement des taux de paie mensuels des différents rangs d’officiers, mais je calculerais qu’un lieutenant-colonel recevait environ 300 yens militaires; un major, 175 yens; un capitaine 125 yens; et un lieutenant 75 yens (et ces taux devaient correspondre à ceux que les Japonais payaient leurs propres officiers). Pour comble d’ironie, plus tard, vers le milieu de l’année 1943, on a réduit la paie de tous les officiers PG d’environ 25 pour cent à titre de contribution à l’effort de guerre japonais, auquel devaient également contribuer aussi tous les soldats japonais. Normalement, un tel impôt au nom de l’effort de guerre aurait été un coup dur, sauf que l’inflation avait déjà tellement réduit le pouvoir d’achat du yen militaire de façon dramatique que la paie mensuelle d’un lieutenant de 75 yens (moins 25 pour cent) n’aurait acheté qu’une boîte d’allumettes. Je n’ai aucune idée comment les soldats japonais ont survécu avec un tel salaire, sauf qu’ils ont dû avoir une meilleure cantine avec des prix meilleur marché. De plus, à ce que j’ai compris, à leur retour au Japon, ils pouvaient échanger les yens militaires qu’ils avaient épargnés contre des yen ordinaires (qui en soi auraient subi l’inflation, mais probablement pas plus que la monnaie de n’importe quel autre pays ayant été en guerre pendant plusieurs années).

Apparemment les officiers supérieurs (tant canadiens qu’impériaux) ont établi un fonds, lorsque le yen militaire avait encore une certaine valeur, dans lequel ils ont déposé une partie de leur paie mensuelle et duquel les autres rangs pouvaient emprunter, ou qu’on pouvait utiliser en vue d’acheter pour le camp certaines provisions difficiles à trouver, telles que des fournitures médicales essentielles. Il était entendu que les montants placé dans ce fonds seraient remboursés après la guerre. Cependant, je ne crois pas que le remboursement ait eu lieu, puisqu’il n’y avait aucun système de comptabilité pour l’assurer.

Je ne sais pas si les hommes partis en groupe de travail au Japon avec quelques yens militaires dans les poches ont pu les échanger contre des yens ordinaires lorsqu’ils sont arrivés au Japon, mais je crois qu’il aurait été difficile pour eux de le faire de façon officielle.

À cause des mauvaises rations et des maladies variées que nous avons subies pendant nos quatre ans de captivité, nous étions tous très maigres à la fin. De mon côté, je suis passé de mon poids normal de 165 lb à seulement 116 lb. Dans mon cas, cependant, une bonne partie de la perte de poids était attribuable à autre chose que je n’ai pas mentionné… il faudra lire le reste ci-dessous ! Après la disparition des gardes du camp et notre prise de contrôle de Sham Shui Po nous-mêmes, qui croyez-vous est apparu presque aussitôt à l’entrée du camp? C’était un groupe de compradores, cherchant à vendre tout ce qu’ils pouvaient au pauvres PG. (À crédit, de surcroît, et payable seulement après notre retour au Canada). Les articles à vendre incluaient plusieurs marques de spiritueux britanniques, telles que « Gordon’s Dry Gin » et « Dewar’s Scotch »; j’ai acheté, de mon côté, une bouteille de gin et j’ai pris deux ou trois petits coups; cependant, quelques heures plus tard, je sentais que j’allais mourir. Je n’ai eu de soulagement que lorsque j’ai vomi violemment. Ce faisant, j’ai tiré de ma gorge un ver solitaire de six pouces de long, qui ne paraissait pas du tout content de changer son régime alimentaire habituel de riz pour un régime au gin ! Heureusement, il est facile de se débarrasser des vers solitaires et je n’en avais qu’un, donc, il n’était pas question d’œufs.

Je dois ajouter que même avant que les compradores arrivent à l’entrée du camp avec leur gin et leurs autres gâteries, un autre gentilhomme chinois est venu me chercher : c’était mon tailleur de Hong Kong, qui m’avait confectionné une tenue d’exercice estivale qu’il m’avait livrée mais que je n’avais pas payée. Heureusement, tout comme les compradores, il était prêt à attendre un peu plus longtemps, jusqu’à notre retour au pays, pour se faire payer.

Je ne crois pas que la possibilité (ou, selon les types de l’armée les plus durs à cuire, « le devoir ») de s’évader était vraiment une préoccupation importante à l’esprit des PG canadiens ordinaires, bien que quatre d’entre eux (aucun n’étant des Royal Rifles) ont réussi à s’évader de North Point vers le milieu de 1942 et ont été capturés et exécutés par la suite. Le jour de la découverte de cette évasion, les Japonais ont informé nos officiers supérieurs que chaque PG devait signer un document promettant de ne pas tenter de s’évader. Après beaucoup de discussion entre eux, les officiers supérieurs nous ont avisés de signer ce document, puisqu’il n’aurait aucune conséquence juridique, étant signé sous la contrainte. Tandis que nous décidions si nous nous y conformerions, le camp en entier a été défilé devant le Colonel Togunawa, qui, debout sur une table, nous a adressé la parole par le biais d’un interprète japonais qui a dit que si nous refusions de signer, ce serait de la « minuterie » (mutinerie). Normalement, les hommes auraient éclaté de rire face à une telle erreur de prononciation, mais cette fois on aurait entendu voler une mouche. De toute façon, éventuellement, nous avons tous signé, sauf pour un carabinier, dont les amis disaient qu’il était si contrariant que si on lui avait ordonné de ne pas signer, il aurait signé ! Les gardes ont sorti ce « non-signataire » du camp et nous nous sommes tous demandés quel horrible sort lui serait destiné. Cependant, il paraît qu’il n’a pas été trop maltraité, a changé d’avis et a été ramené au camp plusieurs heures plus tard sans avoir l’air de s’en être ressenti.

Un officier impérial, le Major Boxer (qui connaissait bien les Japonais et parlait la langue couramment) n’a pas eu la même chance. Il a refusé de signer, sûr qu’il perdrait la face s’il le faisait et que les Japonais ne le respecteraient pas; par conséquent, il a passé plusieurs mois en prison à Stanley Village. À une autre occasion, lorsque nous étions à North Point, plusieurs prisonniers se sont échappés de Sham Shui Po et par conséquent, le camp au complet a dû défiler sous la pluie d’environ 22 h à 10 h le matin suivant, une expérience très inconfortable.

Il existait apparemment un plan d’évasion général, que seuls connaissaient quelques officiers supérieurs qui le gardaient secret jusqu’à une invasion possible de Hong Kong ou une tentative potentielle de rescousse des PG de la part des Alliés. Je ne sais pas quelle était la qualité de ce plan mais je tremble à l’idée de l’horrible massacre qu’il aurait occasionné si jamais on ne l’avait exécuté.

Les relations entre les PG, les gardes du camp et leur commandant variaient d’un moment à l’autre selon la nature et le caractère du personnel en question. Notre premier commandant de camp, le lt Watta, était toujours en train de sourire et de s’incliner même lorsqu’il donnait des ordres draconiens, mais est plus tristement célèbre comme officier responsable des PG sur le « Lisbon Maru », lorsque ce dernier a été torpillé en route vers le Japon, et pour avoir refusé d’ouvrir les écoutilles pour que les prisonniers échappent à la noyade…  Le prochain commandant du camp, également le dernier, lequel nous avons eu pour la majorité de notre séjour à Sham Shui Po, était un vrai gentleman et a fait son possible pour rendre la vie des PG plus endurable (par ex., comment il a réagi à la découverte déjà mentionnée de la radio). Il s’appelait Honda et il n’était que sergent major ou adjutant, ce qui démontre combien d’autorité les Japonais pouvaient placer entre les mains d’un sous-officier. Sa conduite a été si exemplaire qu’une fois la guerre terminée, les PG ont veillé à ce qu’on lui accorde une chambre au prestigieux Peninsula Hotel, pour qu’il reste sain et sauf.

Ceci offre un contraste saisissant au traitement accordé au commandant de camp impérial, le Major Boone, que les prisonniers ont jeté en prison après la guerre et qu’on a traduit en cour martiale par la suite pour avoir collaboré avec l’ennemi. Le très détesté Boone agissait plus comme les Japonais que les Japonais mêmes, se rasant la tête et tirant la révérence à droite et à gauche. Son comportement a été particulièrement odieux lors des inspections occasionnelles du camp ou des fouilles qu’effectuaient les Japonais, car il attirait souvent leur attention vers quelque chose d’illégal ou de louche dont ils n’avaient pas tenu compte. Les adjoints de Boone, le sergent Tovee et le soldat Bevan, étaient tout aussi haïssables et fouinaient constamment partout, cherchant des règlements auxquels on avait contrevenu afin de le rapporter à leur maître. À ce que j’ai compris, ils ont été traduits en cour martiale après la guerre, mais apparemment ont échappé à toute condamnation sous le prétexte d’avoir simplement obéi aux ordres de leur officier supérieur, soit le dénommé Boone. Apparemment, ce dernier a également été exonéré mais a été ruiné financièrement par les coûts juridiques élevés qu’a entraînés le procès.

Les types de garde variaient considérablement. Par exemple, à un moment donné à North Point, nos gardes étaient un groupe de soldats d’un régiment d’élite japonais qui venait tout juste de revenir du service actif contre les Chinois et avait subi de lourdes pertes. Ces gardes étaient grands et plutôt froids; et nos geôliers nous avaient avertis de les éviter le plus possible. Cependant, au moins une fois (dont je me souviens très bien parce que ma hutte était à côté du poste de garde), ils ont suspendu du plafond par les poignets un passant Chinois qui les avait offensé, l’ont suspendu du plafond, l’ont torturé sporadiquement avec des cigarettes allumées, et l’ont éventuellement emmené ailleurs pour le fusiller.

Les quelques dernières années, nos gardes à Sham Shui Po étaient formosans. Ils s’intéressaient surtout au troc avec nous et une fois la guerre finie, ils sont disparus immédiatement, échangeant d’abord leurs uniformes contre des vêtements chinois civils, à ce qu’il paraît. Il y avait également un garde qui était un méchant caporal, dénommé « Four Eyes » (quatre yeux) à cause des lunettes épaisses qu’il portait sur le nez. Il fallait que tout PG passant les gardes ou le poste de garde salue le sous-officier responsable, puisque ce dernier représentait l’Empereur. À plusieurs reprises, « Four Eyes » a battu tout prisonnier qui manquait de le saluer, ou de le saluer correctement, lorsqu’il le croisait. De plus, lors de toute épidémie de maladie contagieuse, tous les PG (y compris les gardes) devaient porter de petits masques de coton leur couvrant la bouche et le nez afin d’empêcher la propagation de la maladie. Une fois, les officiers canadiens dînaient à l’extérieur des huttes et avaient enlevé leurs masques pour pouvoir manger. « Four Eyes » est arrivé, l’air menaçant, en criant et gesticulant de sa baïonnette en direction de certains des officiers. Au début nous ne comprenions pas l’origine de sa colère mais éventuellement cela nous est venu à l’esprit et nous l’avons calmé en portant nos masques jusqu’à son départ.

Ces gardes formosans étaient en poste une nuit d’orage et lorsqu’ils ont terminé leur période de service, le PG néo-zélandais s’est échappé tout simplement en marchant derrière eux pour sortir du camp (selon ce qu’on m’a dit!)

De mon côté, j’ai toujours réussi à rester discret vis-à-vis les gardes et, par conséquent, peut-être parce que j’ai été chanceux, on ne m’a jamais touché ni fouillé.  Lorsqu’on déménageait d’un camp à l’autre, ou même à l’intérieur du camp, nous avions toujours peur de nous faire fouiller. Les articles tels que la radio devaient être cachés avec soin pendant le trajet; on devait la démonter au complet en petits morceaux, qu’on distribuait alors parmi plusieurs individus. Cependant, je ne crois pas que les Japonais aient trouvé aucun article important.

Un interprète japonais rattaché aux gardes était toujours en train de fouiner la nuit et de donner du fil à retordre aux prisonniers, surtout les Canadiens. On l’appelait le « Kamloops Kid » parce qu’il était citoyen canadien qui avait vécu à Kamloops en Colombie-Britannique mais s’est retrouvé au Japon lorsque la guerre a éclaté et s’est engagé (ou a été conscrit) auprès de l’armée japonaise. Il était très dur envers les PG au début, lorsque tout allait bien pour les Japonais et leurs alliés, mais s’est adouci considérablement une fois que les choses ont commencé à mal tourner et que l’issue était inéluctable. Une fois, lorsque quelqu’un dans les huttes a dit la nuit d’ « arrêter le bruit ou le maudit Kamloops Kid t’aura à l’œil », la réponse a été « oui, le Kamloops Kid est là, donc arrêtez le bruit ». Un silence apeuré s’est ensuivi, mais heureusement, le Kamloops Kid n’a rien fait de plus. Je crois qu’après la guerre, il a été traduit en justice pour trahison et exécuté.

Chaque jour au camp était pareil au jour antérieur et le temps passait lentement, comme de la mélasse au mois de janvier, surtout lorsque nous étions à North Point où il manquait de livres et l’aire du camp était insuffisante. Nous avons tenté de jouer à la balle molle, mais sans succès vu le manque d’équipement et la perte d’énergie dû au régime alimentaire. Nous avons tenté d’organisé des concerts sur une échelle très limitée. En ce qui concernait les officiers, les passe-temps principaux étaient le sommeil d’abord, ensuite les cartes et enfin, les échecs.  De mon côté, j’ai réussi à passer plusieurs mois à lire le dictionnaire anglais et à copier tous les mots que je ne connaissais pas. Les parties de cartes étaient surtout le bridge et le cribbage, mais nous avons également joué au piquet et au gin-rummy.

Cependant, les échecs étaient la meilleure sorte d’opium, puisqu’on s’y immergeait si complètement qu’on oubliait le passage du temps. Lorsque nous sommes arrivés à Sham Shui Po et avons rejoint les Hong Kong Volunteers, les échecs ont revêtit encore davantage d’importance. Nous étions une vraie Ligue des nations reflétant presque toutes les nationalités, y compris les Turques, les Autrichiens, les Roumains, les Norvégiens, les Russes blancs et rouges, les Scandinaves, les Portugais et ainsi de suite jusqu’à l’infini, et dont 90 pour cent avaient joué aux échecs jusqu’à un certain point avant de devenir prisonniers. On a bientôt organisé plusieurs tournois et un de nos officiers canadiens est même devenu champion du camp.

Les membres chinois des Volunteers avaient tous été relâchés par les Japonais, mais les Portugais (dont la plupart étaient en partie chinois ou indonésiens et qu’on appelait parfois « macanéens » à cause de leur relation à Macau, tout près) avaient été emprisonnés. Un seul, à ce que je sache, était purement portugais. Les PG qui avaient vécu à Hong Kong et qui était à Victoria au moment de la capitulation avaient eu le temps, avant de se présenter comme PG, de retourner chez eux et d’y chercher tout genre de possessions personnelles qui s’avéreraient très utiles au cours des quatre années suivantes, non seulement pour eux, mais pour les autres prisonniers. Leurs acquisitions principales étaient des livres et donc, lorsque nous sommes arrivés à Sham Shui Po, nous y avons trouvé une excellente librairie dotée d’au moins un livre pour chaque prisonnier. Ces livres étaient gardés en excellente condition par des relieurs très capables, dont le travail, lorsque vous tenez compte du manque de matériel, était presque de qualité professionnelle. Bien sûr, on ne pouvait pas toujours obtenir le livre qu’on voulait sur le coup (puisque certains étaient plus populaires que d’autres), mais on n’attendait presque jamais plus que six semaines un livre particulier.

Le camp à Sham Shui Po avait de bien meilleures installations et un meilleur équipement que North Point; il disposait même d’une salle où on pouvait produire des concerts et d’un nombre considérable d’instruments d’orchestre. Donc, on présentait des concerts et des spectacles musicaux à différents intervalles. Les Hong Kong Volunteers et les officiers britanniques comptaient également plusieurs professionnels bien éduqués et parfois distingués, tels que des enseignants, professeurs, avocats, journalistes, architectes, ingénieurs, etc., et certains de ces hommes ont donné de leur temps pour mener des discussions ou enseigner les sujets variés qu’ils maîtrisaient. On offrait des classes en plusieurs langues, mais je me suis contenté d’apprendre un peu de grammaire et de vocabulaire espagnols et allemands à partir de manuels scolaires. J’ai trouvé l’espagnol raisonnablement facile mais j’ai abandonné l’allemand assez vite à cause de ses caractères difficiles et sa syntaxe étrange.

Un autre passe-temps qui occupait surtout les officiers était le soin du potager du camp. Il n’y avait pas eu de place pour un jardin à North Point mais à Sham Shui Po, il y avait un terrain vide assez large à côté du camp (mesurant environ un tiers de la surface du camp en tant que tel) et qu’on avait entouré de barbelés pour permettre aux prisonniers de faire pousser des légumes. Les légumes principaux étaient les tomates, la laitue et les patates douces. Le climat était si doux qu’on pouvait faire pousser trois récoltes de tomates par année (sauf de décembre à février).  Au début, les Japonais ne s’efforçaient pas beaucoup de nous procurer des graines et je crois qu’il est vrai, si incroyable cela soit-il, que les premières graines de tomates utilisées dans le camp sont venues d’une boîte de tomates à l’étuvée (qu’on a dû réchauffer à une température très élevée au moment de la fabrication). Comme engrais, bien sûr, nous nous servions d’excrément humain tiré des latrines dans le camp et auquel on ajoutait du fumier de la porcherie.

Personnellement, j’avais quelques lots privés à l’intérieur du camp Sham Shui Po, entre les huttes, où j’ai tenté de faire pousser des tomates, mais sans trop de succès. Ceci est en partie parce qu’elles ne recevaient pas assez de soleil, en partie parce que le seul engrais à ma disposition était notre propre urine « vieillie » (une source de friction constante entre nous et ceux dont les fenêtres donnaient sur la boîte d’urine vieillie) et en partie parce qu’il était presque impossible de protéger les fruits mûrissants contre les pillards.

Les autres rangs de PG disposaient de peu de temps pour le jardinage, puisque les plus en santé devaient aller travailler en groupe chaque jour. Les officiers n’étaient pas obligés de se joindre à ceux-ci mais on a décidé qu’ils devaient accompagner tour à tour les équipes de travail afin de prêter main forte aux soldats en cas de crise.

Même si les hommes n’étaient pas obligés de vraiment bûcher pendant ces sessions de travail quotidiennes à l’extérieur du camp (dont le site principal était l’aéroport Kai Tak où les Japonais rallongeaient la piste d’atterrissage), leur journée était très longue : de 7 h à 18 h, et souvent lorsqu’il faisait extrêmement chaud. Chaque groupe d’hommes aurait une tâche à faire et lorsqu’il aurait fini, sa journée de travail serait terminée. Les Portugais et autres Hong Kong Volunteers (dont la plupart recevaient des paquets de la part de leurs proches à l’extérieur du camp) étaient en meilleure condition physique que les Canadiens et finissaient souvent les tâches leur étant affectées vers midi, tandis que les Canadiens devaient travailler tout l’après-midi.

Cependant, deux des équipes de travail organisées à Hong Kong n’étaient pas conformes à la norme. La première a été envoyée à la piste de course à Victoria pendant une semaine pour y retourner la terre et en faire un potager; les Japonais ont tout fait pour nous convaincre du plaisir qu’aurait quiconque irait y travailler. Cependant, le projet s’est avéré un cauchemar, puisqu’on obligeait les prisonniers à travailler très fort au battement d’un tambour et sous la surveillance constante des gardes. Les PG étaient donc exténués une fois revenus au camp. L’autre équipe de travail inhabituelle est allée aux Nouveaux Territoires pendant une semaine sous le commandement du sergent-major Honda, le commandant du camp. Un des officiers canadiens qui a accompagné cette mission m’a dit qu’il s’est surpris à apprécier l’expérience, en partie à cause des conversations intéressantes qu’il avait eues avec Honda le soir une fois le travail terminé.

En plus des équipes de travail extérieures, il y avait aussi des groupes de corvée à l’intérieur du camp, nettoyant les latrines, transportant les engrais au jardin, s’occupant de faire la cuisine et faisant le ménage dans le camp. (Dans ce dernier cas, un Français « libre » des Hong Kong Volunteers a eu la malchance de se faire électrocuter à mort tandis qu’il nettoyait un tuyau d’évacuation et a touché un fil électrique sous tension). Les officiers continuaient aussi à employer des ordonnances dont la seule tâche, vraiment, était de faire la lessive.

Hormis le jardinage, la routine quotidienne des officiers était assez constante et monotone : l’appel à 8 h, le petit déjeuner, l’attente jusqu’au dîner à midi, encore l’attente jusqu’à l’appel à 17 h, puis le souper et l’attente de l’extinction des feux. Seulement quelques événements occasionnels causaient de l’émoi dans le camp et la plupart d’entre eux étaient mineurs, tels que l’arrivée de la poste ou des colis de la Croix-Rouge. Les seuls événements majeurs dont je me souvienne sont reliés à deux raids aériens alliés. Le premier a eu lieu en hiver 1943 (je crois), assez près du camp Sham Shui Po, lorsque deux avions ont lancé une attaque à basse altitude en bombardant quelques réservoirs de mazout, causant un incendie qui a duré quelques jours. Le deuxième est arrivé assez tard en 1944 (?), lorsqu’un porte-avions américain (le « Hornet » ou le « Wasp », je crois) a bombardé en piqué la marine marchande dans le port de Hong Kong pendant des heures. Les bombardiers paraissaient utiliser notre camp comme repère de visée et nous ont bruyamment survolés à une assez basse altitude avant d’attaquer leurs cibles dans le port. Bon nombre de nos PG ont passé une grande partie de la journée sous le lit, bien qu’il n’y ait eu aucun dommage au camp ou apparemment à aucun des avions. Puis, le plus souvent lorsqu’il faisait beau, nous apercevions un petit avion isolé voler extrêmement haut au-dessus de Sham Shui Po, apparemment en mission de dépistage pour les Alliés mais que les Japonais n’ont jamais pris la peine de chasser.

Après le défilé du matin à Sham Shui Po, nous avions habituellement 15 minutes d’exercice physique accompagné de l’orchestre des prisonniers. C’était leur idée, mais les Japonais ne se sont jamais préoccupés de comment nous effectuions ces exercices. Certains jours, le défilé de l’appel prenait beaucoup plus de temps que prévu, par exemple le matin que s’est évadé le Néo-Zélandais et que nous avons dû rester sur le terrain de parade au soleil battant jusqu’à tard l’après-midi, supposément tandis que les gardes fouillaient le camp, mais plus évidemment comme punition collective.

Il y a eu aussi, à l’occasion, des incidents lors de l’appel qui étaient hors de l’ordinaire (y compris le défilé d’identification des gardes impliqués dans le vol Jerkin). Je m’en rappelle deux en particulier, dont un était amusant et l’autre, moins. Un après-midi pendant l’appel, alors que je me tenais à côté d’un officier avec une dent artificielle branlante, il a réagi trop vivement en se numérotant et a craché sa dent si fort qu’elle a frappé le Japonais en pleine tunique ! Heureusement, le Japonais n’a pas traité la situation comme étant un cas de lèse-majesté (comme l’auraient fait certains) et a tout simplement ri avant de passer aux autres. Cependant, à une autre occasion, l’adjudant s’était apparemment trompé en compilant le nombre d’hommes en défilé et l’interprète japonais (pas le Kamloops Kid, cette fois) en a été si furieux qu’il l’a jeté par terre et lui a donné des coups de pied à la rotule. L’adjudant en a beaucoup souffert et a boité pendant plusieurs jours par la suite.

Une autre fois, pendant l’appel du matin au camp North Point, après le départ des équipes de travail quotidiennes, j’ai découvert qu’un des soldats manquait du groupe de PG dont j’étais responsable. Quelqu’un s’était-il évadé, ou s’agissait-il plutôt d’une erreur de chiffres ? Si c’était le premier cas, devrais-je le cacher, déclarer à l’adjudant que tous les hommes étaient présents, et espérer que les Japonais ne le remarquent pas lorsqu’ils comptaient les hommes à leur tour ? J’ai décidé de signaler l’anomalie à l’adjudant, qui de son côté l’a signalé aux Japonais. Par conséquent, nous avons tous dû rester en défilé jusqu’à ce que les Japonais vérifient par téléphone auprès des gardes responsables de l’équipe de travail de la journée, qui ont découvert, éventuellement, qu’ils avaient un homme de plus que prévu. J’ai été énormément soulagé et à ce qu’il paraît, les Japonais l’étaient aussi, car ils n’ont rien fait de plus et personne n’a été puni. Croyez-le ou non, l’homme qui manquait du défilé avait été si déçu de ne pas avoir été choisi pour l’équipe de travail ce matin-là qu’il avait décidé de s’y joindre malgré tout. Ce genre d’attitude chez les PG a disparu assez rapidement une fois l’attrait de la nouveauté du travail passé, mais dans ce cas-ci en particulier, elle a dû faire plaisir au Japonais.

Le climat de Hong Kong était plutôt sous-tropical, semblable aux Antilles et à l’Amérique centrale. Il ne faisait jamais très froid; les températures ne baissaient jamais plus loin que 40° F et il n’était jamais question de gel. Malgré tous, nous étions mal équipés en vêtements et en couvertures pour faire face aux températures quand mêmes plus basses de décembre à février. Les mois d’octobre et novembre étaient plutôt agréables, mais de mai jusqu’au mois d’août, il faisait très humide, les températures pendant le jour atteignant environ 90° F et descendant à peut-être 70° F la nuit. Les huttes à North Point étaient de roseau et donc, il y faisait beaucoup plus chaud pendant le jour que dans celles de Sham Shui Po qui étaient de ciment; mais la nuit, elles refroidissaient plus rapidement.

Ni un camp ni l’autre n’avait de vraies fenêtres, car la plupart de celles-ci avaient été pillées ou endommagées pendant le combat et n’avaient pas été réparées par la suite sauf de façon improvisée, à l’aide de sacs et de planches. Ce manque de fenêtres adéquates aurait été très sérieux en cas de typhon, puisque de tels vents auraient aisément pénétré les huttes et emporté les toits, affaiblissant les murs, probablement jusqu’à les faire tomber. (Il y avait eu un typhon à Hong Kong quelques années auparavant, dont les rafales étaient si puissantes que l’instrument qui mesurait les typhons – pouvant mesurer les rafales de jusqu’à 165 milles à l’heure – ne pouvaient en enregistrer les bourrasques les plus fortes.) La saison des typhons s’étend d’environ la mi-juillet à la fin septembre (le pire mois). Nous avons eu de la chance de ne pas vivre de véritable typhon; le pire était de 7 sur une échelle de 1 à 10. Parfois, durant l’été, nous subissions des pluies torrentielles pendant environ une demi-heure qui baissaient rapidement la température de jusqu’à 20° (par ex., de 90° à 70°). Cependant, ce répit de la chaleur était très court et une demi-heure plus tard, la température grimpait encore une fois jusqu’à 90°, suivi d’une importante augmentation de l’humidité.

Les vêtements que nous portions variaient avec la température. Par exemple, à la fin de janvier, nous portions plutôt tous les vêtements en notre possession une fois couchés, tandis que pendant les mois chauds, nous ne portions rien de plus qu’un « fandouchy » (ou cache-sexe), une paire de sandales et une paire de lunettes de soleil (si vous aviez la chance d’en posséder, comme moi, puisque j’en avais reçues dans mon colis personnel). Pendant l’appel, nous devions porter au moins des shorts, une chemise et des sandales. (Il restait peu de bottes ou de souliers dans le camp au milieu de 1943 et le cuir qui restait de souliers et de bottes usés faisait partie des matériaux utilisés par l’industrie florissante de fabrication des sandales dans le camp.)

Tout juste après la capitulation et au moment où nous avons vu pour la première fois l’état lamentable du camp à North Point, le moral des troupes canadiennes était à son point le plus bas et nous avions tendance à résister toute tentative de discipline; chaque soldat ne voulait que vaquer à ses propres affaires et broyer du noir. Je me sentais certainement de la même façon, mais j’ai dû me rendre compte, en mon for intérieur – tout comme je le constate aujourd’hui – que nos officiers supérieurs devaient imposer une certaine discipline dans le camp ou les Japonais prendraient la relève et seraient beaucoup plus sévères.

Cependant, on gardait les règlements internes au minimum et, bien sûr, on n’effectuait pas d’instruction régimentaire ou militaire. Il fallait quand même que les PG se rasent et se fassent couper les cheveux et aucun PG canadien n’avait le droit de se faire pousser la barbe. Le salon canadien de coiffure pour hommes à Sham Shui Po était bien organisé, avec un coiffeur en chef et deux adjoints (tous étant exemptés des équipes de travail). Chaque officier leur versait une petite somme d’argent par mois pour se faire raser quelques fois par semaine et se faire couper les cheveux à l’occasion. Les autres rangs (qui bien sûr ne recevaient aucune paie) se faisaient raser et coiffer gratuitement.

Les sous-officiers surveillaient les repas des soldats mais hormis les appels ou le service en équipe de travail, les officiers ne dérangeaient pas les soldats et le contact officiel entre les deux restait au minimum. En fait, en quatre ans de captivité, je ne me souviens pas avoir inspecté les dortoirs des soldats une seule fois. Je me souviens qu’une fois, un homme a été accusé d’un délit mineur pour avoir protesté trop vivement du supposé favoritisme de la part d’un sous-officier qui servait un repas. La punition a été une simple réprimande et je suis à peu près sûr que celle-ci n’a jamais paru dans la documentation concernant le coupable après la guerre. Il y a certainement eu bien des disputes mais presque jamais de bagarres physiques entre les PG.

Je me souviens cependant d’une bagarre entre deux officiers qui ne s’étaient jamais aimés et qu’on avait obligés de vivre à l’étroit ensemble pendant plusieurs mois. Je devrais peut-être préciser ici que les Winnipeg Grenadiers étaient un régiment urbain de l’ouest canadien et que les Royal Rifles étaient un régiment rural de l’est; tant les officiers que les soldats se voyaient d’un mauvais œil. (Cependant, les officiers subalternes des Rifles s’entendaient bien avec le seul groupe de leurs contreparties chez les Grenadiers ayant été recrutées de la Saskatchewan et de l’Alberta.) Les Grenadiers en voulaient aussi aux soi-disant « barons banquiers » de la rue St-James à Montréal et de la rue Bay à Toronto, pour les avoir enfirouapés des années de temps, comme tant de gens de l’ouest semblent le croire aujourd’hui. Heureusement, cette antipathie réciproque ne s’est pas traduite en violence telle quelle, les deux côtés se contentant de tout exprimer passivement en se tenant loin les uns des autres.

La seule bagarre à se déclarer entre les Grenadiers et les Rifles a eu lieu au début de la captivité à North Point et concernait les ustensiles de cuisson régimentaires, que les derniers détenaient en abondance mais pas les premiers. Cependant, la situation a été réglée assez vite lorsque les Rifles ont tout simplement donné de leurs ustensiles aux Grenadiers. Une autre source de tension est survenue entre les deux régiments lorsque les officiers supérieurs ont été transférés à la rue Argyll et un capitaine des Rifles est devenu responsable de tous les Canadiens qui restaient à Sham Shui Po. Cependant, ceci n’a jamais été plus loin que quelques imprécations colériques de la part de certains capitaines des Grenadiers derrière le dos du capitaine des Rifles.

Chose étrange, il n’y a presque pas eu de crises nerveuses (je ne me souviens que d’un tel cas chez les Royal Rifles vers la fin de l’internement) pendant toute la période d’emprisonnement. Après les quelques premières semaines de captivité, la plupart d’entre nous avons été capables d’ajuster notre façon de penser, d’abord de nous inquiéter de comment nous retournerions jamais au pays, ensuite à ce qui pourrait nous arriver aux mains des Japonais si on tentait de nous libérer, et enfin, à tenter de vivre au jour le jour et faire de notre mieux. Nous avions tous des cauchemars, bien sûr, et mon cauchemar le plus durable (qui me hante toujours de temps en temps) était que nous étions de retour au pays, et soit nous étions seulement en permission du camp de PG où nous devions retourner, soit nous avions été conscrits de nouveau et on nous envoyait à Hong Kong une deuxième fois.

Il y avait parmi nous d’éternels optimistes – dont les rangs ont diminué avec le temps – qui s’attendaient à voir Tchang Kaï-chek galoper sur la route depuis les montagnes, sur un cheval blanc, à la tête d’une armée chinoise pour nous libérer. Règle générale, cependant, la plupart d’entre nous étions assez détendus et vivions au jour le jour. Quelques-uns étaient si détendus, à ce qu’on me dit, qu’ils ont subi des crises nerveuses après la guerre parce que la routine quotidienne de PG, avec son manque presque total de responsabilité, avait fini par leur manquer. La plupart ont réussi à garder la bonne humeur malgré toutes les irritations légères, et ont fait preuve d’un héroïsme muet tout simplement en endurant et en survivant. Ceci est doublement vrai pour ceux qui ont été envoyés en équipes de travail au Japon, où les irritations n’étaient pas du tout légères mais représentaient un mauvais traitement sérieux.

Que ce soit à cause de l’insuffisance de notre régime alimentaire, ou l’inutilité absolue de même penser au sujet, il n’était pas du tout question de parler de femmes ou de sexe dans le camp. Quant à l’homosexualité, je n’ai entendu parler que d’un seul cas, d’un homme qu’on avait surpris dans la douche, que ses pairs ont discipliné et qui n’a jamais refait surface.

Je ne peux parler des soldats impériaux ou des Hong Kong Volunteers, mais chez les PG canadiens, la religion paraît avoir joué un rôle très mineur durant notre captivité et la présence aux messes était minime. En ce qui concerne les aumôniers, ils accomplissaient peu durant la semaine que les officiers des services auxiliaires ne pouvaient pas mieux faire.

En général, les PG n’ont pas perdu leur sens de l’humour, mais il faut dire que celui-ci a été tout à fait transformé en humour traitant des petits incidents qui avaient lieu dans le camp, plutôt que des sujets plus larges. Ceci ne m’est devenu apparent que lorsque nous avons rencontré nos premiers groupes de secours. Les sujets que nous, les PG, trouvaient drôles à mourir de rire, ne laissaient aucune impression sur ceux qui étaient restés libres tout au long de la guerre. À vrai dire, même si aucun d’entre nous n’était fou à proprement parler, nous ressentions tous les effets de notre période de détention. Ce manque de communication avec le monde externe pendant si longtemps (sans doute à l’origine de notre sens de l’humour bizarre) m’a marqué pendant plusieurs années après la guerre, et même de temps en temps jusqu’à aujourd’hui. Puisque nous n’avions pas pu entendre parler de tant d’incidents importants entre Noël 1941 et octobre 1945, y compris la mort des amis et d’autres détails les concernant, nous ne nous sommes jamais vraiment rattrapés – et même aujourd’hui, nous en apprenons encore.

Quand à mon souvenir des événements dans les camps de prison, je me rappelle toujours nettement ce qui s’est passé la première année de captivité et aussi de la période peu après l’arrivée de mes premières cigarettes canadiennes (vers l’automne 1943) jusqu’à la fin de la guerre, mais il y a un trou certain entre ces deux périodes. Ce blanc de mémoire s’étend sur environ deux ans et je n’ai que de très vagues souvenirs de comment nous avons passé le temps; c’est probablement à cause de l’effet cumulatif sur nos corps du régime alimentaire insuffisant (même si notre santé s’est nettement améliorée après que le camp ait reçu les fournitures médicales en vrac de la Croix-Rouge au début de 1943). Cependant, c’est sans doute aussi à cause du fait que chaque jour était si semblable au jour précédent, et que si peu d’événements suffisamment intéressants pour nous impressionner ont eu lieu à cette époque. Que ma mémoire se soit améliorée pendant la dernière année de captivité est dû, en partie, à ma consommation de plusieurs œufs de canard grâce à la vente de cigarettes canadiennes et au fait que, juste avant cela, le reste des officiers subalternes canadiens, y compris moi-même, avait été transféré au camp général des officiers (devenu une section séparée, entourée de barbelés, au sein du camp Sham Shui Po), ce qui nous a fourni davantage de stimulation mentale.

En conclusion, je dois parler du vif débat au Canada concernant le bien-fondé d’avoir envoyé à Hong Kong une force de soldats canadiens n’ayant reçu qu’une formation partielle. Ce débat a fait surface tant immédiatement après notre emprisonnement que de temps en temps depuis la fin de la guerre.

On a même publié, assez récemment, un livre traitant des Canadiens à Hong Kong et dont le thème est presque entièrement que nous n’aurions pas dus être envoyés là, en partie parce que notre formation était insuffisante et en partie parce que Hong Kong était, en fait, indéfendable; et donc, que ne n’étions pas plus que des sacrifices humains. Ce livre traite tout ce qui nous est arrivés là-bas, tant durant la bataille que par la suite, d’incidents subordonnés au thème principal avancé par l’auteur et pour appuyer son point de vue. Je ne suis pas du tout d’accord avec ce thème et j’estime qu’on l’a inventé tout simplement comme manœuvre politique pour mettre le gouvernement dans l’embarras. Au moment que nous avons été envoyés à Hong Kong, les Britanniques partaient battus et affrontaient de puissants ennemis partout dans le monde. Leurs seuls alliés étaient les Russes, qui éprouvaient leurs propres difficultés. Vu à quel point leurs ressources humaines étaient éprouvées, cela a dû les aider que les Canadiens aillent prendre la relève de leurs soldats à Hong Kong, pour que ces derniers puissent servir là où les fronts paraissaient plus actifs. De plus, non seulement les « gros bonnets » canadiens avaient-ils fait campagne auprès des Britanniques pour que nos soldats participent à la guerre de façon plus active, mais nos propres officiers supérieurs avaient constamment usé de leur influence à Ottawa pour que notre unité cesse le service de garde au Canada et soit envoyée à un front plus actif.

Quant à l’argument que Hong Kong ne pouvait être défendue contre une attaque japonaise, c’est sans doute vrai (et j’ai vu moi-même pourquoi), mais lorsqu’on nous a envoyés là, il ne semblait pas y avoir de bonnes raisons de croire qu’une attaque japonaise de Hong Kong était soit imminente, soit prévisible sous peu. Cependant, il semblait certainement y avoir une forte possibilité que nous échangions tout simplement le service de garde au Canada pour un paysage plus exotique, tout en prêtant main-forte aux Britanniques. Je crois fermement que la grande majorité des Canadiens qui ont pris part au (mal nommé) « débâcle » de Hong Kong sont du même avis que moi sur cette question. Je ne crois pas qu’ils gardent de ressentiment envers le gouvernement canadien pour les avoir envoyés à la colonie britannique. Malgré les difficultés qu’ils ont souffertes, tant pendant la bataille que dans les camps de PG à Hong Kong et les problèmes de santé subséquents, je crois que la plupart d’entre nous qui avons été recrutés des régions plutôt pauvres de Gaspé et de Bonaventure au Québec, et du nord du Nouveau-Brunswick, voyons l’expérience que nous avons vécue à Hong Kong comme étant le plus grand événement de notre vie. Notre émotion principale lorsque nous la passons en revue est la fierté de s’être portés volontaires pour y aller, ainsi que d’avoir réussir à y survivre. La preuve en est le grand nombre d’anciens PG qui ont effectué le pèlerinage de retour à Hong Kong depuis la guerre, dont certains plus d’une fois.

Malheureusement, bien que je ne ressente absolument aucune amertume envers qui que ce soit pour avoir été envoyé à Hong Kong, je ne vois pas ce que j’ai vécu comme étant un grand événement de ma vie, mais plutôt un long épisode ennuyant qui m’a volé quatre ans dans la fleur de l’âge, tout juste alors que j’établissais mon cabinet d’avocat et que je fondais ma famille. De toute façon, si le gouvernement canadien a sa part de responsabilité pour nous avoir envoyés à Hong Kong, il a été très généreux à notre égard à notre retour au pays, même si cela a pris du temps au départ, et qu’il a fallu de la pression politique continue. À ce sujet, lors d’un congrès de PG de Hong Kong auquel j’ai assisté à la Ville de Québec à l’automne 1983, j’ai pris un immense plaisir à voir à quel point tous les participants avaient l’air prospères, presque tous retraités et vivant apparemment confortablement de leurs régimes de retraite.