As told to Ron Parker, son of Major Maurice A. Parker, Royal Rifles of Canada

Alfred Babin has the elegant bearing of a career soldier. His perfect posture and trim physique make him look taller than he really is and much younger than his years. In manner and grooming he is the epitome of a gentleman, and every inch a soldier. In spite of being somewhat hard of hearing he is soft spoken, yet when he tells his story his voice is steady, calm and holds you like a vise. His eyes are clear but sometimes distant and his body language tells you that he is sometimes dipping into the enormous pool of personal courage from which he must have had to draw to survive the brutal ordeal he went through some sixty years ago. Telling his story is not easy for him.

Mr. Babin was born in Moncton, New Brunswick on October 15, 1921. In late 1939 war was imminent. Everybody knew it and a lot of people were "joining up". Al Babin had been considering it because a lot of his friends had joined some branch of the  Canadian Forces. The war came sooner rather than later. On September 1, 1939, Germany invaded Austria. On September 3, 1939, England and France declared war on Germany and World War II was underway. In between, on September 2, 1939, Babin had joined the Canadian Army. He joined a Moncton based Infantry Regiment called the New Brunswick Rangers, and became Infantryman Alfred Babin, serial number G27036.

In May of 1940 he transferred to a regiment called the Carleton & York, a reinforcement unit not scheduled to go to Europe where the action was or was going to be in the foreseeable future. He went through the Regular Army Basic Training Course pounding the Parade Square, learning about weapons, close combat, field craft, and went on route marches of 40 miles to build stamina. He emerged in October of 1940 as a fully trained Infantryman who actually knew which end of a rifle to point at an enemy. Al Babin was ready, able and willing to serve his country.

Tel que raconté à Ron Parker, fils du Major Maurice A. Parker des Royal Rifles of Canada

Alfred Babin a la prestance élégante d'un soldat de carrière. Avec sa posture parfaite et son physique élancé, il paraît plus grand qu'il ne l'est vraiment, ainsi que plus jeune. En son déportement et sa toilette, il est tout à fait gentilhomme ainsi que soldat jusqu'au bout des ongles. Malgré qu'il soit quelque peu malentendant, il parle doucement. Toutefois, lorsqu'il vous raconte ce qu'il lui est passé, sa voix est constante et calme. On ne peut s'empêcher de l'écouter avec fascination. Ses yeux sont clairs mais regardent parfois au loin, et on voit par son langage corporel qu'il doit à l'occasion aller puiser dans l'énorme réserve de courage personnel qu'il a dû invoquer afin de survivre l'épreuve brutale qu'il a vécue il y a environ 60 ans. Il ne trouve pas facile de conter son histoire.

M. Babin est né à Moncton, au Nouveau-Brunswick, le 15 octobre 1921. Vers la fin de 1939, la guerre était imminente. Tout le monde le savait et bien des gens s'engagaient. Al Babin y avait pensé, car plusieurs de ses amis s'étaient inscrits à divers services des Forces armées canadiennes. La guerre a éclaté plus tôt que prévu. Le 1er septembre 1939, l'Allemagne a envahi l'Autriche. Le 3 septembre 1939, l'Angleterre et la France ont déclaré la guerre à l'Allemagne et la Seconde Guerre mondiale a commencé. Entretemps, le 2 septembre 1939, Babin s'était engagé dans l'armée canadienne. Il a fait partie d'un régiment d'infanterie basé à Moncton appelé les New Brunswick Rangers, et est devenu le fantassin Alfred Babin, numéro de série G27036.

En mai 1940, il a été transféré à un régiment appelé le Carleton & York, une unité de renfort qu'on ne comptait pas envoyer en Europe, laquelle était dans le feu de l'action ou le serait dans un avenir prévisible. Il a suivi l'instruction de base de l'armée régulière, marchant au pas sur le terrain de parade, s'initiant aux armes, au combat rapproché et aux techniques militaires sur le terrain, et a marché des parcours de 40 miles afin d'améliorer sa résistance physique. En octobre 1940, il était devenu un fantassin bien entraîné qui savait, de son côté, quel bout de la carabine il fallait pointer vers l'ennemi. Al Babin était prêt, capable et déterminé à servir son pays.

Joining The Royal Rifles of Canada

The Royal Rifles of Canada were in Sussex, New Brunswick and were about to be assigned to Coastal Defence duty in Gander, Newfoundland. Even that was better than what Infantryman Babin was doing. Royal Rifles recruiters were everywhere signing up all the men they could find to bring the Regiment up to strength. Babin was in Aldershot, Nova Scotia, at the time and wanting action decided to transfer from the Carleton & York to the Royal Rifles of Canada. He was taken on the Royal Rifles Roll in October of 1940 just before they were to leave for duties in Gander, Newfoundland. Babin went from Aldershot to Halifax and there boarded a ship to cross the Straits of Canso to Cornerbrook, Newfoundland and then on to Gander to join up with his new Regiment.

When Babin joined the Royal Rifles he found out that the Commanding Officer of the Regiment was "keen to have a Regimental Band". Always interested in music Babin was one of those who liked the idea.

Babin: When we were in Gander the Royal Rifles wanted to form a band. They were anxious to form a band ... so I joined up."

It was a crucial decision.

"When I joined the Royal Rifles I became a Rifleman, but when I became a Bandsman I was attached to Battalion Headquarters and worked in the Medical Section as a stretcher-bearer."

At that time Bandsmen became stretcher-bearers in time of war.

Devenu membre des Royal Rifles of Canada

Les Royal Rifles of Canada était à Sussex, au Nouveau-Brunswick, et étaient sur le point d'être affectés à la défense côtière à Gander, Terre-Neuve. Même cela était préférable à ce que faisait le fantassin Babin. Les recruteurs des Royal Rifles allaient partout enrôler tous les hommes qu'ils pouvaient trouver pour amener le régiment à son plein rendement. Babin était à Aldershot en Nouvelle-Écosse à ce moment et, désirant participer à l'action, a décidé de se faire transférer du Carleton & York aux Royals Rifles of Canada. Ces derniers l'ont accueilli formellement en octobre 1940, juste avant de partir pour Gander, Terre-Neuve. Babin est parti d'Aldershot pour Halifax et, une fois rendu, a pris un navire à travers les détroits de Canso jusqu'à Corner Brook, Terre-Neuve, puis à Gander pour retrouver son nouveau régiment

Lorsque Babin a rejoint les Royal Rifles, il a découvert que le commandant du régiment voulait un orchestre. Babin, qui s'était toujours intéressé à la musique, était un de ceux qui aimait l'idée.

Babin: Lorsque nous étions à Gander, les Royal Rifles voulaient partir un orchestre. Ils étaient impatients de le faire... je me suis donc porté volontaire.

C'était là une décision cruciale.

« Lorsque j'ai adhéré aux Royal Rifles je suis devenu carabiner, mais lorsque je suis devenu membre de l'orchestre, je relevais du poste de commandement du bataillon et j'ai travaillé pour le service médical à titre de brancardier. »

À cette époque, les membres d'orchestre devenaient brancardiers en temps de guerre.

"D" Company, Royal Rifles of Canada and the Royal Rifles Band in the background
La Compagnie « D », les Royal Rifles of Canada et la Royal Rifles Band en arrière-plan

And so it was that Babin, one of the few men truly qualified as an infantryman, became a non-combatant. The man, one of the few, that had proper weapons training could not carry a weapon of any kind.

 "I was already trained as an Infantryman. I had gone through all the training but when I went to Hong Kong I never did any of that kind of duty."

Babin would never fire a shot in anger. His job was to save lives, not take them. His only protection was a narrow band of white cloth around his upper arm with a red cross on it. Not much of a defence against an enemy bent on killing anything in its path that moved.

Decision ... defend Hong Kong

The Canadian Army had been looking for an opportunity to participate in the war effort in a meaningful way. It was decided that adding two battalions to the garrison of British, Indian and Hong Kong Volunteer Defense Corps units to defend the colony would be a good way to contribute. It was thought that adding forces to the heavily fortified island would help to dissuade the Japanese from attacking Hong Kong, thus preserving it as a base for other operations that would take place in Asia, should war break out.

The Canadian Government elected to choose two Militia Battalions to send to the defense of the Colony. Neither the British nor the Canadian Governments thought Hong Kong would come under attack so whomever they sent would never have to fight in any case. It was decided The Royal Rifles of Canada and The Winnipeg Grenadiers were up to the task, in spite of the fact that they had been judged unfit for combat by Brigadier John Lawson. It was ironic that it was Lawson who had conducted the fitness study on all units in the Canadian Army and declared both The Royal Rifles and The Winnipeg Grenadiers under strength, under trained, and unfit for deployment overseas. They were sent anyway ...  and under his command. They were sent even after Winston Churchill himself said it was not a good idea because if the island were attacked there would be no salvation for the defenders.

The Canadian Government decided the fate of almost 2000 Canadian soldiers, including that of Al Babin, and the decision was given less consideration than the government would have given to building a bridge. As a result, thousands of lives would be changed forever.

 

Et donc Babin, un des seuls hommes à se qualifier réellement comme fantassin, est devenu non-combattant. Un des quelques hommes à avoir reçu une formation adéquate en maniement des armes ne pouvait en porter d'aucune façon.

« J'étais déjà formé comme fantassin. J'avais suivi toute la formation mais lorsque j'ai été envoyé à Hong Kong je n'ai jamais exercé ces fonctions. »

Babin ne tirerait jamais une balle sous le coup de la colère. Sa mission était de sauver les vies et non de les détruire. La seule protection dont il jouissait était une bande étroite d'étoffe blanche qu'il portait autour du bras supérieur, dotée d'une croix rouge. Ce n'était pas grand défense contre un ennemi qui s'était donné comme objectif de tout tuer ce qui bougeait sur son passage.

Décision : défendre Hong Kong

L'Armée canadienne cherchait l'occasion de participer à l'effort de guerre de façon significative. On a décidé que d'ajouter deux battaillons à la garnison d'unités britanniques, indiennes et du Hong Kong Volunteer Defense Corps afin de défendre la colonie serait un bon moyen de contribuer. On croyait que d'ajouter des forces armées à l'île puissamment fortifiée aiderait à dissuader les Japonais d'attaquer Hong Kong, et donc préserverait l'île comme base pour toute autre opération qui aurait lieu en Asie si la guerre éclatait.

Le gouvernement canadien a choisi deux bataillons de milice pour la défense de la colonie. Ni le gouvernement britannique, ni le gouvernement canadien ne croyaient que Hong Kong serait pris d'assaut, donc quiconque on y envoyait n'aurait pas à se battre de toute façon. On a décidé que les Royal Rifles of Canada et les Winnipeg Grenadiers étaient à la hauteur de la tâche, malgré que le Brigadier John Lawson les ait jugés inaptes au combat. It était ironique que ce fut Lawson qui ait mené l'examen d'aptitude physique auprès de toutes les unités de l'Armée canadienne et ait déclaré à la fois les Royal Rifles et les Winnipeg Grenadiers en-deçà de la norme en matière de force physique et de formation et inaptes à se faire déployer outre-mer. On les a envoyés malgré tout... et sous son commandement. On les a envoyés même après que Winston Churchill lui-même ait déclaré que ce n'était pas une bonne idée, puisque si l'île était prise d'assaut il n'y aurait point de salut pour les défenseurs.

Le gouvernement canadien a décidé du sort de presque 2 000 soldats canadiens, y compris celui d'Al Babin, et la décision a reçu moins de réflexion que le gouvernement aurait accordé à la construction d'un pont. Comme résultat, des milliers de vies seraient bouleversées à jamais.

 

The type of uniform issued to troops assigned to the tropics.
L'uniforme réglementaire des troupes affectées aux régions tropicales

Destination Hong Kong

Once the decision was made the Royal Rifles were sent to Camp Valcartier, near Quebec City, to be outfitted for duty overseas. Nobody knew where they were going ... but the tropical uniforms issued gave them a hint.

In mid October 1941, friends and family of the Royal Rifles of Canada gathered on the platform of the Palace Station, (la Gare du Palais), to hug and kiss and bid farewell to their loved ones. There was an air of excitement as the young, and not so young, men boarded a westbound train. There was some hustle and bustle in the coaches as the men settled down for the long journey to Vancouver.

As the train clattered west the men bantered, sang, and played cards as they rolled along through Quebec, Ontario, and crossed the broad expanse of the Prairies and wound their way over the Rockies to the West Coast.  Musical instruments were brought out and the morale and mood of the men was good.

United with The Winnipeg Grenadiers

In Vancouver, the Royal Rifles and the Winnipeg Grenadiers were united under the name "C" Force.  On October 27, they formed ranks on a pier in Vancouver Harbour and then boarded two ships, the Awatea, a converted cruise ship, and the H.M.C.S. Prince Robert. Some of the troops found the quarters too crowded, and their first meal was  tripe, so they jumped ship. It took a while to persuade them to reboard but they did and the ships weighed anchor and set out for, as it turned out, Hong Kong. Babin and the others had no idea what lay in store for them just a few weeks later.

After a quick stop of only a few hours for provisions and water in Honolulu and a brief stop in Manila,  the Awatea and the H.M.C.S. Prince Robert tied up at the docks in Hong Kong on November 16, 1941. There to greet them were the Colonies'  Governor, Sir Mark Young and General Officer Commanding the British Forces in China Major General Christopher M. Maltby. With the addition of "C Force" the troops now defending Hong Kong totalled some 14,000 men. The area they had to protect was a vast 1060 square kilometres of truly rugged terrain.

Babin: "The Royal Rifles of Canada and The Winnipeg Grenadiers quickly settled into their new surroundings and began to explore the exotic world they were in. It was a strange, exciting world, the likes of which most of them had never seen. And ... the cost of living was cheap. Not just the Officers but Riflemen could afford the services of a "house boy" who would do the cleaning, iron their shirts, and even shine their boots. Life was pretty good. When they had time they would explore the delights of the Island and Kowloon just across the harbour."

The Canadians also began to get acquainted with the battle positions they would man in the unlikely event of war. Brigadier Lawson was not convinced that the Japanese would not attack. Lawson made sure his troops were as familiar with the terrain as they could be. It was difficult terrain, steep, rocky, narrow winding roads that hugged the mountain side to keep from plunging into the deep ravines.

Transport Problems

The ship carrying the Canadian trucks, and much of their equipment, had sailed only as far as Manila before the Japanese attacked Pearl Harbor. Everything aboard ended up in American hands and was later used in their battles against the Japanese. The Canadians lost virtually everything they needed to fight a war. This resulted in some friction between the Canadians and the British.

Babin: "I was attached to the RAMC, (Royal Army Medical Corps). At first there was quite a bit of friction between the British and the Canadians. It was just one of those things.   The British had been there a lot longer than we had , and we were dependent on them for almost everything. We were there only a few weeks before the war started and we were dependent on them for locations and all sorts of equipment. If you had to go anywhere you had to have someone tell you how to get there or take you there. That’s  what happened to me. I had a guide who was British. Fortunately he was a nice guy and we got along very well together, so there was no problem. There were exceptions of course but for the most part the English people were very, very nice."

 

Destination : Hong Kong

Une fois la décision prise, on a envoyé les Royal Rifles à Camp Valcartier près de Québec pour se faire équiper en vue du service outre-mer. Personne ne savait où ils allaient... mais les uniformes tropicaux leur en donnaient une indication.

À la mi-octobre 1941, les ami et les familles des Royal Rifles of Canada se réunissaient sur la plateforme de la Gare du Palais afin d'embrasser leurs proches et leur dire adieu. Un air d'exaltation planait alors que les jeunes et moins jeunes hommes montèrent à bord d'un train vers l'ouest. Un remue-ménage secoua les wagons pendant que s'installaient les hommes en vue du long voyage jusqu'à Vancouver.

Alors que le train roulait vers l'ouest les hommes causèrent, chantèrent et jouèrent aux cartes en traversant le Québec, l'Ontario, la vaste étendue des Prairies et le chemin sinueux à travers les Rocheuses jusqu'à la côte ouest. Les hommes sortirent des instruments de musique et avaient un bon moral, étant de bonne humeur.

On rejoint les Winnipeg Grenadiers

À Vancouver, les Royal Rifles et les Winnipeg Grenadiers constituèrent ensemble la Force « C ». Le 27 octobre, ils se sont mis en rang sur un quai dans le port de Vancouver et ont monté à bord de deux navires : l'Awatea, un vaisseau de croisière converti, et le NCSM Prince Robert. Certains parmi les troupes ont trouvé les quartiers trop encombrés et leur premier repas était de la tripe, donc ils ont quitté le navire. Cela a pris quelque temps avant de les persuader de revenir à bord mais ils l'ont fait. Les navires ont levé l'ancre et sont partis pour Hong Kong, à la fin. Babin et les autres n'avait aucune idée de ce qui les attendait seulement quelques semaines plus tard. 

Après seulement quelques heures d'arrêt à Honolulu pour des provisions et de l'eau, ainsi qu'un bref arrêt à Manille, le Awatea et le NCSM Prince Robert jetèrent l'ancre à Hong Kong le 16 novembre 1941. Plusieurs étaient là pour leur souhaiter la bienvenue : le gouverneur de la colonie, Sir Mark Young, et l'officier général commandant les forces britanniques en Chine, le major-général Christopher M. Maltby. En ajoutant « la Force C », les troupes affectées à la défense de Hong Kong s'élevaient maintenant à environ 14,000 hommes. La vaste surface terrestre qu'ils devaient protéger comptait 1060 kilomètres carrés de terrain très accidenté.

Babin : « Les Royal Rifles of Canada et les Winnipeg Grenadiers se sont vite habitués à leurs nouveaux parages et sont partis explorer le monde exotique dans lequel ils se retrouvaient. C'était un monde étrange et passionnant, du genre que la plupart n'avaient jamais vu. Et... le coût de la vie était modique. Les carabiniers autant que les officiers pouvaient se payer les services d'un garçon domestique qui nettoyait la maison, repassait leurs chemises et cirait même leurs bottes. La vie était belle. Lorsqu'ils avaient le temps, ils exploraient les délices de l'île et de Kowloon, située tout juste l'autre côté du port. »

Les Canadiens ont aussi commencé à apprendre les positions de combat qu'ils auraient à combler dans l'improbable éventualité d'une guerre. Le Brigadier Lawson n'était pas convaincu que les Japonais s'abstiendraient d'attaquer. Il s'est donc assuré que ses troupes connaissent le terrain le mieux possible. C'était un terrain difficile : à pic, rocheux, avec des routes étroites et sinueuses qui s'agrippaient au flanc de la montagne comme pour s'empêcher de dégringoler au fond des ravins profonds.

Les problèmes de transport

Le navire transportant les camions canadiens et une grosse partie de leur équipement ne s'était rendu que jusqu'à Manille avant que les Japonais n'attaquent Pear Harbor. Tout ce qui se trouvait à bord est passé aux Américains, qui s'en sont servi ensuite pendant leurs batailles contre les Japonais. Les Canadiens ont perdu presque tout ce dont ils avaient besoin pour faire la guerre. Ceci a mené à une certaine friction entre les Canadiens et les Britanniques.

Babin : « J'étais affecté au RAMC (Royal Army Medical Corps, ou Service de santé de l'armée royale). Au début, il y avait beaucoup de friction entre les Britanniques et les Canadiens. C'était une de ces situations. Les Britanniques étaient là depuis bien plus longtemps que nous et nous en dépendions pour à peu près tout. Nous n'avions été là que quelques semaines avant que n'éclate la guerre et nous dépendions d'eux pour les emplacements et pour toutes sortes d'équipement. Si vous deviez vous rendre à quelque part, il fallait que vous demandiez à quelqu'un comment vous y rendre, ou vous y amener. C'est ce qui m'est arrivé. J'avais un guide qui était britannique. Heureusement, il était bien et nous nous entendions très bien, donc il n'y avait aucun problème. Il y avait des exceptions, bien entendu, mais la plupart du temps les Anglais étaient très, très gentils. »

Japanese Zero Fighter Planes
chasseurs Zéros japonais

Getting Battle Ready

Brigadier John Lawson wasted no time in getting his troops as familiar as possible with the island. He ran daily exercises that gave the men some feel for the ground they would have to fight on ... if it came to that. Each company was designated a Battle Position and they had to be sure it was stocked with supplies of food and water, ammunition and weapons. The positions had to be set up with communications.  Landlines had to be strung for telephones, radios had to be set up and calibrated, and even runners had to be designated and had to learn where to go. There was a lot of work to do and the Canadians set about getting everything they could in order. Every man was assigned a task and a Battle Position.

Babin: "On December 8, I was at my predetermined Battle Station, the Advanced Dressing Station at Tai Tam Gap. We had been there since November 19. I never really heard about the attack, I saw it. No communications came to the A.D.S. by radio or runner.

Planes began bombing the island and wounded began to come to the A.D.S. I saw the planes flying overhead ... saw and heard them drop their bombs and knew the war was on. That was just about it. The war just seemed to begin. From that date on I can't remember where I ate, where I slept or put any of the events in a chronological order."

Driving in Hong Kong

Babin: "We had two ambulances at the A.D.S. One was a converted hearse, and a few days before the Canadians were asked to supply a driver for it; as it was a left hand drive, none of the British personnel wanted to drive it. After much discussion among the Canadians it was decided I would be the driver. Having driven only once before,  this was very challenging!

Driving the roads of Hong Kong was always a frightening thing. The roads were narrow and had more ups and downs and more sharp curves than a roller coaster. To make matters worse for the Canadians, everybody was driving on the wrong side of the road. The roadside often drops off a sheer 400 feet or more. Driving during daylight hours was bad enough. Driving at night very scary ... and with no headlights, which would attract gun fire, terrifying!

One night Cpl Mugford and I had to make a reconnaissance of an area looking for wounded personnel. My usual ambulance wasn’t available so we had to borrow transportation. There was a doctor, a French Canadian, who had been in Hong Kong before the war. He had a car. It was his pride and joy. It was a nice machine. He reluctantly loaned it to us for the mission.

Driving the roads with no headlights was always somewhat unnerving. To make matters worse the British had searchlights with which they tried to spot anything that moved along the road. The beam would sweep back and forth and every time it would come close to picking us up my partner would holler .... STOP, STOP! So, we would pull over and wait for the light to move on in another direction. That added a bit of stress to an already stressful situation.

We were moving along slowly looking for our destination when he said, ´Turn here.´ So I swung the wheel over and my partner yelled, ´No, no, it's a driveway.' Suddenly the car lurched, there was a bump and the engine began to make a terrible noise, really whining. So, I quickly shut it off.

The car was listing badly on the passenger side, and at an odd angle. I was about to get out of the car when my partner said, ´No, let me slide over your way. So he did, and we both got carefully out of the car. To our astonishment the car was balanced on the edge of the road on the edge of a 400-foot cliff.

The next morning we returned with some British Engineers. About 15 or 20 of them managed to manhandle the car back onto the road. Looking down the cliff we could see that someone had not been as lucky as we had been. There was the wreck of a truck down that 400 foot drop.

A hole had been poked in the oil pan and that is what made the engine make such a horrible noise. They fixed it and I drove the car, somewhat worse for wear, back to the doctor. He was a very unhappy man. His pride and joy would never be the same again."

The Japanese Invade the Island

Babin: "On December 19 I was stationed at the Advanced Dressing Station in Tai Tam Gap. The personnel at the A.D.S. were a mixture of Canadian, British, and some Hong Kong Volunteers. The Japanese had landed at Lye Mun, and we had, because of the fighting, a number of casualties to be evacuated to Bowen Road Hospital in Victoria that morning. The ambulance had been converted to hold five stretchers, two on either side, and one in the middle. Four of the wounded were stretcher cases, and another one, a Sr. N.C.O, considered to be "walking wounded", were loaded in the ambulance. As the Canadians had been in Hong Kong such a short time, the roads on the island were not familiar to us. Therefore a guide was assigned to me. He was a British R.A.M.C.soldier named Bickley.

We left the A.D.S. and having gone several miles, we passed Repulse Bay Hotel and arrived at the turnoff for Victoria. The road led to Wan Chai Gap and soldiers at the turnoff told us that the Japs had control of the Gap. Bickley suggested an alternate route through Aberdeen, Without delay, we were on our way.

The road became very winding, and ran along the side of very hilly terrain, with a drop of several hundred feet on my left. Without warning, as we came around a wide curve in the road, the windshield shattered as bullets hit the ambulance! The road followed the mountain in a long curve, and I drove through the machine-gun fire until I reached the shelter of the hillside, hidden from the Jap gunfire.

Subconsciously, I had noticed the side of the road, next to the hill, was littered with a large number of burnt vehicles. I had driven between the wreckage, into a space as close to the hill as possible. About fifty feet ahead, the center of the road was blocked with a circular sandbag enclosure large enough for the two soldiers who occupied it. One looked to be a Winnipeg Grenadier, the other a Hong Kong Volunteer.

Bickley was moaning and had his hands over his bleeding face, blood running down on his uniform. I tore open a shell dressing, carried in a canvas bag on the seat between us. Lowering his hands, I applied it over his eyes, winding the tape around his head. I pushed him into the corner, and told him to stay there until I could assess our situation. I noticed that I was bleeding from my forehead and right hand. Ignoring this, I opened the door and went around to the rear of the ambulance.

As I opened the doors, the Senior N.C.O. wanted to fight the Japs! I told him as we did not carry arms in the ambulance, it was impossible to do so, and as I was responsible for everyone in the ambulance, he was to get in and stay there and I would see about getting us out (the chances looked pretty slim!). I pushed him in and closed the doors, which could only be opened from the outside.

I called out to the two soldiers, who were at the time firing up the hill, asking if it was possible to go through to Victoria. One of them answered that it was not, as the Japs had control of the road and surrounding area. Just then, the other soldier was shot and collapsed!

The space I had to turn the ambulance around was very small and really required someone with more driving experience than I had. However, this was do or die and after shunting back and forth several times, I managed to turn the vehicle around without ending up in the ravine! Accelerating as fast as I dared, I manoeuvred the curve for the second time under fire from the Japs on the hill above. Miraculously, we were not hit again and managed to return to the A.D.S at Tai Tam Gap without further incident.

Sadly, Bickley lost sight in both his eyes. Several of the other casualties were wounded again. My wounds were superficial, although my hand took months to heal because of infection.

The Japs were closing in on Tai Tam Gap and we evacuated the A.D.S. to St. Stephen College (Hospital) near Repulse Bay. A massacre of several staff, Nursing Sisters,  and wounded patients took place at St. Stephen after we were taken prisoner of war on December 25, 1941."

La préparation au combat

Le brigadier John Lawson a fait connaître l'île à ses troupes le plus vite possible. Il organisait des exercises quotidiens qui donnaient aux hommes une impression du terrain sur lequel ils auraient à se battre... advenant que ce soit le cas. Chaque compagnie avait sa position de combat désignée et elle devait s'assurer de l'approvisionner de nourriture, d'eau, de munitions et d'armes. Les positions devaient être dotées de communications. On devait tendre des lignes terrestres pour les téléphones, monter et étalonner les récepteurs radio, et même désigner des messagers qui devaient apprendre où se diriger. Il y avait beaucoup de travail à faire et les Canadiens firent tout en leur pouvoir pour mettre en ordre ce qu'ils pouvaient. Chaque homme s'est vu donner une tâche et une position de combat.

Babin : « Le 8 décembre, j'étais à mon poste de combat désigné, au ADS, ou poste de secours avancé, du passage de Tai Tam. Nous y étions depuis le 19 novembre. Je n'ai jamais vraiment été prévenu de l'attaque, je l'ai plutôt vu moi-même. Nous n'avions aucune communications par radio ou messager jusqu'au poste de secours.

Les avions ont commencé à bombarder l'île et les blessés arrivèrent au poste de secours. J'ai vu voler les avions.... je les ai vus et entendus lâcher leurs bombes et je savais que la guerre avait commencé. C'était à peu près tout. La guerre a semblé tout simplement commencer. À partir de cette date, je ne me souviens plus où j'ai mangé, où j'ai couché ou comment placer tous les événements en ordre chronologique. »

La conduite automobile à Hong Kong

Babin : «Nous avions deux ambulances à l'ADS. Une d'elle était un corbillard converti, et quelques jours auparavant, on a demandé aux Canadiens de fournir un chauffeur pour la conduire; puisqu'on devait la conduire du côté gauche, aucun des britanniques ne voulait tenter l'expérience. Après une vive discussion entre Canadiens, on a décidé que je serais le chauffeur. Vu que je n'avais conduit qu'une fois auparavant, c'était tout un défi !

Conduire sur les routes de Hong Kong était toujours épeurant. Les routes étaient étroites et avaient davantage de montées, de descentes et de virages brusques qu'une montagne russe. Pis encore pour les Canadiens, tout le monde conduisait sur le mauvais côté. Souvent, le bord du chemin était une falaise abrupte qui descendait 400 pieds ou plus. C'était bien assez difficile de conduire en plein jour. La conduite de nuit avait de quoi nous épouvanter... et sans phares, qui pourraient attirer les balles, c'était terrifiant !

Une nuit, le cpl Mugford et moi devions reconnaître un secteur en vue de chercher des soldats blessés. Mon ambulance habituelle n'était pas disponible. Donc, nous avons dû emprunter du transport. Un médecin canadien-français avait été à Hong Kong depuis avant la guerre. Il avait une voiture, qui était pour lui source de beaucoup de fierté. C'était une belle machine. Il nous l'a prêtée, avec bien des réserves, pour la mission.

De conduire sur les routes sans phares était toujours énervant. Pis encore, les Britanniques avaient des projecteurs avec lesquels ils tentaient de déceler tout ce qui bougeait le long de la route. Le faisceau balayait les environs et chaque fois qu'il paraissait près de nous retrouver, mon partenaire criait « ARRÊTE, ARRÊTE ! » Donc, nous arrêtions pour attendre que la lumière se déplace. Ceci ajoutait du stress à une situation déjà stressante.

Nous conduisions lentement, cherchant notre destination, lorsqu'il a dit: « Tourne ici. » Donc, j'ai tourné le volant et mon partenaire a crié « Non, non, c'est une entrée. » Soudain, la voiture s'est avancée en saccade, a frappé une bosse, et le moteur a commencé à faire un bruit terrible. Donc, je l'ai éteint rapidement.

La voiture penchait beaucoup du côté du passager, et à un angle bizarre. J'étais sur le point de sortir de l'auto lorsque mon partenaire a dit « Non, laisse-moi me glisser vers toi. » Ce qu'il a fait, et nous sommes sortis tous deux de la voiture en faisant bien attention. À notre grand étonnement, la voiture était équilibrée sur le bord de la route, au bord d'une falaise de 400 pieds.

Le matin suivant, nous sommes retournés en compagnie de quelques ingénieurs britanniques. Environ 15 ou 20 d'entre eux ont réussi à hisser la voiture jusqu'à la route. Lorsque nous avons jeté un coup d'œil au fond de la falaise nous avons vu que d'autres n'avaient pas eu la même chance que nous. On pouvait voir un camion écrasé au fond du précipice de 400 pieds.

Il y avait un trou dans le carter d'huile, ce qui expliquait le bruit horrible du moteur. Les ingénieurs l'ont réparé, et j'ai reconduit la voiture, un peu plus endommagée qu'avant, au médecin. Il en était très malheureux. Sa précieuse voiture dont il était si fier ne serait plus jamais la même.»

Les Japonais envahissent l'île

Babin : « Le 19 décembre j'étais cantonné au poste de secours avancé du passage de Tai Tam. Le personnel à l'ADS était un mélange de Canadiens, de Britanniques et de Hong Kong Volunteers. Les Japonais avaient débarqué à Lye Mun et, après le combat, nous avions plusieurs blessés à faire évacuer au Bowen Road Hospital à Victoria ce matin-là. L'ambulance avait été convertie pour accommoder cinq brancards : deux de chaque côté et un au milieu. Quatre des blessés, des cas nécéssitant des brancards, et un autre, un sous-officier sénior jugé blessé ambulant, furent installés dans l'ambulance. Puisque les Canadiens avaient été à Hong Kong si peu de temps, nous connaissions mal les routes de l'île. Donc, un guide m'a été affecté. C'était un soldat britannique du RAMC appelé Bickley.

Nous quittâmes l'ADS et après plusieurs milles, nous passâmes le Repulse Bay Hotel et sommes arrivés au virage de Victoria. La route menait au passage de Wan Chai et les soldats au virage nous ont dit que les Japonais contrôlaient le passage. Bickley suggéra une route alternative passant par Aberdeen. Sans plus tarder, nous sommes partis.

La route est devenue très sinueuse et longeait un terrain très montagneux, avec une falaise de plusieurs centaines de pieds à ma gauche. Sans avertissement, alors que nous naviguions un grand virage, le pare-brise a éclaté en morceaux lorsque des balles ont frappé l'ambulance ! La route suivait la montagne en un long virage et j'ai conduit sous une volée de balles de mitrailleuse jusqu'à ce que j'arrive à l'abri qu'offrait le flanc de la colline, caché des balles des Japonais.

Subconsciemment, j'avais remarqué que le bord de la route, à côté de la colline, était jonché d'un grand nombre de véhicules brûlés. J'avais conduit entre les tas de ferraille, dans un espace le plus près possible de la colline. Environ cinquante pieds plus loin, le milieu de la route était bloqué par une enclave circulaire de sacs de sable juste assez grande pour les deux soldats qui l'occupaient. Un d'eux avait l'air d'un Winnipeg Grenadier, l'autre d'un Hong Kong Volunteer.

Bickley gémissait et se tenait les mains sur son visage saignant. Le sang dégoulinait sur son uniforme. J'ai ouvert un pansement d'urgence à la hâte. On les gardait dans un sac de canevas sur le siège entre nous. Je lui ai baissé les mains et appliqué le pansement sur les yeux, en lui roulant le bandeau autour de la tête. Je l'ai poussé dans le coin et je lui ai dit de rester là jusqu'à ce que je puisse évaluer notre situation. J'ai remarqué alors que je saignais du front et de la main droite. Sans en tenir compte, j'ai ouvert la porte et je suis allé à l'arrière de l'ambulance.

Alors que j'ouvrais les portes, le sous-officier sénior voulait combattre les Japonais ! Je lui ai dit que puisque nous ne portions pas d'armes dans l'ambulance, cela était impossible, et puisque j'étais responsable de tout le monde à bord, il devait y entrer et y rester et je m'occuperais de nous sortir de là (la probabilité de cela paraissait assez négligeable !) Je l'ai poussé à l'intérieur du véhicule et j'en ai fermé les portes, qui ne pouvaient être ouvertes que de l'extérieur.

J'ai appelé les deux soldats, qui à ce moment-là tiraient vers le sommet de la côte, et je leur ai demandé si c'était possible de se rendre à Victoria. Un d'eux a répondu que non, puisque les Japonais contrôlaient la route et les environs. À ce moment précis, l'autre soldat s'est fait tirer dessus et s'est effondré !

Je disposais de très peu d'espace pour faire faire demi-tour à l'ambulance et il aurait fallu quelqu'un ayant bien davantage d'expérience de conduite que moi. Cependant, c'était une question de vie ou de mort et après avoir avancé et reculé en saccades à plusieurs reprises, j'ai réussi à faire demi-tour sans finir dans le ravin ! En accélérant le plus vite que je l'osais, j'ai manoeuvré le virage une deuxième fois sous les balles des Japonais sur la colline au-dessus de nous. Miraculeusement, nous n'avons pas été frappés de nouveau et avons réussi à nous rendre à l'ADS au passage de Tai Tam sans autre incident.

Malheureusement, Bickley perdit la vision dans les deux yeux. Plusieurs des blessés ont subi de nouvelles blessures. Mes propres blessures étaient superficielles, malgré que ma main ait pris des mois à guérir à cause d'une infection.

Les Japonais encerclaient le passage de Tai Tam et nous avons évacué l'ADS au St. Stephen College (Hospital) près de Repulse Bay. Un massacre de plusieurs membres du personnel, d'infirmières militaires et de patients blessés a eu lieu à St. Stephen après notre captivité à titre de prisonniers de guerre le 25 décembre 1941. »

St. Stephen´s Hospital, site of the most brutal massacre of the Battle of Hong Kong
Le St. Stephen's Hospital, site du massacre le plus brutal de la bataille de Hong Kong

The Massacre

Christmas Eve, 1941 was not a time of peace on earth goodwill towards men on the Island of Hong Kong. The battle had been raging for 16 days, 11 of them on the island. The shellng and the bombing had been brutal. The casualties from ground combat, much of it man to man with cold steel and rifle butt, were heavy. Many of the wounded had been taken to St. Stephen´s Hospital that was in an isolated position that the Japanese had to get by in order to reach Victoria.

Babin: "We were in St. Stephen´s Hospital as the Japanese advanced. They closed on the hospital and Japanese soldiers beat on the door with their rifle butts demanding to get in. Colonel Black went to the door and began to protest. The Japanese shot him dead.

It was December 25th., about 7:30 in the morning, somewhere around there, when we were taken prisoner. Those of us able to walk were hazed along into two rooms upstairs. The room had just a divider. You could go into one room from the other although the doors could be closed to the balcony. After they put us in there they went downstairs and bayoneted the wounded right in their beds."

Le massacre

La veille de Noël 1941 n'a pas été un moment de paix sur Terre et de bonne volonté générale sur l'île de Hong Kong. Cela faisait 16 jours, dont 11 sur l'île même, que la bataille faisait fureur. Le bombardement avait été brutal. Les morts issues du combat sur le terrain étaient nombreuses, la plupart d'entre elles le résultat de combat simple d'hommes armés d'acier et de bout de crosse. Plusieurs des blessés avaient été emmenés au St. Stephen's Hospital, dont la position isolée devait être prise par les Japonais avant d'atteindre Victoria.

Babin : « Nous étions dans le St. Stephen's Hospital tandis qu'avançaient les Japonais. Ils ont entouré l'hôpital et les soldats japonais ont frappé la porte de leurs bouts de crosse en exigeant qu'on les laisse entrer. Le Colonel Black est allé à la porte et a commencé à protester. Les Japonais l'ont tué à coup de balles.

C'était le 25 décembre, à environ 7 h 30, qu'on nous a faits prisonniers. Ceux d'entre nous qui pouvaient marcher se sont fait bousculer jusqu'à deux pièces à l'étage supérieur. La pièce n'avait qu'une cloison. On pouvait entrer dans une pièce à partir de l'autre, bien que les portes pouvaient être fermées au balcon. Après qu'ils nous ont placés là, ils sont descendus en bas et ont passé les blessés à la baïonnette, alors qu'ils étaient au lit. »

Other witnesses have described that the screaming that came from downstairs were like screams from hell. One can imagine the scene of horror as the Japanese, in an orgy of wild and wanton killing, stabbed, slashed and beat the helpless victims to death in their hospital beds. Blood spattered the walls, the floor, even the ceilings as the Japanese went through the ward like mad men. The truth is even worse than one can imagine.

Babin: "The Japanese who bayoneted those helpless people in their beds just did it. They showed no emotion afterwards. It was just a job to be done. Nothing could have been done to stop them. First of all there was the language barrier, but the other thing is they just wouldn’t listen.

The slaughter had been done so efficiently that it was impossible to believe that one human being could do such savage things to another human being. But, it had been done.

It was a terrible death that those men met. When we were taken downstairs every detail is still clear in my mind. I saw two bodies in the hallway. Both of them had been horribly mutilated."

Others have described that they had their ears cut off, their tongues cut out, and their eyes gouged from their sockets and hanging down on their cheeks. "They were a terrible mess." There were pools of blood everywhere. The stench of blood, excrement, urine and vomit just filled the air. It was a horrible scene.

Babin: "After the war a Japanese was questioned about the massacre that had taken place and he said it should never have happened. But it did. He said 14 of his soldiers had been executed, or chastised, after the incident. That may, or may not, be true."

Hatred filled the hearts of those who witnessed the aftermath that morning.. Anger filled every fibre of their beings. But, they were helpless to do anything. Alfred Babin had one more gruesome task to do.

Babin: "On the morning of December 26th. four of us were given litters and were ordered to gather the bodies and burn them. We built a huge fire out of mattresses and what not, and set them afire. There were four of us, two per stretcher, and all day long we put the bodies on the stretcher, took them to the fire and slung them in.

At first we took the Identification Tags off the bodies,  and we were collecting them.  Then a Japanese guard came along and, at that time we didn't know what he was saying, said 'Da me, da me!', meaning no.  He took the tags and he threw them on the fire.

There were about 75 bodies in and around the hospital and we tossed them into the fire.  Not all of them were Canadian.  Some were British and some HKVDC.

I never saw the Nursing Sisters.  Not too many people did.  The British buried them in a separate place.  The Canadian Nursing Sisters were at Bowen Road Hospital.  They were all right.  Nothing happened to them, they were treated very well."

Those who did see the British Sisters were horrified by what they saw.  The Nurses had been violated and badly mutilated.  One of them had been practically beheaded.  Another Sister escaped the killing but was badly wounded.  She had spent the night hiding under the dead body of one of her friends.

Other witnesses have described the burning of the bodies.  They described the sickening smell of burning human flesh and hair--how the bodies curled into a fetal position, or how their backs arched as the fire caused them to shrink and blacken--how the flames flared as the body fat melted--how the bodies emitted an unearthly whuhhh as the air in the lungs expanded and forced its way out of the mouth.  It was a peek into hell.

A few days later the remaining troops were marched to POW camps and began another battle, the battle just to stay alive one day at a time.  For forty-four long  almost unendurable  months Alfred Babin spent unspeakable months as prisoners of the Japanese, at first in Hong Kong.  In 1943, he was transferred to Japan where he was incarcerated in the infamous Camp 5B and forced to perform slave labour. 

The memories of hunger, pain and total exhaustion are those he most remembers of those dark days.  His will to survive and thoughts of family and friends brought him through the ordeal.  He took it one day at a time with the fact that the allies would eventually win the war and he would be free.  Freedom came when the second  Atom Bomb was dropped on Nagasaki. "Work stopped when the first Bomb was dropped and I , along with the other POW's enjoyed some rest."  In late 1945 he returned home to Canada.

D'autres témoins ont décrit les cris qui venaient d'en bas comme étant des cris d'enfer. On peut s'imaginer la scène d'horreur tandis que les Japonais, en une orgie de tuerie sauvage et malveillante, poignardaient, tailladaient et battaient les victimes sans défenses dans leur lit d'hôpital. Le sang giclait contre les murs, le plancher et même le plafond tandis que les Japonais traversaient le pavillon comme des forcenés. La vérité est encore pire que ce qu'on peut s'imaginer.

Babin : « Les Japonais qui ont passé ces gens sans défense à la baïonnette alors qu'ils étaient au lit l'ont tout simplement fait. Ils n'ont trahi aucune émotion par la suite. Ce n'était qu'une tâche à accomplir. Rien n'aurait pu les arrêter. D'abord, il y avait la barrière des langues, mais aussi, ils n'écoutaient tout simplement pas.

Le massacre avait été exécuté de façon si efficace qu'il était impossible de croire qu'un être humain pourrait poser des gestes aussi sauvages envers un autre. Mais c'était le cas.

Ces hommes ont connu une mort terrible. Je me souviens de chaque détail, de lorsqu'on nous a emmenés en bas. J'ai vu deux cadavres dans le couloir. Les deux avaient été horriblement mutilés. »

D'autres ont décrit des cadavres avec les oreilles et la langue coupées, ainsi que les yeux sortis de leurs orbites et qui leur pendaient jusqu'aux joues. « C'était un vrai dégât. » Il y avait des flaques de sang partout. La puanteur du sang, de l'excrément, de l'urine et du vomi empestait l'air. C'était une scène horrible.

Babin : « Après la guerre, un Japonais s'est fait questionner au sujet du massacre qui avait eu lieu et il a dit que cela n'aurait jamais dû arriver. Mais c'est arrivé. Il a dit que 14 de ses soldats avaient été soit mis à mort, soit réprimandés, après l'incident. Ça pourrait être vrai ou non. »

Ceux qui furent témoins de l'incident ce matin-là étaient attisés par la haine. La rage les possédait au plus haut point. Cependant, ils étaient impuissants. Alfred Babin eu une dernière tâche macabre à accomplir.

Babin : « Le 26 décembre au matin, quatre d'entre nous ont reçu des civières et on nous a ordonnés d'amasser les cadavres et de les brûler. Nous avons bâti un énorme feu de matelas et autre chose et les avons allumés. Nous étions quatre, deux par civière, et toute la journée nous avons placé les cadavres sur la civière, les avons apportés au feu et les y avons jetés. »

Au début, nous prenions les plaques d'identité des cadavres et nous les collectionnions. Puis, un garde japonais est arrivé et, à ce moment nous ne comprenions pas ce qu'il disait, il disait « Da me, da me ! » ce qui voulait dire non. Il a pris les plaques et les a jetées au feu.

Il y avait environ 75 cadavres dans l'hôpital et dans les alentours et nous les avons jetés au feu. Ils n'étaient pas tous canadiens. Certains étaient britanniques et d'autres du HKVDC.

Je n'ai jamais vu les infirmières militaires. Peu de gens les ont vues. Les britanniques les ont enterrées ailleurs, séparément. Les infirmières militaires canadiennes étaient au Bowen Road Hospital. Elles étaient saines et sauves. Rien ne leur est arrivé, elles ont été bien traitées. »

Ceux qui ont vu les infirmières britanniques ont été horrifiés de ce qu'ils ont vu. Elles avaient été violées et terriblement mutilées. Une d'entre elles avait presque été décapitée. Une autre infirmière a échappé au massacre mais a été grièvement blessé. Elle avait passé la nuit cachée sous le cadavre d'une de ses amies.

D'autres témoins ont décrit l'embrasement des autres cadavres. Ils ont parlé de l'odeur nauséabonde de la chair et de la chevelure humaines qui brûlent; de comment les cadavres se courbaient en position fétale, ou de comment leur dos se cambrait lorsque les flammes les rétrécissaient et les noircissaient; de comment les flammes sautaient lorsque la graisse humaine fondait; et de comment les cadavres émettaient un gémissement surnaturel alors que l'air dans les poumons se dilatait et se forçait un chemin par la bouche. C'était un regard sur l'enfer.

Quelques jours plus tard, on a fait marcher les troupes qui restaient à des camps de PGs. Là a commencé une autre bataille, celle de survivre, un jour à la fois. Pendant quarante-quatre long mois presqu'impossibles à endurer, Alfred Babin a passé des moments épouvantables comme prisonnier des Japonais, d'abord à Hong Kong. En 1943, on l'a transféré au Japon où il a été interné dans le tristement célèbre Camp 5B et obligé de travailler comme esclave.

La faim, la douleur et la fatigue absolue sont les souvenirs qui lui restent le plus de cette sombre époque. Son instinct de survie et le souvenir de ses proches l'ont aidé à supporter l'épreuve. Il a vécu un jour à la fois avec la certitude que les Alliés gagneraient la guerre à la fin et qu'il serait libre. La liberté lui est venue lorsqu'on a lâché la deuxième bombe atomique sur Nagasaki. « Le travail s'est arrêté lorsqu'on a lâché la première bombe. J'ai pu me reposer, en compagnie des autres PGs. » Vers la fin de 1945, il a été rapatrié au Canada.

Coming Home

Babin, like many other Hong Kong Vets, found it impossible to talk about his experiences with the folks back home. He quickly found that to try and share his experiences with others was an exercise in futility.

How could he explain the all-consuming feeling of hunger to someone who had only been hungry? How could people understand what it was like to wake up in the morning and have ¨breakfast¨ yet still need more food? Would they understand what it would be like to go through an entire day with food constantly on your mind? To go to bed at night with a belly craving for food was hunger ... not just hungry.

If people could not understand the difference between hunger and hungry how could they understand the difference between being tired and being exhausted? Could they understand sorrow, fear, despair, hopelessness? Could they understand the deep feeling of loss at the death of a friend was soon replaced with thoughts of food. The time of mourning was sometimes so short that it seemed like the friend had died a long, long time ago, not just that morning. How could he explain the loneliness?

How do you explain that you could go to bed at night afraid to wake up in the morning, yet so afraid that you would not wake up at all? Babin, like so many HK Vets simply did not talk about Hong Kong.

Is he bitter towards the Japanese?

Babin: "I am bitter towards those Japanese who did terrible things to us. I am bitter that the Japanese Government has not offered an official apology to us, nor have they paid one cent in compensation. The Germans have paid out billions to those they made to suffer, but not the Japanese.

None of the governments involved, the U.S., Britain or Canadian have put pressure on them to pay compensation. It would be "politically incorrect". I am not bitter towards the Japanese of today. They do not have the same mind-set as their predecessors, and I don’t think they know too much about what went on during the war."

Babin has returned to Japan twice, once on his way to the Korean War. He had the somewhat unnerving experience of spending the night in a Japanese Army Barrack while awaiting transport to Korea. The second return was a pilgrimage to pay homage to those who had not come home, but rest in graves in Hong Kong and Japan.

Babin remained in the Canadian Army for 31 years and served in Korea. He retired as a Warrant Officer. Today, in the year 2002, he lives in London, Ontario, with his wife Christina. They have raised two children and have five grandchildren. Alfred Babin is still every inch a soldier.

Le retour au pays

Babin, tout comme plusieurs des anciens combattants de la bataille de Hong Kong, se trouva dans l'impossibilité de parler de ses expériences avec ses proches. Il s'est vite rendu compte que de tenter de partager ses expériences avec autrui était inutile.

Comment expliquer le sentiment d'être réellement affamé à quelqu'un qui n'avait connu que la faim ? Comment les gens pourraient-ils comprendre ce que c'était de se réveiller le matin et prendre son « petit déjeuner », mais d'avoir encore besoin de nourriture ? Comprendraient-ils ce que ce serait de passer toute la journée à penser constamment à la nourriture ? De se coucher la nuit tenaillé par le besoin de manger : voilà ce que c'était d'avoir vraiment faim.

Si les gens ne pouvaient comprendre la différence entre être affamé et avoir faim, comment comprendraient-ils la différence entre la fatigue et le fait d'être exténué ? Comprendraient-ils la tristesse, la peur, le désespoir, la désespérance ? Comprendraient-ils que le sentiment profond de perte à la mort d'un ami pouvait être vite remplacé par des pensées de nourriture ? Parfois il y avait si peu de temps pour pleurer les gens qu'on aurait cru que l'ami était mort il y avait très, très longtemps, et non seulement le matin même. Comment expliquer la solitude ?

Comment expliquer qu'on pouvait se coucher la nuit en ayant peur de se réveiller le matin, et pourtant avoir si peur de ne pas se réveiller du tout ? Babin, tout comme tant d'anciens combattants de la bataille de Hong Kong, ne parlait tout simplement pas de Hong Kong.

Ressent-il de l'amertume envers les Japonais ?

Babin : « Je ressens de l'amertume envers ces Japonais qui nous ont si maltraités. Je ressens de l'amertume que le gouvernement japonais ne nous a jamais offert d'excuses, ou le moindre dédommagement. Les Allemands ont payé des milliards à ceux qu'ils ont fait souffrir, mais pas les Japonais. »

Aucun des gouvernements concernés, que ce soit les États-Unis, la Grande-Bretagne ou le Canada, n'a fait pression sur les Japonais pour qu'ils dédommagent les PGs. Ce serait « politiquement incorrect. » Je ne ressens aucune amertume envers les Japonais d'aujourd'hui. Ils n'ont pas la même mentalité que leurs prédécesseurs et je ne crois pas qu'ils en savent trop sur ce qui c'est passé pendant la guerre. »

Babin est retourné deux fois au Japon, dont une fois en route pour la guerre de Corée. Il a fait l'expérience un peu déconcertante de passer la nuit dans une caserne de l'armée japonaise alors qu'il attendait le transport vers la Corée. Le deuxième retour était un pèlerinage dont le but était d'honorer ceux qui n'étaient pas revenus au pays, mais reposent dans des cimetières à Hong Kong et au Japon.

Babin est resté soldat de l'armée canadienne pendant 31 ans et a servi en Corée. Il était adjutant à sa retraite. Aujourd'hui, en date de l'an 2002, il vit à London, Ontario avec son épouse Christina. Ils ont élevé deux enfants et ont cinq petits-enfants. Alfred Babin est toujours soldat jusqu'au bout des ongles.

A Return Visit to the Site

In the fall of the year 2000, Alfred Babin made a return visit to the site of the St. Stephen's Massacre. He is on far left speaking. Standing next to him, from left to right are: Flash Clayton (fellow Veteran), Tony Banham (author of "Not the Slightest Chance"), Senator Gildas Molgat, Jack Edwards (author of, "Banzai, You Bastards") and David Murray. (Photograph courtesy of Phil Doddridge)  

After the Atomic Bomb was dropped on Nagasaki the prisoners of the infamous POW Camp 5B were released. Babin had spent many months in the camp doing hard labour and remembers the hunger, the pain, the despair, and how he got through the ordeal by taking it one day at a time.

Une visite de retour au site

À l'automne de l'an 2000, Alfred Babin est retourné au site du massacre de St. Stephen's. Il est à l'extrême-gauche, en train de parler. Debout à côté de lui, de gauche à droite, sont : Flash Clayton (autre ancien combattant), Tony Banham (auteur du livre Not the Slightest Chance), le Sénateur Gildas Molgat, Jack Edwards (auteur de Banzai, You Bastards) et David Murray. (Photo gracieuseté de Phil Doddridge). 

Après le bombardement de Nagasaki à la bombe atomique, les prisonniers du tristement célèbre Camp de PGs 5B furent remis en liberté. Babin avait passé plusieurs mois dans le camp à faire du travail forcé et se souvient de la faim, de la peur, du désespoir, et de comment il a passé par l'épreuve en la vivant un jour à la fois.

The survivors of the infamous Camp 5 at Niigata, Photo courtesy of Fourth U.S. Marine Band Les survivants du tristement célèbre Camp 5 à Niigata, photo gracieuseté du Fourth U.S. Marine Band 

Thanks and Credits

My gratitude to Alfred Babin for sharing his memories with me. It must have awakened sleeping dragons. For that I am sorry. Babin, as he likes to be called, was always kind, patient and generous with his time. He and his wife Christina were most gracious.

I also want to thank my wife, Darlene-Cliche Parker, for her editing skills.

Remerciements et générique

J'étends ma reconnaissance à Alfred Babin pour avoir partagé ses souvenirs avec moi. Ils ont dû évoquer de mauvais cauchemars. J'en suis désolé. Babin, comme il aime qu'on l'appelle, a toujours été bon, patient et généreux lorsqu'il s'agissait de donner de son temps. Sa femme Christina et lui ont été très affables.

Je veux également remercier mon épouse, Darlene-Cliche Parker, pour ses aptitudes de révision.

 

Change Log

Oct '09: Diary moved from Geocities site to the HKVCA site and minor style changes made.

Oct '09: minor editing done by Jim Trick as per instructions from Alfred Babin.

Feb '11: Contents translated by Dominique Millette, and page updated.